Critique #007 – Pardon de Erika Boyer

10.02.2017 (4)

C’est en discutant avec l’auteure Erika Boyer que j’ai découverts qu’elle avait récemment écrit un roman . Curieuse je suis allée jeter un œil sur sa vidéo de présentation [cliquez ici] sur YouTube, et j’ai été charmé par les mots sortant droit du cœur de l’auteure.

Je ne vous cache pas que malgré ma curiosité le thème de Pardon m’a quelque peu mis mal à l’aise, l’inceste. Je vous vois déjà d’ici entrain de grimacer devant votre écran. Tirons les choses au clair avant de vous présenter l’histoire et de partager mon avis. Ici, l’inceste est abordé de façon presque poétique (arrêtez de grimacer), et est traité de manière à vouloir expliquer comment cela peut arriver, comment l’aborder, comment l’affronter, et finalement comment
vivre avec. 

Pardon, est un récit raconté du point de vue de Will, adolescent à l’époque, qui va se rendre compte que non seulement il est physiquement attiré par sa sœur Sarah, mais il en est aussi amoureux. À travers ses souvenirs et son présent, Will tente de comprendre comment il a pu en arriver là, comment ses sentiments non désirés sont nés en lui. Torturé par la morale et par ce qu’il ressent, jour après jour, il ne cesse de se voir comme un monstre. Cacher ce qu’il ressent pour sa sœur et un défi quotidien, lui qui n’a toujours cherché qu’à la protéger, voilà qu’il se retrouve à devoir la protéger de lui-même. C’est pour cela qu’il se consacre à ses études afin de 51lTJi70lpLdécrocher son bac pour partir. Partir loin de sa famille, de sa ville qu’il aime, loin de sa sœur, jusqu’à mettre 600 km entre eux deux.

Le personnage de Will est un jeune homme touchant, honnête et qui cherche à être le plus juste possible dans ses choix et avec les personnes qu’il rencontre. Il nous parle de son quotidien sans Sarah, sa vie d’étudiant à la Fac, de sa tentative de relation amoureuse, bref. Will parle avec son cœur. Vient ensuite le personnage de Sarah. Belle, intelligente, douce et sensible Sarah possède malgré tout une tristesse en elle: la disparition de son père, quand elle était enfant. Cette blessure la rapproche de son frère dès son jeune âge. Lui, devenant son protecteur, et elle ce laissant bercer par celui qui ne lui veut que du bien. Nous la découvrons à travers les yeux de Will, elle qui ne comprend pas pourquoi son frère s’éloigne d’elle, lui qui l’admire et qui nous montre les détails qui font que Sarah est Sarah. Malgré mon sentiment partagé concernant cette relation, je n’ai pu m’empêcher de rentrer dans la peau de Will et d’essayer de comprendre ses sentiments pour elle, et les petites choses qui font d’elle Sarah. Quand arrive l’heure de la confrontation entre les deux, Sarah affublée de questions ne lâche rien (quitte à m’exaspérer un peu) et va au bout des choses. Elle n’est plus une enfant, elle veut comprendre, c’est une femme déterminée. Et même si elle m’a parfois fatiguée par son comportement, je ne peux qu’apprécier d’avoir un personnage fort.

Les personnages secondaires sont aussi très bien exploités et écrits. J’ai adoré David l’ami toujours présent et drôle, Achir le bienveillant, et la touchante Kelia. Sans trop vos en dire chaque personnage apporte quelque chose à la construction du récit et à la psychologie des autres personnages. 

