Critique #017 – Les Âmes vagabondes de Stephenie Meyer

Copie de 10.02.2017 (4)

Après le soleil, la pluie et encore la pluie. En ce samedi gris je vous propose de découvrir une dystopie où il ne fait pas bon être un humain. Vous la connaissez tous pour sa saga Twilight, et ici pas de place pour les vampires adonis qui brillent au soleil. Non, les humains ne sont plus les rois du monde, une entité extraterrestre a décidé de venir mettre les points sur les i de notre incompétence à vivre ensemble en harmonie et à respecter notre terre. 

Les Âmes vagabondes est un roman de science-fiction et de romance publié en 2008 et traduit la même année aux éditions Lattès, et disponible en poche chez Le Livre de Poche. Comme dit plus haut, son auteure Stephenie Meyer s’est faite connaitre du public pour sa saga Twilight, que je ne vais pas vous présenter. Née en 1973 à Hartford dans le Connecticut, Stephenie Morgan de son vrai nom vient d’une fratrie de six enfants, passa son enfance à Phoenix en Arizona. Diplômée en anglais en 1995, la jeune femme mormone rencontre son mari, un comptable, avec qui elle se marie en 1994 alors qu’elle n’a que 21 ans. Femme au foyer et mère de trois enfants, elle se met à écrire l’un de ses rêves qui donna naissance à Twilight véritable succès littéraire, cinématographique et culturel. Les âmes vagabondes parait en 2008 dans la division adulte de Little, Brown and Company.  

Dans un futur proche, des âmes descendues d’autres planètes prennent le contrôle de chaque être humain pour amener la paix et la sécurité sur Terre. Toute l’humanité est envahie et seuls une poignée de survivants résistent et sont en fuite. Mélanie Stryder en faisait partie, mais après avoir été capturé par les Traqueurs, on lui insère Vagabonde, une âme exceptionnelle qui a déjà connu plusieurs corps. Chargée de retrouver les survivants, Vagabonde va se retrouver confronté à un obstacle : Mélanie n’a pas totalement disparue. Elle est toujours là, dans ses pensées. Alors qu’elle tente de sonder les souvenirs de l’humaine, Mélanie va résister et envahir Vagabonde des images de l’homme qu’elle aime, Jared, un des humains en fuite. Mélanie arrivera-t-elle à résister à Vagabonde ? Et cette dernière partie sur les traces de Jared, le livrera-t-elle aux Traqueurs ?

Même si ma lecture de ce roman remonte il y a environ neuf ans, j’en garde un très bon souvenir. Pour être honnête il fait partie de mon top 10 des bouquins préférés, si j’en avais un en tout cas, il serait dans le trio de tête. Pourquoi ? Simplement parce qu’il amène à la réflexion sur la manière dans laquelle on vit sur Terre, les uns avec les autres. Ici, l’espèce  humaine a disparu car engloutie par des êtres d’une autre planète lassent de voir les humains s’entre-tuer entre eux, ne pas respecter la Terre, etc. Possédé par eux, l’humain en ressort grandi, tolérant et enfin humain tout simplement. Finit la mondialisation et l’argent, on cohabite de façon harmonieuse en se rendant mutuellement des services. Les vivres sont mis à disposition gratuitement, la police n’est là que pour la bonne présentation, les gens s’excusent quand ils leur arrivent de faire quelque chose de mal par mégarde. J’ai été fascinée et marquée par cette manière de vivre, qui au final si nous n’étions pas si égoïstes pourrait être possible…dans un monde parfait.

