Critique #002 – Les Mots d’Eden de Céline Etcheberry

10.02.2017 (7)

Il y a maintenant une semaine, je suis tombée en magasin sur ce livre. Après la lecture du quatrième de couverture deux réactions se sont produites en moi. La première était comme un souffle de soulagement en voyant un bouquin traiter de la question LGBTQ. Et la deuxième, était quelque peu moins positive, puisque je me suis demandée si l’auteure allait réussir à traiter ce thème de la bonne manière. Étant à la fois impatiente et effrayée, et après avoir lu deux trois lignes, je me suis décidée à le prendre.

L’histoire de Les Mots d’Eden revient sur la dernière année de lycée du jeune Eden, qui après avoir vécu pas mal de choses difficiles comme un père rigide, riche mais absent, et une mère malade et quasi-fantôme, ne souhaite qu’une chose: échapper à cette vie. C’est à la suite de la mort d’une camarade de classe, qu’Eden va se retrouver à se poser des questions sur lui, et sur l’univers qui l’entoure.

On se croit unique, à vivre une adolescence difficile ou dorée et à affronter des problèmes que personne ne peut comprendre. Puis lorsqu’on sort enfin la tête de l’eau et qu’on daigne se pencher un peu sur ce qui anime le reste de l’humanité, on s’aperçoit que tout le monde a vécu la même chose, et pleuré devant les mêmes banalités. Ce n’est qu’une fois éloigné de ce marasme qu’on peut trouver cela presque drôle. Tous ces désespoirs d’adolescents nous semble alors bien futiles.

L’histoire nous est racontée en deux parties. Dans la première on apprend à faire la connaissance du jeune Eden, qui avec ses propres mots nous compte les événements qui ont forgé son quotidien. Solitaire, et souffrant de la froideur de son père absent et de sa mère internée, Eden trouve refuge dans la musique qu’il aime composer pour exprimer ses maux. Cette passion va lui insuffler une certaine liberté qu’il recherche tant sans vraiment en avoir conscience au départ. On retrouve des références aux groupes de rock Placebo et Nine Inch Nails, de quoi encore plus m’envoûter.

Comme chacun d’entre nous, Eden va rencontrer des gens qui ne lui voudront pas que du bien, et va en subir les conséquences. Mais ces conséquences auront des aspects positifs chez le jeune homme, puisqu’il va enfin réaliser la nature de sa sexualité. À travers la tragédie qui toucha la ville, sans que le quotidien des élèves ne soit réellement affecté, Eden va vouloir se rapprocher sans comprendre pourquoi du frère de Nathan, l’élève disparut durant l’été. Ce frère porte le nom de Damien, et va retourner sens dessus dessous le quotidien d’Eden. À travers ces deux personnages, un lien entre eux, l’amitié, la douleur et l’amour, chacun va se construire et apprendre à affronter la vie.

4133hCJ+5dL._SX307_BO1,204,203,200_

Avec ce bouquin Celine Etcheberry a réussi à me toucher sans faire dans l’exagération. Rien ne sonne faux, les émotions sont bien présentes et on ne peut que se sentir émue par les hauts et les bas du personnage. Eden est quelqu’un d’attachant, mans en lequel on peut s’identifier que l’on soit un garçon ou une fille, homosexuelle, hétérosexuelle ou bien bisexuelle. J’ai beau être une jeune femme de 29 ans, j’ai pu me retrouver dans les questions et les pensées d’Eden. Chaque chapitre nous invite à la réflexion sur les relations humaines, la découverte de soi, et la société qui nous entoure. Dans une monde régi par l’apparence, par la conformité et le fait que le doit rentrer dans un moule prédéfini, Les Mots d’Eden apporte une véritable perception de ce qui peut nous hanter, nous démolir mais aussi nous donner la force de nous reconstruire. Entre amour et amitié, on ne demande simplement tous qu’à être aimé et pouvoir aimer sans artifices.

Sur la question du thème LGBTQ j’ai été très vite rassurée, et ma peur de voir le sujet mal traité s’est envolé aussi vite qu’une plume. L’auteure arrive à parler du sujet à la fois avec force et douceur, sans tomber sonner faux. Le personnage d’Eden est attachant et comme chacun d’entre nous, unique. On souffre avec lui à certains moments de l’histoire, on sourit avec lui, on respire avec lui, bref, Eden devient presque un proche, un ami, un frère, ou bien un confident. Il est certain que chaque lecteur sera touché de façon différente à la lecture de ce livre, mais ne restera pas de marbre face à la plume de l’auteure.

Personnellement, j’en suis venue à me dire que j’aurais voulu avoir ce genre de bouquin pendant mon adolescence. Car j’ai beau avoir lu beaucoup de bouquins depuis que j’ai appris à lire, je n’ai que rarement lu un livre ayant une telle force. Beaucoup de titres m’ont touché, oui, mais celui-ci parle à cette enfant et adolescente en moi qui a traversé des moments difficiles, et le fait d’avoir un Eden dans ma vie à cette époque m’aurait énormément apporté. Néanmoins, je suis heureuse de découvrir une telle histoire à 29 ans, car on fond nous sommes en constante évolution et apprentissage de nous-même.

En conlusion, à l’époque où les super-héros à slips prennent vie sur nos écrans, Eden lui n’a pas besoin de cape ni de super pouvoirs pour devenir le héros de sa propre vie. Les Mots d’Eden est ce que j’appelle un bijou de la littérature. Je suis passée pas toutes les émotions positives et négatives. Les expériences que vit Eden ont faite écho en moi, et c’est un voyage que je n’oublierais pas. Je ne peux donc que vous invitez à découvrir ce bouquin, l’univers de ce jeune homme.

Twitter de Céline Etcheberry: @EncreLyre

17blanc

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s