Critique #087 – Hortense de Jacques Expert

TITRE PAGE

Au fil des publications, Jacques Expert est devenu une valeur sûre du thriller psychologique. Hortense a été mon premier roman de l’auteur et, quel choc.  Dévoré en à peine trois heures je n’ai tout simplement pas pu le lâcher avant de connaître la fin. Suspens, des dizaines de questions et une fin à vous en retourner le cerveau pendant des jours. 

 

Acheter Hortense  sur le site de Le Livre de Poche ou sur Amazon.

Jacques Expert est un journaliste et écrivain français, mais aussi le directeur des programmes de la chaîne Paris Première, depuis 2001, directeur des magazines de M6 depuis 1998, ainsi que directeur des programmes de la station radio RTL depuis 2012. Il a également été grand reporter à France Inter et France Info pendant quatorze ans et à couvert de nombreux faits-divers célèbres. C’est en trempant là-dedans, si je puis dire cela ainsi, que Expert s’est laissé emporter par l’envie d’écrire. Son premier roman, La Femme du monstre paraît en 2007, suivi de La théorie des six (2008), Ce soir je vais tuer l’assassin de mon fils qui a été adapté à la télévision en 2013, Adieu en 2011, Qui? (2013), Deux gouttes d’eau (2015), Tu me plais (2015), Hortense en 2016 et enfin Ne nous quittons pas chez Albin Michel en mai 2017. Jacques Expert est marié à Valérie Expert, journaliste française de télévision, avec qui il a deux enfants.

En 1993, Paris, Sophie Delalande est une jeune mère célibataire qui élève sa petite fille Hortense, presque trois ans, dont elle est follement amoureuse. Cet amour c’est un peu la planche de salut de cette femme, puisqu’il lui permet d’oublier les rapports difficiles qu’elle entretien avec le père d’Hortense, prénommé Sylvain. Lui, c’est un homme violent et manipulateur qui abandonna Sophie quand il apprit qu’elle était enceinte. Mais un jour, l’homme revient dans sa vie et demande à voir Hortense, Sophie refuse catégoriquement, c’est alors que Sylvain fait irruption chez elle et lui enlève sa fille. Vingt-deux ans plus tard, Sophie n’est plus que l’ombre d’elle-même depuis la disparition de sa fille qu’elle n’a jamais cessé de chercher. Un soir, alors qu’il pleut averse, une jeune femme blonde la bouscule dans la rue. Sophie en est sûre, c’est sa fille, Hortense. Elle décide alors de la suivre, de l’observer et de se lier d’amitié sans rien lui dire… Mais celle qui se fait maintenant appeler Emmanuelle est-elle réellement Hortense ?

Autant le dire tout de suite, le fil conducteur de l’histoire est efficace, haletant et il m’a été impossible de lâcher ce livre avant de connaître la fin. Je l’ai lu en à peine trois heures… enfin, dévoré plutôt, oui. Le début s’ouvre par un témoignage auprès de la police d’un des anciens chargés de l’enquête sur l’enlèvement d’Hortense. En le lisant on sait tout de suite que dans le présent (2015) l’histoire se finit mal, mais on ignore pour qui. En effet, tout le long du récit Jacques Expert nous guide dans le quotidien banal et monotone de Sophie après la disparition de sa fille. Maintenant dans la cinquantaine cette femme s’est laissé dépérir, se coupant de toute vie sociale, et faisant les choses par automatisme. Mais le soir de sa rencontre avec Emmanuelle qui pour Sophie ressemble exactement à Hortense, non seulement la vie de Sophie va changer, mais aussi celle de la jeune inconnue.

Sophie nous entraîne alors dans ses souvenirs liés à son passé béni et sans ombres, sa rencontre avec Sylvain, la naissance de sa fille, et bien entendu le soir de son enlèvement. En lisant Hortense on est frappé par l’amour inconditionnelle que Sophie porte à sa fille, voir mal à l’aise. Par exemple, elle fête deux fois son anniversaire dans l’année, soit tous les six mois, ne peut s’empêcher de l’admirer, de la couver, et de lui apprendre plein de chose. Il est assez étrange de voir la petite fille de deux ans et demi à travers les yeux de sa mère, puisque cette dernière à une façon propre pour en parler.  Il est difficile de dire si on éprouve de l’attachement envers cette mère en-proie au désespoir. Non pas que nous ne sommes pas touchés par ce qui lui arrive, mais simplement parce que l’on comprend très vite que Sophie possède une personnalité très particulière. Ce que le lecteur se demande alors est si cela est antérieur à l’enlèvement de sa fille, ou si cela est venu après coup. Pourtant que l’on compatisse à sa situation ou non, on ne peut cesser de tourner les pages encore et encore jusqu’à la fin.

Comme elle, j’aurais voulu avoir une de ces poupées mannequins si jolies quand j’étais petite. Mais mes parents étaient inflexibles. « Pas de ces merdes américaines », avait décrété mon père. Je n’avais jamais joué avec des Barbie, enfant, et je me suis bien rattrapée avec mon Hortense.

