Critique #078 – Mirror Mirror de Cara Delevingne et Rowan Coleman

 TITRE PAGE (29)
L’adolescence où le mal du siècle chez les adolescents. Avec Mirror, Mirror la célébrissime Cara Delevingne propose une plongée au cœur du problème. Évoquant le mal-être, l’acceptation de soi et l’amitié, Cara et Rowan Coleman dépeigne un univers Young adulte sombre et frappant. Mais quand on possède un statut comme celui de Delevingne on a tendance à attendre sa plume au tournant. Verdict dans la suite.

 

Acheter Mirror Mirror sur le site des Éditions Hachette ou sur Amazon

logo-hachetteNetGalley

Merci aux éditions Hachette et au site NetGalley France pour cette lecture numérique.


Cara Delevingne est une mannequin et actrice britannique née en 1992. Elle est la fille de Pandora, personal shopper du magasin Selfridges et et chroniqueuse de British Vogue, et d’un père promoteur immobilier. Cara grandit dans un milieu dit “privilégié », en compagnie de ses sœurs aînées, Chloé et Poppy. Sa scolarité Cara la passe dans la prestigieuse école Bedales School, et est très vite repérée par l’agence de mannequins Storm qui la fait débuter en 2009 sur les podiums. Elle a depuis été le visage de célèbres marques comme Burberry, Chanel, Dolce & Gabanna, ou encore Zara. Malgré son succès sur les défilés de haute couture, Cara se tourne vers le cinéma en 2015 dans le film Pan aux côtés de l’acteur Hugh Jackman, mais se fait remarquer parle grand public avec l’adaptation du roman de John Green La Face Cachée de Margo. En 2016, elle apparaît au casting de Suicide Squad, puis cette année dans le rôle principal féminin de Valerian par Luc Besson.

Mais Mirror Mirror a également été écrit pas une autre plume, celle de Rowan Coleman. Cette dernière est également britannique et a écrit plusieurs romans comme par exemple Avant de t’oublier (2015), We Are All Made of Stars, The Other Sister, ou bien The Happy Home for Broken Hearts. Elle vit actuellement avec son mari et ses enfants, dont des jumeaux.

Sous le titre de Mirror Mirror se cache en réalité un groupe de musique composé de quatre adolescents dont la popularité au sein du lycée est réelle. L’histoire nous est contée par Red qui tente de se faire accepter du mieux qu’elle peut et qui ne peut compter sur personne du côté de sa famille. Mais un jour, Naomie, Leo, Rose et Red vont se retrouver confronté à l’inimaginable après la disparition de l’un d’eux: Naomie. Les semaines passes, et on retrouve enfin Naomie très mal en point au bord de la Tamise. La police pense pour une tentative de suicide, mais ses amis ont du mal à y croire. Et toujours si soudés, comment ont-ils fait pour ne pas voir les signes  du mal-être de la jeune fille. En tentant de percer la vérité à jour, Red, Rose et Leo vont tomber sur des indices ouvrent la porte sur leurs propres secrets et peurs

Je m’allonge d’un côté , glisse un oreiller replié sous ma nuque et garde un pied par terre. Ma grand-mère m’ a raconté un jour qu’à Hollywood, avant que les scènes dénudées – et de sexe – soient autorisées, il y avait une règle : les couples qui apparaissaient à l’écran, même mariés, devaient toujours avoir au moins un pied par terre – c’était le signe qu’ils ne pouvaient pas être en train de coucher ensemble. Même s’il est tout à fait possible d’avoir un rapport sexuel avec un pied par terre, du moment qu’on est très motivé. C’est en tout cas ce que ma grand-mère me disait.

