Critique #042 – La Route des Montagnes de Franck Hervson

Pour bien terminer cette longue semaine, et entamer le weekend dans de bonnes conditions quoi de mieux que de découvrir un auteur auto-édité, à savoir Franck Hervson. Pour cette lecture je vous demanderai de vous équiper de vos plus solides bottes de randonnée niveau Le Seigneur des Anneaux (les poils aux pieds de Hobbit ne comptent pas) et de vous préparer à subir les défis de La Route des Montagnes.
Achetez La Route des Montagnes sur Amazon, également disponible en numérique.
Sans titre 3
Je remercie sincèrement Franck pour cet envoi

51zCXopdckLAvant tout, petite présentation de l’auteur oblige. Franck Hervson est un Français né à Dijon, mais qui vit depuis quelques années à Paris. En dehors de sa passion pour l’écriture, Hervson travaille dans le monde de la finance même s’il a eu une formation en archéologie. Avant de publier son premier roman La Route des Montagnes, ce trentenaire a écrit Ne faites pas confiance aux nuages (lien Amazon), une nouvelle de science-fiction post-apocalyptique. Dans une récente interview, l’auteur a expliqué avoir d’autres romans en préparation qui se situeraient dans le même univers que celui de La Route des Montagnes, mais qui se déroulent sur trois âges distincts. 

Bien, maintenant passons au récit. La Route des Montagnes est donc une histoire de fantasy, genre que j’adore découvrir petit à petit, dont ce roman vient bâtir ce beau temple que je me forge dans cet univers. L’histoire est celle d’un chasseur de trésors, Ervim Herderant, qui va devoir traverser l’Al-Amhet, des montagnes dangereuses, arides et dont de nombreuses personnes n’en sont pas revenues vivantes. Bref, le running du dimanche à côté est une promenade de santé. Pour parvenir à arriver à destination, Ervim va se joindre à des aventuriers, dont Ni Venid O’Kern et Irthows. Au fil des pages, ces compagnons de routes rencontreront différentes menaces, et découvriront les secrets que cachent ces montagnes tant redoutées. 

Je vais commencer par dire que le début fut difficile à suivre, uniquement à cause des noms que j’ai eu beaucoup de mal à retenir. Mais après que mon cerveau se soit mis en marche et adapté, la lecture a été agréable. Le récit est bien construit et, malgré les noms abracadabrants, arrive à nous happer tout de suite dans l’histoire. Les personnages sont intéressants et possèdent des personnalités bien distinctes et savoureuses, surtout Venid et son franc-parler. Le personnage de Hermid m’a pas mal séduite par sa perspicacité, sa force et sa sensibilité.

Shar’Eb laissa son regard se perdre sur le paysage qui se déroulait sous ses yeux et il sourit. La nature a cette merveilleuse capacité d’ignorer les vicissitudes des êtres doués de raison qui la parcourent. 

Le récit regorge de moments drôles, de réparti dans les dialogues, dont le style de Franck Hervson arrive à rendre cohérent, riche et addictif. Il y a pas mal de rebondissements, de l’action, mais aussi des moments plus calmes où l’auteur semble vouloir donner la parole à la rude route de Al-Amhet. Le monde que forge Hervson est beau de par les différentes créatures qui le peuplent dont des elfes, des démons, des revenants, etc. On remarque vite que l’auteur a pris du plaisir en imaginant tout ce beau monde, que c’est pensé de manière à produire un déclic chez les lecteurs moins à l’aise avec la fantasy, tout en restant captivant pour les lecteurs assidus.

Moi qui ne connaissais pas du tout son style, j’y ai découvert une plume fluide, efficace et dont les mots brossent des paysages qu’on arrive facilement à imaginer pendant la lecture. Ce dont j’ai souvent peur avec la fantasy se sont les longueurs dans les descriptions, mais cela doit venir de ma lecture du Seigneur des Anneaux – tome un uniquement, faut pas pousser ! Du coup, j’avoue que j’avais une certaine appréhension avant de débuter ma lecture, mais qui à mon grand soulagement fut vite balayée. L’auteur a su y intégrer la juste mesure dans les esquisses de ces paysages qui font que l’on ne décroche pas et qu’on tourne les pages facilement.

En conclusion, avec La Route des Montagne j’ai pu découvrir non seulement un auteur, mais aussi me réconcilier avec la fantasy. C’est donc avec intérêt que je suivrai les prochaines parutions de Franck Hervson. Outre la qualité de l’écriture, l’histoire propose une palette de personnages forts, attachants, et parfois détestables qui évoluent dans un monde qui plaira aux débutants mais aussi aux amateurs du genre et des auteurs comme George R.R. Martin et Fiona McIntosh.

17blancinfos

5 réflexions sur “Critique #042 – La Route des Montagnes de Franck Hervson

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s