« Cette Terre était à la fois le plus noble et le plus vil des mondes; on y trouvait les émotions les plus belles, les plus délicates, et en même temps, les pulsions les plus noires, les plus sinistres. Peut-être était-ce inévitable ? Peut-être sans le Très-Bas ne pouvait-on toucher au Très-Haut ? » 

Les Âmes vagabondes flirte avec la science-fiction, la dystopie et l’utopie. À certains moments, elle rappelle Le Meilleur des mondes d’Adolph Huxley que j’ai dû lire quelques années avant le récit de Meyer. Alors que j’avais connu cette auteure à travers Twilight, que j’avais plus ou moins aimé à l’époque j’ai été surprise de la différence d’écriture et de style entre les deux. Alors que Twilight est une saga dont je ne peux plus en lire une ligne, Les Âmes vagabondes reste un roman dont je sais que je peux l’ouvrir à n’importe quelle page et ne pas être révulsée par l’écriture. Clairement, ici l’écriture est plus adulte moins accès teenager et fan de romance dégoulinante de niaiserie. Certes la romance est également présente mais elle n’en est pas la pièce maîtresse du récit, puisque Jared n’est pas prédominant à l’action. Il sert de prétexte à la construction de Vagabonde et du lien qui va l’unir à Mélanie. Ces deux êtres (femmes ?) avancent sur une même route mais se construisent de manière différente. Mélanie va se découvrir à travers les yeux nouveaux que lui offre Vagabonde, et cette dernière par les souvenirs et sensations humaines de Mélanie.

« En tous ces millénaires, les humains n’ont jamais pu définir l’amour. Quelle est la part physique ? Quelle est la part mentale ? Est-ce le fruit du hasard ou du destin ? Pourquoi des unions parfaites sur le papier s’écroulent elles ? Pourquoi des couples improbables résistent-ils à tout ?»

L’histoire va mener ces deux êtres radicalement différentes, puisque « nés9782253129325-T » de façon différente, dans un grand road trip à travers les États-Unis à la recherche des survivants, dont le petit frère – Jamie– de Mélanie. Il y a de l’action, des émotions et pas forcément liées à la romance entre Mélanie et Jared. Ici, ce que Stephenie Meyer expose est une nouvelle société qui arrive à se supporter, s’accepter et s’aimer. Les survivants représentent donc une menace à cet équilibre que les Âmes s’efforcent de préserver, car pour eux l’âme humaine a été salie et n’est plus pure. Vagabonde se construit peu à peu une identité propre à elle, se forgeant une indépendance nouvelle apprise grâce à Mélanie. Cette dernière représente la lutte du libre arbitre de l’espèce humaine, car que serait-on sans liberté ?

En conclusion,  Les Âmes vagabondes est un récit plus adulte qu’il n’y paraît, mais qui peu également être lu par les plus jeunes. Ici, le style de Stephenie Meyer délivre un récit utopique touchant et majeur, présentant selon moi sa véritable plume d’auteure. Le vocabulaire y est plus riche et ne tombe pas dans les travers de Twilight, où on savait déjà que Bella finirait avec Exward (oh, je fois spoiler?). Et si le genre science-fiction vous rebute sachez que vous pouvez quand même  lire ce bouquin, tant le genre n’est qu’un détail puisque le l’histoire repose avant tout sur la quête de soi, l’amitié, la liberté et l’humain. Un véritable coup de cœur qui continue de l’être même après toutes ces années.

À noter que le roman a été adapté au cinéma en 2013 par le réalisateur Andrew Niccol (Time Out) , mais que je refuse de voir tant j’ai peur de voir l’histoire gâchée par une mauvaise adaptation.Sans titre 17Powell industries (3)
Publicités

4 réflexions sur “Critique #017 – Les Âmes vagabondes de Stephenie Meyer

  1. Moi j’ai vu le film mais je n’ai pas lu le livre (ce n’est pas le style d’histoire que j’aime lire, déjà en film c’est limite) et j’ai beaucoup aimé. Mais je comprends que tu aies peur de ne pas apprécier l’adaptation si tu as tellement aimé le roman = /

    Aimé par 1 personne

    • De ce qu’on m’a dit le film reprend surtout l’intrigue du triangle amoureux, alors non merci ^^ C’était pour surfer sur la vague Twilight. Après la têtes des acteurs ne vont pas du tut avec l’idée que je me faisait des perso. À l’époque de la sortie du bouquins, il y avait THE fancast qui comprenait: Sophia Bush pour Mélanie, Jensen Ackles pour Jared, et Ian Somerhalder pour Ian. (les trailers fanmde sont excellent)

      J'aime

  2. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous #011 – Lire en bulles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s