Critique #077 – Le joueur de billes de Cecelia Ahern

 TITRE PAGE (27)
C’est toujours avec la même tendresse que Cecelia Ahern revient nous compter une histoire familiale aussi belle que poignante.  Des secrets, des mensonges et des vérités  inavouées nécessaires au cheminement d’une vie et au passée d’une autre. Et après cette lecture on peut dire que l’auteure de PS. I Love You n’a rien perdu de son style particulièrement doux. 

 

Acheter Le joueur de billes sur le site des Éditions Milady ou sur Amazon

miladydargaud.jpgMerci aux éditions Milady et à Anne-Catherine de chez Dargaud Suisse


Cecelia Ahern est une romancière irlandaise née à Dublin en 1981, et fille de l’ancien Premier ministre irlandais, Bertie Ahern. Elle est diplômée en journalisme et communication du Griffith College de Dublin. C’est à l’âge de vingt-et-un ans qu’elle publie son premier roman PS. I Love You dont le succès fut immédiat. Le titre figura en tête des meilleures ventes du pays pendant dix-neuf semaines, mais aussi aux États-Unis, en Allemagne, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas. Depuis 2005 la majeure partie de ses livres sont publiés en France: La vie est une arc-en-ciel (2007), Si tu me voyais maintenant (2008), Un cadeau du ciel (2009), La vie et moi (2013), ou encore Tombée du ciel en 2014. Seul trois titres (A Place Called Here, The Book of Tomorrow, The Year I Met You) sont encore inédit en français. Ses livres sont traduits dans le monde entier, avec plus de 13 millions de romans vendus, dont 300 000 en France. Le joueur de billes (The marble collector) est paru en édition originale en 2013 et bénéficie à présent d’une traduction aux Éditions Milady depuis le 17 novembre dernier.

C’est à travers PS. I Love You (qui a également bénéficié d’une adaptation en film) que j’ai découvert Cecelia Ahern, il y a de ça quelques années. Depuis, je n’avais jamais vraiment pris le temps de lire un autre de ses romans. Pourtant, je garde un très bon souvenir de ma lecture, et avais été touché par sa plume délicate mais franche. C’est donc avec curiosité que je me suis lancée dans Le joueur de billes.

Un jour en rentrant chez elle, Sabrina Boggs va tomber par hasard sur une mystérieuse collection de billes ayant appartenu à son père Fergus. Elle réalise alors qu’elle ne sait rien de l’homme avec qui elle a grandi, et dont la mémoire défaillante ne pourra pas lui apporter les réponses qu’elle attend de lui, puisque suite à un accident cérébral il a lui-même oublié qui il était… Sabrina décide alors de chercher les informations dont elle a besoin, ne réalisant pas encore l’étendue des secrets qu’elle va découvrir.

Dans ce récit deux histoires se croisent pour n’en former qu’une seule, et cela sur un laps de temps très court : 24 heures. Cette journée la jeune femme la passera à explorer son passé et celui de sa famille, mais aussi à appendre l’existence de gens dont elle ne soupçonnait pas l’existence. Cecelia Ahern brosse un tableau familial mettant en avant les relations parents/enfants, mais aussi celles au sein d’une fratrie. La quête de l’identité et de la vérité est ce qui anime le personnage de Sabrina, qui à son tour devient le cœur du récit. C’est une femme qui a toujours vécu la vie comme elle la voulu, mariée mère de famille, mais prisonnière d’unmal être qu’elle ne comprend pas.

En choisissant la double narration entre passé et présent, l’auteure donne une certaine dynamique au récit sans oublier de développer ses personnages. Les souvenirs de Fergus représentent une fenêtre sur un temps révolu au lourd secret et qui a préféré taire certaines choses. Son mode de vie et d’éducation durant son enfance nous sont présentées, et les billes ont un rôle bien précis. Ensuite, le présent avec Sabrina est presque une course effrénée où le besoin de connaître sa propre identité est devenu primordial. Une narration à deux vitesses qui permet de ne pas s’ennuyer durant la lecture.

Moi je pense plutôt que le silence et la tolérance sont les meilleurs moyens d’avancer, même si c’est difficile d’être tolérant, surtout quand on ne sait pas quel est le problème ni si même il y en a un. On m’a dit que mon comportement prouve qu’il y en a un. Mon comportement fait de silence et de tolérance. C’est un cercle vicieux.

En lisant Le joueur de billes, je me suis souvenue pourquoi j’avais tant apprécié le style de Cecelia Ahern à l’époque de PS. I Love You. Simplement parce qu’elle arrive à nous toucher à travers ses personnages, leurs rêves et leurs vécus. Et ici, le constat est bien le même. C’est une histoire magnifique apportant son lot de changements sur chacun d’eux. Sabrina pleine de rancœurs envers son père apprendra la tolérance et la compassion avec ce dernier, tandis que Fergus se dévoilera enfin. Autour d’eux gravitent de beaux personnages également. Par exemple, Hamish l’un des frères de Fergus, ou bien d’autres encore qui sauront apporter un certain soutien à un moment ou à un autre.

Dans cette imagerie familiale, Cecelia Ahern prend la peine d’évoquer la maladie, nous laissant quelque peu désemparé face à la fatalité de la vie. La partie concernant les billes est ingénieuse, méticuleuse et en lien direct avec le caractère (et le passé) de Fergus. Mais elle est aussi le synonyme de bien des cachotteries, des blessures et des mensonges. À la manière d’une cheffe d’orchestre, Cecelia Ahern fait jouer chacun de ses personnages de façon voluptueuse et passionnée, sans oublier de ponctuer son récit par une notre vibrante.

En conclusion,Le joueur de billes est une histoire humaine et familiale, où le passé et le présent s’entremêlent pour mieux définir l’avenir. Et même si je lui ai préféré PS. I Love You il est indéniable que la plume de Cecelia Ahern n’a pas pris une ride, et possède toujours cette capacité naturelle à nous toucher sans tomber dans le mélodramatique de bas étage. Une lecture agréable en ces temps difficiles, nous rappelant que la vie est bien trop courte pour ne pas la passer autrement qu’en étant nous-même.

hjzggInfos roman (29)

Une réflexion sur “Critique #077 – Le joueur de billes de Cecelia Ahern

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s