Critique anime #005 – Psycho-Pass, le film

anime titre
Après vous avoir parlé il y a quelques mois de la première saison de l’animé Psycho-Pass, il n’aurait pas été bon de ma part de ne pas le faire pour son film animé. Cette adaptation de moins de 2 heures fait suite à la série sans pour autant arriver à la cheville de ce que l’on peut attendre d’une telle franchise. Découvrons ensemble pourquoi.

 

Achetez le DVD/Blu-Ray de Psycho-Pass, le film sur le site de Kana ou sur ADN en streaming légal

 

Mon avis sur la saison 1 de Psycho-Pass, la série


Avant de se voir adapter en film animé, Psycho-Pass a connu deux saisons animées entre 2012 et 2014. La série est diffusée dans les pays francophones légalement via ADN, J-One et France 4. Par la suite, les Éditions Kana Home Video proposèrent une sortie DVD et Blu-Ray. Fort du succès de la série, trois adaptations mangas ont vu le jour au Japon, dont deux sont en cours de parution en France chez KanaInspecteur Akane Tsunemori et Inspecteur Shinya Kôgami. La première se tient en six tomes, alors que la seconde- un prequel à la première –  est toujours en cours de parution avec quatre tomes à ce jour. 

Mon avis sur la saison 1 de Psycho-Pass, la série

Le film prend place quatre ans après les évènements de la saison 1, en 2116, où l’exportation mondial du système Sybil a commencé. L’union d’Asie du Sud Est, expérimente ainsi le système dans la ville côtière de Shamhala Float. On retrouve avec plaisir l’inspecteur Akane Tsunemori, où après une attaque terroriste, Akane apprend que celui qui semble être le leader du groupe terroriste serait son ancien partenaire, Shinya Kôgami. Déterminée à découvrir la vérité, la jeune femme va entreprendre à voyage dans les terres centrales d’Asie qui se trouvent être en pleine guerre civile.

Dans ce nouvel opus de la franchise censé apporter une couche supplémentaire au titre cyberpunk à succès, le film donne l’occasion de mettre l’accent sur les changements qu’on subit Akane et Kôgami depuis quatre ans. Alors que la série se déroule sur plus de 22 épisodes, ici les 1h40 de film se doivent faire des concessions et couper court à certains aspects qui prenaient le temps de s’installer dans la série. De ce fait, les autres agents gravitant autour de nos deux inspecteurs souffrent d’un grand manque d’exposition. Ce qui est relativement dommage tant les personnages avaient tous quelque chose de plaisant et de pertinent à la narration du récit.

Il est intéressant et agréable de voir que l’action portée par l’exportation du système Sybil offre la possibilité de voir ce que d’autres pays pourraient bien faire avec cette technologie. Elle d’ailleurs poussée un peu plus loin en suggérant des partenaires compatibles avec X ou Y pour un possible mariage. C’est d’ailleurs assez effrayant, puisque dans ce genre de cas l’amour n’entre pas en ligne de compte. Le développement des personnages et du récit souffre énormément du format de simple film, ce qui ne laisse pas beaucoup de place à l’action. Certes quelques scènes très bien réalisées se déroulent sous nos yeux mais on est loin de la qualité de la saison 1 de la série.

Du côté des vilains, nous n’avons rien de bien savoureux à nous mettre sous la dent puisque le charisme qu’apportait un méchant comme Shōgo Makishima n’est pas du tout existant dans les vilains que nous découvrons ici. Mais cela est tout de même un bon choix quand on voit à quel point la complexité et la noirceur du titre d’origine ne peut réellement s’étendre dans ce film. Le conflit entre le bien et le mal et clair et très cliché, mais au moins le spectateur n’aura pas à se creuser les méninges pour décrypter chaque niveau de lecture. Le choix de la ville de Shamhala est intéressant puisque nous sommes loin du Japon très avancé technologiquement et politiquement. Dans cette ville, la violence et la pauvreté fait des ravages qui rappelle forcément les paysages post-apocalyptiques. Cette vision au-delà du pays du Soleil Levant apporte des éléments intrigants, mais ne sont pas assez aboutie pour arriver à causer un déclic chez le spectateur qui en attend beaucoup plus. La fin du film tente de donner quelques rebondissements dans l’équation complexe et décevante qu’est ce film sans y parvenir, malheureusement. Beaucoup de thèmes restent inexplorés et laisse une sorte de goût amer en bouche.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Visuellement, on peut dire merci au format film et son budget plus conséquent pour en profiter et de donner plus de fluidité aux scènes d’action. La réalisation est bien menés, et on remarque très vite une nette évolution dans le charadesign. Fini les quelques traits moins flatteurs pour Akane, et bonjour une ligne plus solide. Le décor est agréable et assez chaud dans ses couleurs, mais souffre un peu de quelques rendus 3D qui fait que certains éléments ne collent pas.

En conclusion, si on pensait retrouver un Psycho-Pass en pleine forme, on en ressort forcément un peu déçu. Car après une telle qualité en saison une il était forcément prévu dans notre tête que le film aille encore plus loin. Alors certes le film se laisse voir avec plaisir tant on est heureux de retrouver cette ambiance particulière, et le duo Akane et Kogami, mais on regrette que les autres personnages n’aient pas eu le droit à plus d’exposition. Les idées sont là mais sont réduites à un maigre développement. Toutefois, je ne peux que le recommander ne serait-ce que pour passer un bon moment de distraction en compagnie d’une franchise qu’on adore.

15 sur 20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s