Critique manga #034 – No Guns Life tome 1 et 2

Une métropole corrompue et polluer d’après la guerre ne trouve son salut qu’en la personne de Jûzô Inui. Autrefois humain, il s’est vu intégrer des morceaux de machines afin d’affronter l’ennemi sur le terrain. Dix ans après, le voilà qui arpente les rues de la ville en jouant les héros sans pour autant en être un. Sa particularité ? Sa tête n’est plus celle d’un homme, et a été remplacé par un gros revolver digne de figurer dans les mains d’un John Wayne. Face à lui, la multinationale Berüren à la tête d’un vaste empire de trafic d’enfants, de membres humains et bien plus. 

Critique manga #033 – Sangreal tome 1

L’univers médiéval fait partie des lectures que je lis peu, malgré l’amour que je lui porte. En effet, étant assez regardante sur la complexité du scénario je ne me laisse pas facilement séduire. Sangreal fait partie de ses œuvres qui proposent un bon postulat de départ mais qui souffrent de quelques maladresses, ici en cause l’écriture novice de son auteure. Pourtant, l’aspect et l’ambiance gothique ainsi que l’art divinatoire des cartes de tarot on sur me charmer. 

Critique BD #002 – Batman – The Dark Prince Charming tome 1 de Marini

À l’annonce de cette collaboration entre DC Comics et Dargaud, les amateurs de comics et de bande dessinée n’ont pu que trépigner d’impatience. Ce projet est né d’une simple boutade entre Enrico Marini et François Pernot, le directeur général du Lombard et de Urban Comics. Un an plus tard, ayant oublié cet échange, Pernot revient vers lui en lui annonçant que Jim Lee (co-publisher de DC Comics) est intéressé par l’idée de voir Marini écrire et dessiner une histoire inédite du Chevalier Noir. 

Critique #067 – Wonder Woman : Warbringer de Leigh Bardugo

Avec le succès du film en juin dernier, Wonder Woman est en plein dans le milieu de l’oeil du public et avec Justice League dans quelques jours en salles, sa présence et les histoires autour d’elle ne vont cesser de fleurir. Et c’est tant mieux ! Wonder Woman existe depuis 75 ans et se doit de briller avec la même intensité que les Superman et les Batman. Le message d’espoir, d’amour et de tolérance qu’elle porte en elle depuis sa création des mains de Williams Moulton Marston se doit d’être entendu et transmis. Avec Warbringer, son message est encore plus fort et parlera aux nouvelles générations comme aux plus anciennes. 

Critique manga #032 – Neon Sign Amber

Entre sensualité, amitié et amour, Ogeretsu Tanaka revient avec un one shot au visuel étincelant et à l’histoire humaine profonde et sensible. Un récit qui témoigne de l’évolution de l’une des maîtresses du genre yaoi dans toute sa splendeur.