Dans le jargon on dit de ce genre de bouquins que cela est un “page-turner” et c’est vrai. De plus, le portrait que dresse Sophie de son ex-compagnon Sylvain à de quoi faire froid dans le dos. Aveuglée par l’amour qu’elle porte à cet homme ô combien beau et parfait – elle ne comprend pas pourquoi il s’est intéressé à elle et on sent très vite que l’on est en présence d’un pervers narcissique. Mais est-ce vraiment le cas, ou simplement la vision que Sophie a de celui qui a brisé sa vie ?

C’est là que la narration d’Hortense devient complexe. En près de 350 pages, son auteur va nous balader entre les points de vue de Sophie, Emmanuelle la supposée Hortense, et des extraits de dépositions faits par des membres de la famille, des voisins, des amis, des témoins, etc. Dans ce thriller psychologique on suit aussi le combat d’une mère pour la vérité, les aléas de la justice et de ceux qui exécutent les ordres, et bien plus encore. Il est extrêmement difficile d’élaborer plus sur ce livre sans donner des indices clés du récit. Alors oui au fil des chapitres – qui se veulent très court pour imposer un excellent rythme – on imagine telle ou telle hypothèse. Emmanuelle est-elle Hortense ? Sylvain est-il encore dans les parages ? Sophie possède-t-elle toutes ses capacités mentales ? Sa famille ou celle de Sylvain sont-ils dans le coup ? Toutes ces questions trouvent réponse au fil des lignes et des rebondissements qui nous soufflent. Et surtout que dire de cette fin ? Simplement que je ne l’ai pas vue venir. Alors oui l’idée m’a effleuré mais cela était devenu presque impossible à mesure que l’on avançait. Surtout que l’auteur attend réellement les toutes dernières pages, voir la dernière pour nous donner la solution. Et là, on en reste les yeux écarquillés comme une carpe hors de l’eau.

J’ai à peine plus de cinquante ans et mon corps est déjà si vieux. Mais j’ai toujours été laide. Quand il disait que j’étais belle, je le traitais gentiment de menteur. Il me prenait par la main et m’entraînait vers la chambre.

Si après ma lecture et la découverte de la fin je suis restée avec de nombreuses questions en tête, je peux dire qu’en y ayant réfléchi on finit par arriver à en trouver certaines de notre propre chef en se remémorant certains passages. Le fait que l’on ait l’impression d’avoir eu le cerveau retourné dans tous les sens est ce qui à mon sens qualifie ce livre d’un véritable thriller psychologique. On cogite encore et encore, on se demande si l’auteur n’a tout simplement pas balancé sa fin en quatrième vitesse. Pourtant tout est là, et on finit par réaliser que Jacques Expert a su maîtriser son récit pour ne rien laisser paraître au premier coup d’oeil malgré certaines idées ici et lé que l’on devienne très vite.

En conclusion, Hortense est une lecture addictive et haletante dictée par le talent de son auteur Jacques Expert. Au fil des mots, des lignes et des pages, le doute sera votre seul ami laissant une grande place à l’angoisse jusqu’à flirter avec un certain mal être comme si une vous aviez avalé une encre. Et là où Expert brille est dans le fait qu’il n’a nul besoin de faire couler l’hémoglobine pour que son histoire nous frappe. Ce n’est pas un coup de cœur mais une excellente découverte pour moi que ce premier Expert, qui vraiment ne porte pas son nom pour rien au vu de l’effet qu’a produit ce bouquin sur moi. J’y pense encore… 

PS. Si vous l’avez lu et souhaité partager vos hypothèses concernant la fin, je suis à votre écoute et vous encourage même à le faire. Précisez simplement SPOILERS avant pour ne rien gâcher de la lecture des autres, merci. 

17blancInfos roman.png

8 réflexions sur “Critique #087 – Hortense de Jacques Expert

  1. SPOILER SPOILER SPOILER SPOILER Alors moi je viens de le finir hier soir Et je suis resté stoïque à la fin J ai cherché des passages qui penchait sur ça ms J en ai trouvé que tu deux. Mais pour le passage avec Sylvain wahoo tu as raison.
    Mais il me reste une énorme question: La Police n a pas fait l état des lieux?

    Aimé par 1 personne

    • SPOILER SPOILERS SPOILER XD
      Je pense que la police était tellement dépassé par cette mère qui partait dans tout les sens qu’il est possible qu’elle ne ce soit pas trop aventuré dans la chambre. OU
      thèse la plus plausible selon moi, Hortense n’était pas dans la chambre…et cacher ailleurs. C’est vraiment une lecture qui va continuer à me faire reflechir de temps en temps. D’ailleurs rien que le fait que Sophie ne voit jamais rééllement le visage de Sylvain quand elle pense avoir retrouvé Hortense est un indice, et encore plus à la fin avec Isabelle et Sylvain dans l’appartement. J’aimerai vraiment en discuter avec l’auteure, je te jure^^’
      Tu comptes en relire de lui ?

      J'aime

      • Oui je compte lire « Comme deux gouttes d’eau » et « La femme du tueur » J’ai déjà lu « Tu me plais » mon préféré Et « Qui » de lui, toi c’est ton 1er?

        Ca me fais tellement réfléchir…. C’est de la torture, oui il devrai organiser une conférence rien que pour Hortense 🙂

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s