Critique comics #002 – Sunstone tome 1

Copie de titre manga

L’amour et les fantasmes vont le plus souvent ensemble. Que vous soyez « traditionnel » ou inventif, la curiosité humaine ouvre des pans différents sur le plaisir. Sunstone est une oeuvre qui traite du BDSM entre deux femmes, mais pas que. En effet, de par son écriture sublime et délicate, l’histoire nous présente des personnages authentiques évoluant sur une ligne narratrice respectueuse et sincère. 

 

Acheter le tome 1 de Sunstone sur Amazon.

 

POUR PUBLIC AVERTI


Stjepan Sejic est un auteur et artiste de comics d’origine croate connue principalement pour la série Witchblade des éditions Top Cow. Sa carrière, Stejepan la débute en tant que coloriste sur les couvertures de Tyler Kirkham. Il a été principalement inspirée par les comics italiens avant de tomber sur une copie d’un numéro de Witchblade, pour travailler son propre style. En 2007, Sejic signe pour illustrer Witchblade à partir du numéro 116 jusqu’au 150, ce qui représente le run le plus long dessiné par un seul et même artiste. On lui doit aussi le graphisme de First Born et Broken Trinity, évoluant dans le même univers que Witchblade, mais aussi des couvertures de The Darkness. Son travail compte aussi des collaboration dans divers titres de chez Marvel, DC Comics, Image Comics ou encore Dynamite Entertainment. Sunstone est l’une de ses récentes créations écrites et illustrées par lui uniquement, qui vit le jour en 2011 sur le site DeviantArt. Sa femme, Linda Luksic Sejic s’illustre également auprès de son mari sur le titre. Ce n’est que quelque temps plus tard que Sunstone sera publié sur papier chez Image Comics. En France, c’est Panini Comics qui publie la série depuis 2014 avec 5 tomes en cours.

L’histoire se concentre sur quatre personnages, dont les deux premiers que l’on découvre sont deux jeunes femmes qui ne se connaissent pas encore. La première est une auteure du nom de Lisa Williams et la seconde Ally Carter, femme d’affaires à succès. Mais ses deux jeunes femmes sortent de la norme, si on peut dire cela ainsi, puisqu’elles sont toutes les deux attirées par la culture BDSM. Ally est ce que l’on appelle une dominante et Lisa une soumise. Certainement prisonnière de leurs désirs inavoués, elles ne sont pas très doué dans les relations de couple. Mais grâce à la magie d’internet ces deux jeunes femmes très différente vont nouer une relation particulière avant de se rencontrer, pour peut-être arriver à vivre une belle histoire de cœur ?

N’étant pas une lectrice de livre évoquant le BDSM, je dois être honnête et dire que ce qui m’a poussé à lire le livre est le fait que ce soit un projet de Stjepan Sejic, que j’admire depuis Witchblade (et surtout le spin-off Angelus) aussi bien du point de vue écriture qu’artistique. C’est donc avec curiosité et envie que je me suis intéressée à cette histoire, et heureusement que je l’ai fait.

Pour commencer il est important de préciser qu’à travers Sunstone, l’auteur ne tente pas de rameuter le gros obsédé de base en enchaînant les scènes houleuses entre les deux jeunes femmes et leur relation intime, BDSM ou non. L’histoire est construite de manière à ce que le lecteur s’investisse dans la vie de chacune d’elle. En fait, l’histoire nous est racontée par Lisa, qui a décidé de coucher leur rencontre et plus si affinités, sur papier. À travers leurs pensées, Sejic nous dévoile leurs peurs les plus secrètes, allant du simple fait de ne jamais avoir eu une relation avec une personne du même sexe jusqu’à la déception amoureuse antérieur. Ici, Sejic mise sur deux principes : l’amitié et l’amour. L’amitié à travers les liens qu’elles vont tisser au fil des échanges, et l’amour à travers deux sphères. La première est celle de l’amour entre deux personnes et les sentiments que cela implique, alors que la seconde est l’amour que l’on porte sur ce soit. Le regard que chacune se donne est important. Lisa a beau être une femme forte dans le travail, face à ses sentiments elle se retrouve tremblante ne sachant quoi faire.

sunstone-3-750

Mais le duo féminin n’est pas le seul acteur principal de Sunstone. Il y a Alan, le seul ami d’Ally. Son rôle est d’écouter son amie et surtout d’apporter une belle dose d’humour qui donne un côté vraiment authentique au récit. Parmi les sentiments que Seji injecte dans son récit, on peut noter celui de l’excitation face à la première rencontre. En effet, imaginez-vous après des mois d’échanges sur le net et par webcam avec uneinconnu qui petit à petit devient quelqu’un d’important dans votre vie, vous aussi vous seriez nerveux et angoissé. Puis, s’ajoute l’idée que l’on puisse ne pas plaire à l’autre une fois dans la vraie vie, ou encore que l’alchimie ne passe pas, et que vous vous retrouviez complètement bête et déçue.  Les moments de tendresse ne manquent pas dans Sunstone, Lisa et Ally deviennent comme un couple d’amies à nos yeux.

Alors, est-ce que la partie BDSM est traitée de manière cohérente ou non ?  Pour être franche je ne suis pas du tout une experte en la matière, malgré mon côté masochiste. Mais comme je l’ai dit plus haut, Stjepan Sejic n’a pas écrit Sunstone pour satisfaire les voyeurs. Le thème est écrit avec délicatesse et respect dans ses grandes lignes. La lecture se fait de manière naturelle et nous en oublions presque que nous avons ici une lecture “moins conventionnelle” comme pourrait le dire certains. Le sérieux du thème se marie parfaitement à la personnalité des personnages, la douceur et l’humour. L’écriture de l’auteur met en parallèle le fait que même si ces deux jeunes femmes ont des pratiques sexuelles différentes de la “norme”, au fond nous ne sommes pas plus différentes qu’elles. En effet, que le premier qui n’a jamais eux des fantasmes sexuels et des envies particulières lève la main.

 

Au niveau du dessin on atteint le nirvana complet. C’est beau, sensuel sans être graveleux et gratuit. Chaque case de chaque planche est pensée de manière à servir l’histoire de la meilleure des manières. Le côté très classique de la construction des planches vient souvent se voir brisée pour nous offrir de belles cases originales, apportant du dynamisme. Le design des personnages est magnifique, pointilleux et lissé sans donner un aspect trop léché. Notons les détails des différents instruments BDSM comme les attaches, les fouets et autres. Certes, Sunstone n’est pas à mettre dans les mains de n’importe qui, mais il n’est en rien pervers. C’est doux, violent dans le consentement, et plaisant à regarder. On se surprend même à s’attarder sur quelques cases tant la beauté du trait et des couleurs de Sejic nous captivent.

Du côté de l’édition de Panini Comics, c’est un sans faute total. L’ouvrage est en cartonner, et la couverture et couleur rouge est fidèle à l’oeuvre d’origine. Les bonus en fin de tomes viennent compléter le bouquin.

En conclusion, avec un thème aussi tabou et délicat, Sunstone arrive à offrir une belle découverte humaine dans un environnement peu conforme mais dont la sensibilité de Stjepan Sejic nous saisi à la gorge. Une romance forte et douce, où aucun jugement n’est fait sur les goûts d’Ally et Lisa. C’est sublime visuellement et passionné côté cœur. Un ouvrage que je recommande aux lecteurs qui souhaiteraient découvrir le BDSM dans le respect et sans voyeurisme aucun.

Infos BD.png

2 réflexions sur “Critique comics #002 – Sunstone tome 1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s