Critique de Film #003 – Awake (2007)

TITRE PAGE (21)
Comme je vais très rarement au cinéma et que je ne pense pas y retourner cette année, j’ai décidé de vous parler de films étant déjà disponibles en DVD. De cette façon je pourrais mettre en lumière certains films qui, selon moi, méritent qu’on y jette un coup d’œil. Pour inaugurer cette sélection, j’ai choisi un thriller psychologique avec deux têtes d’affiches connues du grand public.

Awake est un film de 2007 réalisé par Joby Harold, qui ne possède pas une grande filmographie à son actif. D’ailleurs, Awake marque son premier film en tant que réalisateur (et son unique jusqu’ici) et scénariste. Depuis ce film, Harold n’a quasiment rien fait outre avoir occupé un poste de producteur exécutif sur Edge of Tomorrow avec Tom Cruise au casting. Mais, cela devrait changer très prochainement puisqu’il est actuellement le scénariste du film The Flash des studios Warner Bros/DC Entertainment, avec Ezra Miller dans le rôle du super-héros. Et si, peut-être certains d’entre vous n’ont jamais entendu parler de Awake, c’est certainement dû au fait que le film n’est sorti qu’aux États–Unis et que dans une trentaine de pays, dont la France et la Suisse n’en font pas partie. C’est pour cette raison que je pense être passé à côté du film à l’époque de sa sortie, et que je suis tombée dessus par hasard en 2010 (le film étant sortie en DVD en 2009). Et quand on voit les têtes d’affiches et le synopsis, on se dit que c’est bien dommage qu’il n’est pas trouvé de distributeur par ici.

Mais de quoi parle Awake ? C’est l’histoire de Clay Beresford joué par Hayden Christensen (Star Wars, Jumper), riche héritier new-yorkais, atteint d’une maladie cardiaque et qui vit dans l’attente d’une greffe. Amoureux et vivant avec sa fiancée Samantha « Sam » Lockwood jouée par Jessica Alba (Fantastic Four, Dark Angel, Honey), il finit enfin par être appelé pour recevoir un nouveau cœur. Mais pendant l’opération, Clay va être victime de ce que l’on appelle « l’éveil peropératoire ». Mais c’est quoi ? Sous ce nom complexe se trouve le fait de rester dans un état de conscience sous anesthésie générale. Ce qui implique que le patient ressent pleinement la douleur liée à la chirurgie, entend les conversations et bruits autour de lui, mais est incapable de communiquer en raison de la paralysie qu’entraîne l’anesthésie. Effrayant, non ? Selon les chiffres, cette complication variable existe bel et bien, puisqu’on estime qu’elle touche environ 0.2% des patients en chirurgie générale, entre 1 et 2% durant une chirurgie cardiaque et entre 10 et 40% durant une anesthésie traumatique.

A_2007_1175

Comme on a affaire à un thriller psychologique, vous vous doutez que les choses ne vont pas se passer comme on imagine. Car outre, le fait que Clay ressente tout de l’intervention en cours, il va vite réaliser qu’il est victime d’un complot qui va remettre toute sa vie en question… On suit alors le jeune homme, enfin plutôt son esprit qui se trouve hors de son corps, tentant de trouver un moyen de rester en vie et de surtout se réveiller. Si vous cherchez sur internet des critiques concernant ce film, vous tomberez sur une majorité de critiques négatives, dont certaines disent du film qu’il « possède une idée intrigante et intéressante mais souffrent de trop nombreux clichés pour rester crédible et garder du suspens. » Il y a aussi de très bonnes critiques le défendant, comme par exemple le journaliste Roger Ebert du Chicago Sun-Times, qui dit « Je suis allé le voir en salle un vendredi soir, en ne sachant pas à quoi m’attendre outre le fait que le buzz était létale, et je suis resté assis là complétement absorbé… Je n’ai pas anticipé les surprises, ni anticiper le fait s’accumule les unes après les autres. J’ai aussi été absorbé par les détails chirurgicaux, et me suis retrouver en présent d’un bon film. » Personnellement, j’aurai le même avis que ce bon vieux Roger.

« 21 millions de personnes sont anesthésiées chaque année. 1 personne sur 700 reste consciente. Ne pas dormir. Se battre. Ne pas mourir. »

Il serait difficile de dire ce qui m’a le plus plu, car c’est en réalité la globalité du film qui m’a vraiment séduite. Déjà, il y a le fait que je ne savais pas que ce cas médical existait et que je trouve ça effrayant. Ensuite, le film est très bien construit du point de vue de la réalisation et de l’action, puisqu’on rentre directement dedans après un quart d’heure. Le rythme est maintenu tout le long, le suspens est là et les rebondissements sont multiples et tout à fait crédibles selon moi. Certes le scénario possède quelques failles, mais possède cette touche d’originalité qui manque dans certains autres thrillers.

