Critique manga #007 – Coffee & Vanilla tome 1

Copie de titre manga.png
« Lis-moi et rêve-moi, oh toi fruit de mes désirs et secret les plus intimes. » Oui, voilà comment je décide d’introduire ma critique du tome 1 de Coffee & Vanilla, shojo récemment sorti aux éditions Soleil Manga. Entre un café chaud et une noix de vanille sur le dessus, ce manga saura adoucir votre humeur. 

 

Achetez le tome 1 de Coffee & Vanilla sur Soleil Manga ou sur Amazon
Pour lire la preview cliquez ici.

Sans titre 3Merci à Solène pour cet envoi savoureux


Coffee & Vanilla est écrit par la mangaka Takara AKEGAMI, née au Japon un 12 décembre d’une année X, et qui n’écrit que des shojo. Dans la partie profil de l’auteure gentiment proposée par les éditions Soleil, on apprend que sa première œuvre publiée a été Yasashii aishou dans le magazine Cheese ! en 2008. Depuis, elle est souvent plébiscitée par ce même magazine. Coffee & Vanilla est la première œuvre en tomaison ce dont l’auteure est très excitée. Actuellement, le manga comprend cinq tomes en cours au Japon, dont le premier tome est paru en août dernier chez Soleil Manga. À noter que ce dernier présente l’oeuvre comme  » l’harmonie entre la douceur de la vanille et l’amertume du café « . 

Dans ce premier tome, les choses vont relativement très vite, parfois même trop vite à mon goût. On est ici en présence d’un shojo quelque peu idéaliste avec le bel homme en costume, sensible, serviable, gentil et un peu trop parfait. En effet, durant ma lecture je n’ai pu m’empêcher d’attendre de découvrir que Fukami révèle avoir des  » squelettes caché dans son placard ». Mais pour le moment, il semble irréprochable à tout point de vue. Ce que je trouve relativement gênant, au final. Bon, on peut dire que le monsieur se révèle un brin possessif et n’apprécie pas vraiment quand un garçon tourne autour de sa belle. Pourtant, il reste calme, impassible et ne s’énerve jamais. Le personnage de Risa est, malgré son physique avantageux, inexpérimenté et assez complexé. Si cela peut paraître fatiguant dans d’autres œuvres, je lui ai tout de même trouvé une certaine crédibilité, dans le sens où elle n’en fait jamais trop dans ses « premières fois » ou incertitudes. Le fait que sous cette belle apparence se cache une femme inconsciente de la beauté qu’elle renvoie, nerveuse dans son approche de l’amour et sa conception, lui donne un petit quelque chose proche de l’attachement.

slide_coffeevanilla1

Si ce premier tome ce concentre principalement sur la rencontre entre les deux, et sur leur histoire d’amour, j’espère en apprendre davantage sur le passé de Risa et Fukima. Il faut noter qu’on doit attendre presque la fin du tome pour enfin apprendre quel métier exerce ce dernier, même si on se doute qu’il n’est pas agriculteur ou employé de la voirie ^^. Il y a également l’aspect universitaire de Rita qui mériterait d’être mis plus en avant, mais avec l’élément de surprise en fin de tome (non je ne l’ai pas vu venir), je me dis que cela peut apporter de l’épaisseur au récit ainsi que des moments de quiproquos piquants. Il y a également les personnages extérieurs au couple qui sont quasiment inexistants, et qui mériteraient d’être mieux exploité. Mais malgré la légèreté du récit, j’ai trouvé que la lecture était agréable, et qu’on se laissait facilement bercer par le déroulement des choses. 

Les dessins de AKEGAMI sont très beaux, il n’y a pas de doutes. J’ai eu parfois l’impression de revoir des éléments graphiques de Peach Girl, tout en possèdant un éclat de modernité. Les scènes plus intimes ne sont pas vulgaires, mais sensuelles sans trop en révéler et restent relativement accessibles à un public plus jeune (+14 ans – à mon avis), puisqu’il n’y a rien de choquant. J’ai beaucoup aimé les visages et les expressions que la mangaka a réussi à mettre en valeur. J’ai particulièrement trouvé adorable les moments les personnages se mettent à rougir. (Oui je guimauve parfois). Le découpage des cases et ses effets de scintillements donnent une impression de rêve éveillé qui colle parfaitement à l’ambiance générale qui se dégage de l’histoire. Mention spéciale au design de la couverture signée Saaya NISHINO et Bay Bridge Studio qui transmet directement ce sentiment de « rêve » et « féerique ».  Puis, si on dépli la couverture on se retrouve avec une image complète, et j’adore ! Très bon choix de la part des équipes de Soleil.

En conclusion, ce premier tome de Coffee & Vanilla présente une histoire d’amour ressemblant fortement à un coup de foudre, dont on peut y croire ou non, mais qui est une parenthèse de douceur et de rêve. Sans m’y attendre, je me retrouve avec l’envie de découvrir le tome 2 pour voir si l’histoire entre ces deux amoureux résistera aux tentations venant de l’extérieur. Sans titre 1

Infos BD (5).png

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s