Critique #041 – Off-Campus T3 : The Score de Elle Kennedy

TITRE PAGE(1)
Après deux coups de cœur consécutifs concernant l’univers de Off-Campus mené de main de maître par Elle Kennedy, allait-il en être la même chose avec ce troisième opus ? Bonne question, et pour le savoir je vais vous demander de cliquer sur « lire la suite »… je suis une sadique niark niark niark !
Chronique tome 1 et tome 2
Achetez Off- Campus T3 : The Score sur Hugo Roman ou sur Amazon.

MERIC AU LIVRE DE POCHE POUR (4)

Je remercie Déborah du service presse de chez Hugo Roman pour cet envoi plus que plaisant. 

Bon je ne vais pas vous faire l’affront de vous présenter l’auteur, il vous faut juste savoir que Elle Kennedy est canadienne et qu’elle est devenue une experte dans l’écriture de romans new romance/new adult.

Ce troisième tome, The Score, nous permet de connaître le personnage de Dean Heyward-Di Laurentis… bon appelons-le Dean c’est plus simple. Ce dernier était déjà présent dans les tomes précédents, et incarnait le mâle don Juan par excellence qui ne pense – vous l’aurez deviné – qu’à ça. Personnellement, ce que je préfère retenir de lui est son humour et le fait que ses amis peuvent toujours compter sur lui. Ici, on suit aussi le personnage d’Allie Hayes qui après énième rupture décide de réellement tourner la page sur son couple. Afin de ne pas retomber dans les bras de Sean, elle va faire appel à Hannah, mais cette dernière est une vicieuse… elle va lui tendre « un piège » en la conduisant directement dans les bras d’un nouveau prétendant. Mais c’était sans compter sur le fait que son « garde-fou » du weekend est Dean, fraîchement désigné par le reste des amis pour qu’elle ne se laisse pas embobiner par son ex…

Le début de l’histoire n’est pas des plus surprenants quand on comprend qu’Allie va se retrouver SEULE avec Dean….on comprend vite ce qui va se passer. Mais comme depuis le début de la série Off-Campus la force du récit réside dans la construction des différents personnages qui sont nés dans l’esprit d’Elle Kennedy. Si dans les deux tomes précédents Allie et Dean n’étaient pas des plus intéressants, ici, l’auteure arrive à leur donner une dimension nouvelle, nourrissant ainsi la psychologie de chacun et les liens qui se forment. Outre son côté playboy, coucheur, riche, et arrogant, Dean possède un certain « je-ne-sais-quoi » qui fait qu’il devient intéressant à suivre.

La relation entre les deux commence un peu comme le feu et la glace, tantôt chaud bouillant tantôt glacé comme l’iceberg qui percuta le Titanic. Il est amusant de les voir évoluer et se confronter. Grâce à l’indifférence et au rejet de Allie, Dean sort du sentier battu pour au final se révéler comme étant quelqu’un de protecteur, intelligent et d’attentionné. Et puis de le voir trimer pour conquérir Allie amène des moments très drôles, où je me suis mise à rire, tout simplement. Le personnage de Allie représente une force de détermination qui force le respect, et ne ressemble ni à Hannah ni à Grace. 

De plus, en dehors cette relation entre les deux, ce qui domine le récit est le lien amical voir familial qui unit ce groupe d’amis. C’est vraiment agréable de voir que malgré l’origine de leur milieu social, quand ils sont ensemble c’est l’amitié qui prône et rien d’autre.

Dean Di Laurentis respire le sexe. Il mettrait sa tronche sur une pub de laxatif, toutes les femmes du monde se mettraient à prier d’être constipées.

Le style d’Elle Kennedy reste aussi addictif que dans les deux tomes précédents. Elle arrive sans l’ombre d’un problème à intégrer de l’humour dans la construction narrative, tout en présentant des moments de la vie de nos personnages assez sombres. Le tout forme un ensemble cohérent qui se tient et qui se laisse lire très facilement, tant on veut connaître la suite. Il y a des rebondissements, surtout un que je n’ai pas vu venir, et qui m’a surprise… dans le bon sens ! L’auteure arrive à redistribuer les cartes et cela sonne plausible.

En conclusion, Elle Kennedy réitère un troisième succès avec ce nouveau tome qui continuent de nous divertir, nous toucher. Attention, tout de même car certains pourraient être un peu plus « choqué » par le langage utilisé ici, qui passe un cran au-dessus des deux autres tomes. Outre ce bémol, j’ai passé un très bon moment en compagnie de cette petite bande où il fait bon vivre. Maintenant il ne me reste plus qu’à attendre la réédition en poche du tome 4, The Goal ! Patience, patience.

Thanksgiving (1)infos

4 réflexions sur “Critique #041 – Off-Campus T3 : The Score de Elle Kennedy

  1. J’ai bien aimé ce tome 3 mais moins que les deux premiers. Le langage utilisé ici et dont tu parles a fait qu’il est un gros cran en-dessous pour moi. Je me suis moins attaché au personnages aussi à cause de ça je pense!!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s