Critique #092 – Boys Don’t Cry de Malorie Blackman

Ah l’adolescence. Période à laquelle les rêves sont ancrés en nous et flous à la fois, où le se dit que l’on est invincible tout en se sentant fragile face à l’inconnue de la vie. On veut devenir avocat, joueur de football, professeur, écrivain, acteur… que sais-je encore. Puis, un jour sans  prévenir la vie vous balance un gros « AH AH AH » au visage en dictant sa loi, et vous n’avez plus que vos yeux pour pleurer. Mais les garçons ne pleurent (presque) pas.