Critique manga #054 – Tales of Wedding Rings tome 3 et 4

titre manga
La quête heroïc-fantaisy de Satô continue à travers cet univers proche du Seigneur des Anneaux. Force, courage, amitié et loyauté sont nécessaires pour mener la mission à bien : éliminer de Roi des Abymes avant que le Royaume ne soit condamné. Un scénario aux multiples rebondissements où les tourments amoureux viennent compliquer les choses. 
Lire ma chronique du tome 1 et 2
Acheter le tomes 3 et 4 de Tales of Wedding Rings sur le site de Kana ou sur Amazon
kanadargaudsuisse

Merci à Stéphanie et Anne-Catherine pour cette aventure épic


MAYBE est un duo de mangaka dont le premier manga Dusk Maiden of Amnesia (Tasogare Otome × Amnesia) est paru en 2008 chez Square Enix avant d’arriver en France aux éditons Kana en 2014, pour une durée de 10 tomes. En 2014, ils lancèrent deux nouvelles séries, toujours en cours, To the Abnadonned Sacred Beasts (chez Pika) et Tales of Wedding Rings chez Kana dans la collection Dark Kana.

Maintenant que Satô est devenu le Roi des Anneaux, il s’en va à la recherche des trois autres anneaux à travers les contrées du royaume. Accompagné de Hime, Nephritis, Alabaster, et du prince Mars, il tombe ville ambulante du peuple-chat où y vit la princesse Granat. À peine arrivés, ils découvrent qu’elle n’est pas qu’une simple princesse comme Hime et Nephritis, elle est aussi une farouche guerrière. Afin de gagner le droit de l’épouser et ainsi obtenir son Anneau de feu, Satô va devoir l’affronter en duel et se devra de la battre. Échouant lamentablement, Satô va alors entamer un entraînement de longue haleine aux côtés de Alabaster et de Mars.

Alors que les deux premiers tomes de Tales of Wedding Rings jouaient beaucoup sur le fantastique avec des notes de « fanservice » (boobs, situations explicites, etc,…), le tome 3 met beaucoup plus ces derniers aspects en avant, presque un peu trop. Dès la première page, on découvre Hime en plein rêve « érotique » où son désir pour Satô est présent, avec des corps dénudés, etc. Si cela fait partie intégrante de l’intrigue, on reprochera tout de même au duo MAYBE de le mettre trop en avant dans ce tome-ci. La princesse Granat accentue encore plus ce ressenti puisque sa caractérisation est très sexualisée. On appréciera tout de même les combats entre elle et Satô, la phase d’entraînement et les échanges plus intimes entre les protagonistes. Cela apporte un peu d’aire au récit qui se retrouvait quelque peu étouffé par les sous-entendus explicites.

En ouvrant le tome 4 on est en droit de se demander si l’histoire ne va pas continuer sur le même rythme, mais on est vite rassuré avec l’arrivée de la quatrième princesse, Saphir, du pays de l’eau. Sorte de femme bélier, sa présence apportera un nouveau dynamisme. Si dans les précédents volumes Satô devait prouver sa valeur pour devenir le futur mari, ici, il se verra pris de cours puisque ce sera dès les premières pages que Saphir le prendra pour époux. En faisant ce choix, Saphir espère pouvoir obtenir son aide pour sauver son pays de la menace qu’elle pense que représentent les soldats de l’Empire. Ici, le fantastique se voir rejoint par un conflit géopolitique. L’univers de Tales of Wedding Rings s’en voit plus enrichi et plus sombre.

Si dans le tome 3 le trio (Satô, Nephritis et Hime) et Granat étaient au centre, ici, le personnage de Mars se voit prendre de l’ampleur. On en découvre enfin un peu plus sur celui qui était lors du premier tome sur le point d’épouser Hime avant que cette dernière ne décide de choisir Satô. Son passé familiale offre une trame dramatique rafraîchissante avec un développement inattendu. Sans compter sur la dualité que joue Saphir puisqu’elle possède une sœur jumelle, Saphira. Les caractères de celles-ci sont aussi différents que le jour et la nuit. Saphir est plus désinvolte, sarcastique et n’a nullement envie de séduire Satô. Quant à Saphira elle est plus réservée, et voit son cœur être déjà pris par quelqu’un d’autre…

Une grande partie du charme de Tales of Wedding Rings réside dans la diversité des personnages, notamment des princesses. Avec maintenant quatre demoiselles à ses côtés, Satô est quelque peu dépassé par l’intérêt que trois d’entres elles lui portent. D’un naturel très entreprenant et séducteur, Granat ne manquera pas de titiller le Roi des Anneaux à passer à l’acte avec elle. Cette situation verra Hime de plus en plus jalouse, mais aussi effrayée à l’idée que Satô puisse ne pas l’aimer. Nephritis apporte beaucoup d’innocence et une touche adorables au titre. Elle est un peu comme une enfant qui  découvre le monde et c’est vraiment agréable à voir. Entre les crises de jalousie de Hime, on assistera aussi à une belle amitié se nouer entre cette dernière et Nephritis. Il est également intéressant de voir les singularités et coutumes de ces peuples.

Le dessin de MAYBE est toujours aussi superbe, maîtrisé, et dont le trait sublime les corps très sensuels des héroïnes. L’action est dynamique et percutante sans tomber dans l’excès. Les décors sont mis en valeur par le raffinement du style de l’auteure. À noter que les éditions Kana ont eu l’excellente idée de reprendre les couvertures originales en jouant sur une couleur différente pour chaque princesse et l’anneau qui lui est propre.

En conclusion, après deux tomes de bon calibres, Tales of Wedding Rings voit son niveau baisser en tome 3 avant de retrouver toute sa pâte dynamique dans le tome 4. Si le principe de la quête reste le même, l’intervention des différentes princesses et leurs personnalités apportent une belle touche de changement qui fait du bien. C’est donc avec plaisir que je donne rendez-vous à Satô et ses amis dans le tome 5.

17/20

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s