Critique #032 – Off-Campus T2 : The Mistake de Elle Kennedy

TITRE PAGE (19)
Après ma découverte de la saga Off-Campus, je dois avouer que je ne m’attendais pas à avoir un coup de cœur pour le premier tome, The Deal. Pourtant, comme je le dis dans ma chronique, la plume de Elle Kennedy possède un je-ne-sais-quoi qui ne rebute pas. C’est du New Romance mais qui arrive à se démarquer des autres. Autant dire que j’en attendais beaucoup concernant cette suite. Alors, est-ce que ce deuxième tome va venir confirmer ce sentiment ?
Ma critique du tome 1 ici.

The Mistake est le deuxième tome de la saga Off-Campus de Elle Kennedy, auteure canadienne. Son premier roman a été publié en 2007, et avec le temps et la pratique l’auteure réussi à se faire un nom dans le milieu littéraire du genre. Avec près d’une vingtaine de livres à son actif, cette saga connaît un vrai succès puisqu’elle est publiée en plusieurs langues à travers le monde.

Après avoir suivi les personnages d’Hannah et Garrett dans le tome un, on retrouve ici le meilleur ami de Garrett, Logan, également membre de l’équipe de hockey. Profitant de son image de beau gosse sportif et séduisant, Logan n’hésite pas à coucher à droite et é gauche. Et si au premier abord, le jeune homme semble quelqu’un de beaucoup trop confiant, il renferme en lui bien des maux dont une inquiétude concernant son avenir. Je sais que certains n’hésitent pas à donner une ou deux infos importantes sur le premier tome dans leur chronique, de mon côté je ne vais pas le faire. Simplement parce que j’estime que ce sont des points importants à découvrir soi-même et que spoiler un potentiel futur lecteur c’est pas top. Je vais uniquement dire que Logan ne se trouve pas dans la meilleure des situations, pour ne pas dire qu’il a « le cul entre deux chaises » si je peux me permettre. Logan est également maladroit à bien des égards, mais il est tellement attendrissant qu’on lui pardonne.

C’est ça qui est génial avec la plume de Elle Kennedy, elle nous présente des personnages tellement différents de ceux des autres romances qu’au final on ne peut que s’attacher à eux et éprouver de l’affection. Mais dans The Mistake on ne suit pas que le joueur de hockey, non, on découvre le personnage de Grace, jeune étudiante de première année intelligente, très imaginative, mais quelque peu naïve sur certains aspects de sa vie, comme par exemple la relation avec ses amies. Et comme vous l’avez sans doute déjà deviné, les deux jeunes gens vont se rencontrer. J’ai beaucoup apprécié leur rencontre d’ailleurs, ainsi que le fait que Grace ne se laisse pas éblouir par le succès sportif de Logan. Tout comme Hannah elle possède du répondant et son caractère, mais arrive tout de même à se distinguer de cette dernière. Déjà, il y a le fait qu’elle soit plus jeune que le reste des personnages ce qui lui confère une évolution à part et intéressante. Ah, et aussi le fait qu’elle aime parler, ce qui est franchement drôle je trouve.

Avec The Mistake, l’auteure reprend les ingrédients traditionnels de la New Romance, mais les prépare à sa sauce pour nous offrir un met authentique et naturel. Comme exemple, je peux citer le fait que Grace soit vierge. Oui, je sais, dans la New Romance c’est monnaie courante et on finit par rouler des yeux à force. Mais Kennedy arrive à se jouer de ce qui peut être rébarbatif pour en faire une force. Grace est vierge ? « Et alors ? », j’ai envie de dire. Ce qui est important est le fait que l’on découvre une jeune fille qui est autre chose qu’un « cliché » pour certains, et qui n’est pas une sainte pour autant. C’est une nuance qui fait toute la différence, croyez-moi. La relation entre les deux est compliquée, mais bien écrite et évolue logiquement sans qu’elle ne paraisse forcée. Certains diront que Logan est moins drôle que Garrett, mais personnellement je pense que ce n’est pas gênant, au contraire. S’il aurait été aussi drôle que son meilleur ami, on aurait pu penser à une facilité narrative de l’auteur pour ne pas se creuser la tête et proposer une alternative. 

– Je t’interdis de sourire. À l’évidence c’est toi qui lui as mis ces mots dans la bouche. Et c’est quoi, cette histoire de famille dont vous faites partie ? je demande en faisant les cent pas dans sa chambre. Qu’est-ce que tu lui as dit, hein ? Tu lui as lavé le cerveau, c’est ça ? Comment vous pouvez faire partie de la même famille ? Vous ne vous connaissez même pas !
Logan pouffe de rire et je le fusille du regard.
– Il parle de la famille qu’on a créée dans Mafia Boss, explique-t-il. C’est un jeu de rôle où tu incarnes le chef d’un gang de mafieux. Il faut se battre contre d’autres parrains pour gagner des territoires et des rackets. On y a joué chez lui et j’ai fini par y rester jusqu’à quatre heures du matin, explique-t-il. Nous formons désormais la famille Lorris.

En conclusion, sur The Mistake, Elle Kennedy continue de se jouer des « normes » du genre et propose un récit prenant, amusant, et sensible avec des personnages attachants et toujours aussi fort psychologiquement. C’est donc avec plaisir que je peux dire qu’encore une fois je me retrouve en présence d’un coup de cœur, et que je vais lire la suite de la saga sans me demander si je dois le faire ou non, tant j’ai confiance en l’écriture de l’auteure. Et si vous, vous n’avez pas encore découvert cette saga, faite vous plaisir, et lisez-la ! 
19cdc

infos (12)

Publicités

Une réflexion sur “Critique #032 – Off-Campus T2 : The Mistake de Elle Kennedy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s