« Elle et moi avions toujours été extrêmement proches et du jour au lendemain, je l’ignorais. Parfois je me surprenais à penser qu’il aurait peut-être mieux valu que je lui parle de mes sentiments. Mais imaginer le dégoût dans ses yeux et la gêne dans ses actes futurs m’empêchait de trouver le courage d’être honnête. »

Malgré le fait que j’ai adoré découvrir ce roman écrit par Erika, que j’espère apprendre à connaître plus avec le temps, le sentiment de malaise ne m’a jamais vraiment quitté. C’est assez complexe de donner un avis complet sans réussir à expliquer ce malaise. Certes il vient du thème de l’inceste qui est associé aux « mauvaises choses » à « proscrire », « contre la morale ». C’est un sujet sur lequel j’ai mon propre avis, mais en même temps avec Pardon je me suis posée des questions. Par exemple, si au départ la nature du lien entre Will et Sarah n’était pas précisée, seul resterai le sentiment de l’amour. La société approuverait si Will et Sarah n’étaient que des amis qui tombent amoureux. Le malaise n’existerait pas, n’est-ce pas ? Je dois également mentionner quelques longueurs dans la première partie, mais cela ne m’a pas empêché de vouloir savoir le fin mot de l’histoire de Will. 

La plume de l’auteure est magnifique, naturelle et sincère. Elle livre un récit honnête devenant un hymne à l’amour. Parce que l’amour nous tombe dessus, sans que l’on ne le comprenne et ne le désir. Je ne peux qu’être admirative de son courage de se lancer ainsi dans l’écriture de son premier roman, moi qui rêve d’en écrire un depuis mes 15 ans (l’histoire étant écrite dans ma tête depuis autant de temps). Erika possède une vision mature et sans jugement à travers les mots qu’elle utilise. 

En conclusion, une histoire où l’on se pose des questions sur la morale de la société qui nous entoure, sur les thèmes tabous, sur nos propres convictions et préjugés. Mais aussi notre regard sur ce qu’est le véritable amour, le sincère, le pure et l’innocent. Erika Boyer possède une plume qui touche et marque le cœur et l’esprit. Une lecture qui n’est pas un coup de cœur, mais qui m’a énormément plu et que je recommande fortement. Erika, sache que j’attends sincèrement tes autres romans. 

Pour en savoir plus sur l’auteure rendez-vous sur sa page Facebook. Mais aussi sur Plume Bleuee un site livresque de référence à mes yeux. 

Acheter Pardon sur Amazon ou sur Lulu.com

17blanc
pardon.jpg

Publicités

4 réflexions sur “Critique #007 – Pardon de Erika Boyer

  1. Finalement je n’attends pas pour te répondre, je me sens assez réveillée xD

    C’est vraiment une joie de lire ta chronique parce que je vois que le sujet te gêne un peu (ce que je comprends parfaitement) mais qu’en même temps l’histoire de Will et Sarah te permet de réfléchir un peu à la question, de voir qu’au fond c’est juste de l’amour. Et ça, c’est tout ce que je voulais ! C’est le sentiment global que je voulais donner avec ce livre. Je n’essaie pas de faire changer les gens d’avis, chacun à ses opinions et je les respecte, je voulais juste offrir un angle de vue différent et j’espérais que certains réalisent qu’on ne choisit pas de qui on tombe amoureux. Bref, je ne vais pas m’étaler, tout ça pour dire que je suis heureuse !

    Concernant les longueurs de la première partie, j’en suis consciente. Je pense que c’est lié au fait que je n’ai pas établi de plan et j’y ai été en freestyle xD Pour mon second roman j’ai été plus organisée, du coup normalement il n’y a pas de longueurs, tu me diras si tu le lis ! Oh et pour Sarah je ne suis pas étonnée non plus, son côté insistant a dérangé certains lecteurs et je pense que son absence de point de vue n’aide pas à l’aimer ><

    Merci pour les compliments sur mon écriture, ça me touche beaucoup. Et merci tout simplement d'avoir lu mon livre et d'en avoir écrit une chronique !
    Et pour finir… j'ai mon image d'en-tête trop jolie ! Je suis joie ♡

    J'aime

  2. Je pense que le sujet est intéressant est vraiment original … Cependant je pense aussi que j’aurais le même malaise que toi concernant l’inceste … C’est quelque chose que j’ai du mal à imaginer entre un frère et une soeur … Du coup je ne sais pas trop si je pourrais apprécier ce roman comme il se doit …

    J'aime

  3. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous #007 – Lire en bulles

  4. Pingback: Bilan d’Avril 2017 – Lire en bulles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s