A_2007_0889

 

La force du récit réside avant tout dans ses personnages, surtout celui de Clay. C’est via lui que nous allons dérouler le fil de sa vie, essayé de comprendre comment il s’est retrouvé dans une telle situation, et surtout découvrir s’il est possible qu’il s’en sorte ou non. Hayden Christensen est connu pour la trilogie Star Wars (2002-2003) et dans une moindre mesure pour La Maison sur l’océan (2001) et Jumper (2008). Au niveau de son jeu, il se trouve au même niveau que son rôle de Anakin Skywalker face à la mort prémonitoire de sa femme Padmé dans Star Wars III : La revanche des Sith, à savoir sincère, touchant et surtout convaincant. Personnellement, je ne le connais que dans Star Wars et dans La Maison sur l’océan. Pour l’anecdote, il est présent au casting du film Virgin Suicide, mais clairement je ne me souviens pas l’y avoir vu.

A_2007_1388

Le personnage principal féminin de Samantha est joué par Jessica Alba, alias la femme invisible dans les films Fantastic Four de 2005 et 2007, mais aussi les deux Sin City où elle joue Nancy Callahan. Je pourrais citer aussi les vraiment pas mémorables Machete, Bleue d’enfer et Honey. Mais en dehors de son rôle de super-héroïne, Alba, je la connais surtout en tant que Max Guevara dans la série dystopique Dark Angel de James Cameron, diffusée entre 2000 et 2002.  De son côté, Samantha reste un personnage intéressant avec un jeu subtil et nuancé. Au fur et à mesure qu’on avance dans l’intrigue, on comprend à quel point elle est importante pour Clay, étant comme une sorte de « béquille », lui permettant d’échapper à sa maladie mais aussi au rang qu’implique sa « classe sociale ». L’actrice est  clairement à son top, et ne tombe pas dans les travers des comédies romantiques oubliables (et médiocres) que sont The Love Guru, Valentine’s Day et Charlie, les filles lui disent merciLe reste du casting se compose de Terrence Howard (Empire) dans le rôle du Dr. Jack Harper, et Lena Olin en Lilith Bereford la mère de Clay.

Et si les deux protagonistes principaux sont convaincants et bien écrits, ce n’est pas le cas de celui du celui du Dr.Harper. Que l’acteur ait compris son rôle ou non, je l’ai trouvé insipide, ennuyeux et faux. Mais je pense que ce ressenti est dû au fait que l’acteur ne possède pas une immense palette d’expressions. Je trouve même amusant qu’après plus de trente films lesquels il apparaît, je n’en retienne aucun, et que ce soit dans la série télévisée Empire que j’ai enfin découvert un jeu potable. 

1364051562

L’histoire de Awake est très bien racontée, le montage est efficace, la narration construite ne révèle jamais plus que ce qu’elle est censée nous donner comme info à cet instant précis. Du point de vue esthétique certaines scènes sont de toute beauté. Comme je l’ai dit, le suspens est présent tout le long et atteint même des sommets lors de certaines scènes. On se retrouve dans une course contre la montre, puisque Clay n’a que quelques heures pour trouver un moyen de ne pas mourir sur la table d’opération.  Le fait que l’on puisse suivre l’histoire à travers les yeux de Clay qui se retrouve hors de son corps est une très bonne idée puisque de cette manière on remonte dans les souvenirs et les moments clés de sa vie. Les relations entre les personnages sont importantes, surtout entre Clay et sa mère Lilith. En fait, derrière chacun des liens entre les protagonistes se cachent des manipulations, des mensonges, des secrets, mais aussi des sentiments. Pour résumé, ce sont des relations complexes qui possèdent deux niveaux de lecture.

En conclusion, je conseille ce film pour de nombreuses raisons notamment par l’idée originale du scénario, le duo formé à l’écran par Hayden Christensen et Jessica Alba qui selon moi offre une prestation intéressante et non faussement jouée. Mais aussi, par les rebondissements et les ficelles que je n’ai jamais vus venir. Les dialogues sont aussi très bien écrits et possèdent une touche de sensibilité surtout ceux de Clay. Un film à suspens efficace qui mérite amplement qu’on lui consacre 84 minutes de notre vie.

Sans titre 17Colored Pencils (1).png
Publicités

3 réflexions sur “Critique de Film #003 – Awake (2007)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s