Critique #089 – Calendar Girl, tome 1 : Janvier

TITRE PAGE (2)

Quel est le point commun entre Calendar Girl et Gossip Girl ? Son univers haut en couleur et en parfums de Chuck et Blair, sans le possible côté malsain s’il vous plaît. Ah, et n’oublions pas le fait que Calendar Girl va être adapté par les producteurs de Gossip Girl. De quoi mettre l’eau à la bouche me direz-vous. Toutefois, avant de voir débarquer Mia et Wes sur notre petit écran, il est de bon ton de se plonger dans ce premier tome. Alors, détendez-vous et laissé vous entraîner dans un road trip sexy à travers les États-Unis. 

 

Acheter Calendar Girl : Janvier sur le site de Le Livre de Poche ou sur Amazon.
Lire un extrait
Le tome 2 paraîtra le 31 janvier 2018

MERIC AU LIVRE DE POCHE POUR (5)


Audrey Carlan est une auteure américaine qui s’est fait connaître grâce à la série Calendar Girl en 2015, véritable phénomène dans le genre “érotique” dès sa sortie en librairie. Traduit dans plusieurs langues et avec plus de 15 millions d’exemplaires à travers le monde, le livre se classa dans la liste des meilleures ventes du New York Times. Ce qui aida le titre se distinguer de la concurrence a été son concept originale de publication qui voyait un roman sortir par mois. Ainsi le lecteur était invité à lire les aventures mensuelles du personnage de Mia Saunders. Mis à part cette série, l’auteure compte trois autres sagas à son actif inédites en France : Trinity, Lotus House et FallingCarlan vit actuellement en Californie avec son mari et leurs deux enfants. 

Calendar Girl est une saga qui a fait parler d’elle bien avant sa sortie chez Hugo Roman, et comme pour beaucoup de choses (en dehors de la lecture) ce qui fait trop de bruit fini par certes piquer ma curiosité mais aussi par me lacer. Je peux citer par exemple le thriller de Paul Hawkins La fille du train que j’ai mis près d’un an à enfin me lancer dans la lecture. Et comme à la fin j’avais été agréablement surprise, je me suis dit que Calendar Girl pouvait peut-être me surprendre également.

L’histoire est assez simple, Mia Saunders, une jeune femme vivant à Las Vegas avec son père et sa petite sœur, se retrouve du jour au lendemain à tenter de trouver un moyen pour rembourser la dette qu’il s’est mise à dos en jouant. La somme ? Oh, un million de dollars, des broutilles quoi. Son père s’étant fait passer à tabac, Mia sait que la situation est sérieuse et très critique. Elle va alors accepter de jouer les escort girl pour l’agence que tient sa tante. Chaque mois, la jeune femme sera l’escort d’un homme différent pendant un an, avec à la clé 100 000 dollars pour chaque contrat. Mais cette dernière se fait tout de même une promesse: ne pas tomber amoureuse. Difficile pour ce petit cœur d’artichaut.

Le roman étant extrêmement court, on est très vite dans l’histoire. Pas de chichi, le ton est cash et on découvre très vite que Mia sait ce qu’elle veut et qu’elle n’est pas du genre à garder ce qu’elle a à dire pour elle. Son travail d’escort débute avec Wes, monsieur « Janvier », qui possède un charme fou et qui s’entendra très bien avec notre héroïne. Alors, je vais être honnête tout de suite en disant que Calendar Girl est le genre de titre que je lis sans en attendre des rebondissements de folie ni même une intrigue des plus originale. Le seul point là-dessus qui m’a attiré a été le fait que cela se passe une fois par mois sur une durée de douze mois. Je comprends pourquoi Mia a plu a de nombreuses lectrices, puisqu’elle est dépeinte par l’auteure comme une femme qui s’assume telle qu’elle est, déterminée et drôle. En est-elle tout autant attachante ? C’est bien là que j’ai eu du mal. Je ne me suis pas attachée à elle. Mais je pense que ce point est dû simplement au fait que le roman fait moins de 220 pages et qu’il est presque impossible, pour moi en tout cas, de s’attacher à quiconque dans un récit.

– Ça devrait t’aller. Tu mesures quoi – à peu près un mètre quatre – vingt – cinq ? Et tu pèses soixante – trois kilos ? 
– Un mètre quatre – vingts, et … ta mère ne t’a jamais dit qu’on ne demandait pas son poids à une femme ? 
– Hélas, non, répond Amil en secouant la tête et en riant.
– Eh bien, elle a failli à sa mission alors, dis-je sur un ton sarcastique. C’est impoli, et les femmes détestent ça. Tu es marié ? Il secoue la tête. – Tu as une copine ? Il secoue de nouveau la tête. – C’est bien ce qui me semblait. Je n’ai plus rien à dire, je conclus en frappant dans mes mains comme si je venais de prouver la théorie de la relativité d’Einstein.

La relation entre Wes et Mia est le gros point fort de ce premier tome. L’alchimie entre eux se ressent à tel point que l’on ne peut l’ignorer en lisant. Ils sont drôles, et on se plaît à suivre leurs échanges. Les scènes de sexe toutes les trois pages en rebuteront certainement pas mal, mais à coté de GREY de E.L. James [que j’essaye de lire actuellement] Calendar Girl est une séance de vacances dans un couvent (pardon). Le récit n’est pas dénué de points faibles, notamment le fait que certaines situations sont répétitives et que du coup je me demande si cela sera toujours le cas dans la suite.

La plume de Audrey Carlan est cependant très addictive et on avale les pages sans s’en apercevoir. Les personnages possèdent assez que de qualité pour que l’on s’intéresse à leur parcours, et qu’on se demande comment cela va évoluer pour eux dans les onze autres tomes. De plus, les scènes de sexe sont assez courtes et ne s’étalent donc pas sur une dizaine de pages (bonjour GREY, encore toi, toujours, oui). Petit mot également sur édition de Le Livre de Poche qui a pour particularité – en dehors des couvertures très colorés et “girly” que je trouve sympas – d’être accompagné d’un petit bracelet en tissu avec un proverbe écrit dessus. Celui de janvier dit : Ce n’est pas la destination qui compte , c’est la route.

En conclusion, ce premier tome de Calendar Girl s’ouvre sur un concept original et assez plaisant à suivre, en tout cas assez pour que je souhaite continuer la lecture pour voir ce que le tome 2 possède à offrir. Le personnage de Mia possède des atouts, et sa dynamique avec Wes apporte un peu de fraîcheur dans la romance sans traîner en longueur. Ce n’est pas un coup de cœur, loin de là, mais une bonne lecture qui m’aura permise de m’évader de mon quotidien et je n’en demande plus. À suivre…

Copie de lire en bulles

Infos roman

Publicités

4 réflexions sur “Critique #089 – Calendar Girl, tome 1 : Janvier

  1. J’ai assez aimé ce premier tome même si ce n’est pas mon genre de prédilection … Mais c’est court et entre deux lectures, c’est sympathique! Comme tu dis c’est addictif et je suis curieuse de connaitre les prétendants de chaque mois. Pour l’instant j’en suis à avril et je compte continuer 😉

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s