Le récit se compose  de chapitres plutôt courts, où viennent s’ajouter des paroles de chansons, des bribes de messages en ligne et de SMS. C’est clairement pensé pour plaire à un lectorat jeune et moderne. Plusieurs thématiques viennent tenter de donner une certaine maturité au titre. Il y a d’abord celle de l’identité de soi et de cette image que l’on renvoie aux autres, mais aussi à soi-même. Cette notion est non seulement particulière à l’adolescence mais le reste également tout au long de notre vie. Personnellement, je suis persuadée que l’on apprend à se connaître et à se voir différemment au fil du temps qui passe. Cette construction de soi passe aussi par les relations que l’on peut nouer avec les autres, bonnes ou mauvaises.

Les rebondissements sont présents voir trop, ce qui dénature le fil rouge principal du récit, à savoir la vérité autour de Naomie. Ainsi, la narration s’en retrouve alourdie avec des passages parfois inutiles. L’enquête stagne à plusieurs reprises, et se voit même reléguer au second plan. Ce qui est fort dommage au vu du potentiel de départ.

Mais si denombreux aspects de Mirror, Mirror m’ont déplu, j’ai réussi à y trouver du positif. J’ai par exemple apprécié le fait que Delevingne et Colleman mettent en avant les différentes personnalités des personnages et leurs vies. Nous avons Leo qui voit la sortie de son frère de prison approcher à grands pas, Red dont la famille est tellement occupée à boire ou dans une relation extraconjugale qu’elle doit s’occuper elle-même de sa petite sœur. Et enfin, Rose dont la vie est un secret bien gardé mais aux moments douloureux. À travers le prisme de ses adolescents tout aussi différents émotionnellement, physiquement et psychologiquement, le duo d’auteures parle de l’amitié, la famille, des relations amoureuses, et de l’homosexualité. En somme des personnes comme on peut en croise tout les jours dans la rue. Red est celle qui fait le plus réagir dans le lot selon moi. Elle dénote un peu, fatigue mais touche. La partie concernant l’homosexualité est celle qui est la plus aboutie selon moi, ce qui est une bonne chose pour le lectorat. Par contre, en voulant justement parler de trop de thèmes à la fois, le récit perd en crédibilité, rendant cela d’un point de vue dramatique exagéré, sonnant parfois faux. De plus en étant attentif, on peut assez facilement deviner le dénouement final.

Au fil des pages, on s’aperçoit que Delevingne a voulu intégrer trop de thèmes dans une seule histoire. La plume des deux auteures possède une certaine touche presque poétique mais souffre de pas mal de maladresse au niveau du langage employé. En effet, Mirror, Mirror a clairement été conçus pour un lectorat adolescent, puisque qu’il possède certaines expressions propre à une tranche d’âge bien précise. Mais ce qui pèche ici ne sont pas vraiment les mots employées, mais plutôt le fait que le style plus adulte ne se marie pas bien avec le style plus jeune. L’histoire s’en retrouve affectée, et vient quelque fois déranger durant la lecture. Certaines idées sont bien trop grosses pour être crédibles dans l’histoire, ce qui n’arrange rien. Par contre, impossible de savoir comment le travail de rédaction a été répartie entre Rowan Coleman et Cara Delevingne. J’ai réussi à déceler quelques passages, phrases ou tournure de style rappelant l’écriture de Coleman.

En conclusion, nul doute que Mirror, Mirror trouvera son lectorat que ce soit chez les plus jeunes comme chez les adultes. Les idées sont là mais manque d’approfondissement pour un récit young adult à la hauteur de la célébrité de Cara Delevingne. Toutefois, la lecture a su être agréable grâce au personnage de Red, et le message de positivité et vision de soi que l’histoire transmet.  

Sans titre 1Infos roman (31)

6 réflexions sur “Critique #078 – Mirror Mirror de Cara Delevingne et Rowan Coleman

  1. Ce livre ne me tente absolument pas de base, et ton avis confirme les craintes que j’avais ! Alors, je ne perdrai pas mon temps ni mon argent avec lui, c’est décidé haha

    J’aime

  2. Je suis d’accord avec toi, ce roman donne l’impression que les auteurs ont voulu caser beaucoup trop de choses dedans. Je l’ai bien aimé mais je lui reproche une intrigue pas assez réaliste alors que les personnages sont plutôt bien rendus.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s