Critique #058 – Les Gardiens de Ga’hoole, T1 : L’enlèvement de Kathryn Lasky

 TITRE PAGE (17)
Amoureux des animaux, bonjour ! Dans la lignée de La guerre des Clans et de La Quête des Ours, cette longue saga mettant en scène des chouettes ravira les petits comme les grands. C’est beau, divertissant et intéressant. La mythologie qu’y développe Kathryn Lasky est impeccable et prometteuse. Mais avant, parlons du tome 1…

 

Acheter Les Gardiens de Ga’hoole, tome 1 : L’enlèvement sur le site de Pocket Jeunesse ou  sur Amazon.

Kathryn Lasky est une écrivaine américaine de livres destinés à la jeunesse avec des séries telles que Le Royaume des Loups, Marie-Antoinette (de The Royal Diaries), et Les Gardiens de Ga’hoole. Avant de se consacrer à l’écriture, Lasky a exercé le métier d’enseignante et d’éditrice. On lui prête le nom d’auteure de E.L.Swan pour quelques romans d’amour. Elle vit actuellement dans le Massachusetts avec son mari et photographe du National Geographic. À noter que la saga eut droit à une adaptation cinématographique en 2010 avec Zack Snyder (Man of Steel, Batman v Superman, 300) sous le titre de Le Royaume de Ga’hoole.

Les Gardiens de Ga’hool est une saga de livres jeunesse parue entre 2003 et 2009 qui bénéficie actuellement d’une réédition chez PKJ. Dans ce premier tome, l’auteure nous embarque dans un récit où l’on suit les péripéties d’une jeune chouette effraie, Soren, pas encore adulte qui va se faire kidnapper après avoir chuté de son nid. Il va alors être emmené dans un sinistre orphelinat de Saint- Aegolius où des poussons venus de tous les royaumes y subissent un enseignement des plus étranges. Soren et sa meilleure amie Gylfi n’ont qu’une idée en tête :  s’échapper et dénoncer ce qui se passe entre ces murs. Mais pour y arriver, les deux amis vont devoir apprendre bien des choses, notamment à voler.

Si le récit se destine principalement à un public jeune, moi adulte de 29 ans est adoré découvrir cet univers qui m’a rappeler celui de La guerre des Clans et La quête des ours, deux sagas écrites par Erin Hunter et que l’on ne présente plus. Il faut dire que moi et les animaux c’est une histoire aussi vieille que le monde. Pour dire les choses clairement, je trouve qu’il n’y a pas assez de récits (à mon goût) dont l’histoire soit narrée du point de vue des animaux. Les romans dans ce genre sont toujours bien écrit, prenant et très agréable. Et ce premier tome des Gardiens de Ga’hoole confirme ma pensée. En effet, dès le départ j’ai été charmée par cet univers qui se présente à nous. Nos deux héros à plumes possèdent une délicatesse et innocence qui, on le devine, va vite se transformer en force et courage. Sur leur chemin vers la liberté, ils feront des rencontres importantes qui leur permettront d’évoluer.

– Oh ! pardon, madame P. ! Je suis trop nerveuse au moment des naissances. Chaque fois, c’est la même chose. Je ne m’y habituerai jamais.
– Ne vous excusez pas. Croyez-vous que la plupart des oiseaux se préoccupent d’avoir un nid aussi net ? On m’a raconté de ces histoires à propos des mouettes ! Bonté divine ! Il vaut mieux que je ne me lance pas sur le sujet !

C’est une lecture agréable avec de nombreux messages dont les enfants peuvent s’inspirer, tel que le courage, la compassion, la signification de l’amitié et de la liberté, tout en devant relever des défis qui mettront leurs petites ailes destinées à devenir grandes, en danger. Je trouve que la vision dépeinte par l’auteure avec les yeux de ces oiseaux offre une réflexion intéressante sur ce que nous, humains, sommes en train d’infliger à notre planète. Imaginons deux minutes que les animaux puissent parler avec nous, que diraient-ils ? Certainement pas que nous sommes blanc comme neige. Bien au contraire. Le style de Kathryn Lasky est très fluide et charmant. Il y a assez de mésaventures pour que l’on ne s’ennuie pas, et cela est une très bonne chose pour les plus jeunes. 

En conclusion, ce premier tome de Les Gardien de Ga’hoole pose les bases d’un univers fort plaisant que l’on apprécie de découvrir. C’est travaillé et bien expliqué. Une lecture fort distrayante et  reposante pour petits et grands, ou amoureux des animaux. Le seul problème ? Le fait de ne pas avoir eu le tome 2 en main pour continuer à suivre nos deux chouettes. 17/20Infos roman (12).png

6 réflexions sur “Critique #058 – Les Gardiens de Ga’hoole, T1 : L’enlèvement de Kathryn Lasky

  1. Ce livre a l’air sympa..en tout cas j’avais bien aimer la guerre des clans que tu cites (je ne les ai pas tous lus mais ceux que j’ai lu, j’ai adoré). Par contre, contrairement à toi, je ne suis pas fan à la base des récit raconté par des animaux (le roi lion est loin d’être mon disney préféré par exemple :-p) Mais des oiseaux..pourquoi pas!!

    J'aime

    • C’est à essayer à l’occasion oui. D’ailleurs il existe pas mal de récits en dehors de ceux que j’ai cité dans la chronique. Il y a Mes vie de chien en collection jeunesse chez Le Livre de Poche. Sinon dans les comics tu as le magnifique Les seigneurs de Bagdad paru chez Urban Comics.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s