Critique #018 – Mémé dans les orties de Aurélie Valognes

10.02.2017 (1).png

En ce premier jour de la semaine, je vous propose de la bonne humeur pour bien débuter la semaine. Parce que le lundi ce n’est jamais facile, surtout quand la météo capricieuse n’en fait qu’à sa tête. Dans ce petit roman de cœur il y fait bon prendre de l’âge et avoir des rides. Alors rangez vos crèmes de jour, vous aussi messieurs, et en voiture Simon(e) ! 

Mémé dans les orties est le premier roman de la Française Aurélie Valognes, née en 1983 à Chatenay-Malabry et ayant grandi en région Parisienne, avant de faire ses études supérieures à Reims. Elle est diplômée de l’École Supérieure de Commerce en 2007, et est spécialisée dans la communication et le marketing, qui lui ont permis de travailler dans diverses entreprises et dans de nombreux pays, dont la Suisse, l’Italie et les Pays-Bas. Elle vit actuellement à Milan en Italie avec son mari et ses deux enfants.

C’est en 2014 que paraît pour la première fois Mémé dans les orties, en auto-édition, avant de se voir éditer chez Michel Lafon où il se vend à plus de 300 00 exemplaires, et bénéficie d’une traduction dans plusieurs pays dont les États-Unis, l’Allemagne, l’Italie, le Royaume-Uni, la Corée, la Chine, en Slovénie, et j’en passe. En 2016, sort la version en format poche au Livre de Poche qui fut un des best-sellers de l’année.

Si dans l’introduction je vous parlais de rides, c’est parce que dans Mémé dans les orties on a Ferdinand Brun, 83 ans, divorcé depuis 20 ans, que beaucoup définissent comme solitaire, aigri, méchant, et bien d’autres adjectifs. Mais en réalité, Ferdinand s’ennuie. Pour remédier à ce sentiment (de vide?), il peut compter sur la présence indéfectible et affectueuse de sa dogue Daisy. En dehors de ça, il adore embêter la concierge de la résidence, Mme Suarez, qui l’a elle aussi en horreur. Mais suite à la disparition de sa chienne, Ferdinand va perdre goût à la vie, n’attendant plus que de passer de l’autre côté de la rive lui aussi, et rejoindre sa précieuse Daisy. Mais c’était sans compter sur la vie qui va amener la petite Juliette et Béatrice Claudel, mamie branchée de  93 ans dans la vie de Ferdinand, qu’il le veuille ou non.

Bon, dès le début on sait que ce roman est écrit pour remonter le moral et faire sourire. Les différents personnages sont aussi attachants les uns que les autres, même ceux qui le paraissent le moins. Même si la lecture est légère de par ces 264 pages, on ne s’ennuie pas. La complicité naissante entre ce trio fait forcément sourire et chaud au cœur. On découvre que le méchant M. Brun possède d’autres facettes de sa personnalité qu’il s’était bien gardé de dévoiler.

« Mon pauvre vieux, mais vous ne comprenez rien ! Vous pensez avoir le contrôle de votre destin, mais ça fait des mois qu’il vous a échappé. Et vous, vous vous raccrochez désespérément à votre petite vie minable. Mais c’est fini. C’en est fini de vous ! »

Je ne sais pas vous, mais je trouve cette amitié entre voisins touchante, puisque de nos jours cela arrive très rarement. Enfin de mon côté, mes voisins de paliers et des étages en dessous ne sont pas des plus chaleureux au monde. M’enfin bref, on ne parle pas de ma vie de mémé ici hein.

Le style léger d’Aurélie Valognes colle parfaitement au roman feel good, on sourit, on passe un bon moment et c’est efficace. Je comprends donc le succès de ce roman en librairie depuis sa sortie. Est-ce que c’est le genre d’histoires que je lirai chaque jour ? Non. Mais de temps en temps une lecture où la vie sombre s’éclaircit grâce à la chaleur humaine fait bien plaisir.

En conclusion, Mémé dans les orties est un petit moment de lecture agréable, enjoué et plein d’espoir. Et si vous aimez les romans feel good sachez que la version poche de son deuxième roman En voiture, Simone (aussi connue sous le titre de Nos adorables belles-filles en grand format) vient de paraître. Vous en voulez encore ?  Mme. Valognes a pensé à vous puisque Minute, Papillon ! est sorti le mois dernier aux éditions Mazarine. Allez, ce trio livresque de bonne humeur devrait trouver place dans votre sac de plage, juste à temps pour l’été.15BLANC
Powell industries (4).png

Publicités

Une réflexion sur “Critique #018 – Mémé dans les orties de Aurélie Valognes

  1. Pingback: Critique #019 – Le vertige des falaises de Gilles Paris – Lire en bulles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s