Critique comics #006 – Récit Complet Batman n°5 – Nightwing : Premiers pas à Blüdhaven

 

titre comics.png
Avec son offre en kiosque de récit complet, Urban Comics a récemment publié le premier arc des aventures en solo de Nightwing, ancien Robin. Et on peut dire que ce sidekick de Batman effectue ses premières acrobaties en solitaire de manière aussi efficace que redoutable, n’ayant aucunement besoin de vivre dans les pas de celui qui l’a recueil à la mort de ses parents. Chuck Dixon et Scott McDaniel arrivent à faire de Dick Grayson un aussi beau justicier que détective. 

 

Acheter le tome 1 de Green Arrow Rebirth sur le site des éditions Urban Comics ou sur Amazon.

Chuck Dixon est un auteur américain né en 1954, ayant travaillé pour Marvel et DC Comics notamment, mais aussi pour Bongo Comics, IDW Publishing, First Comics ou encore Dark Horse Comics. Son premier travail fut sur le titre Evangeline pour Comico comics en 1984, puis First Comics. Par la suite, l’éditeur Larry Hama l’embauche pour écrire des back-up aux aventures de Savage Sword of Conan chez Marvel. En 1986, il travaille sur son projet Airboy pour Eclipse Comics pendant 50 numéros. On lui prête aussi de bons scénario pour Batman, Punisher, Detective Comics, Robin, ou encore Batgirl et Catwoman. Après un passage chez Image Comics, Dixon retourne chez DC en 2004 pour écrire du Nightwing, avant de passer sur Batman and the Outsiders en 2008. Il fini par quitter la maison aux deux lettres pour se lancer en 2008 chez Dynamite Entertainment, IDW Publishing avec la série G.I. Joe. Ce n’est qu’en 2017 que Dixon retourna chez DC Comics avec Bane : Conquest, série limitée dans le temps.

Avant de se lancer en solo dans ses aventures, Nightwing eu le droit à un vol d’essai avec la mini-série du même nom mais écrite par Dennis O’Neil. Face au succès de ces quatre chapitres, DC Comics demande à Chuck Dixon et à l’artiste Scott McDaniel de pondre une série à long terme. Elle débutera en 1996 et se terminera en 2009. Sous l’identité de Nightwing se cache Dick Grayson alias Robin. Sidekick de Batman depuis ses débuts en 1940 dans Detective Comics #40, Dick finit par quitter ses collants pour un costume plus adulte en 1984 dans Tales of the Teen Titans #43 sous l’identité de Nightwing. Blüdhaven de Dixon et McDaniel marque le premier titre solo lui étant consacré.

L’histoire de ce premier arc, numéros 1 à 8, est une excellente porte d’entrée pour tous les lecteurs qui souhaiteraient découvrir les aventures du personnage. En effet, si à de nombreuses reprises le lecteur peut se retrouver effrayé par la continuité de DC Comics, ici, pas besoin de savoir autre que chose que « Nightwing c’est Robin, et que Robin est le sidekick de Batman« . En quittant l’influence et l’ombre de son père adoptif, Bruce Wayne alias Batman, Dick devient à son tour un véritable justicier résonnant par lui-même et faisant ses propres choix. On assiste donc non seulement à son arrivée à Blüdhaven mais aussi à son avènement. Néanmoins, Gotham et Blüdhaven se ressemblent énormément notamment dans son taux de criminalité élevé, dans sa population très pauvre, et aussi dans le fait qu’elle était autrefois une ville synonyme de prospérité grâce à son port maritime. Si Dick décide d’aller y faire un tour c’est sous la demande Batman, car 21 cadavres de mafieux retrouvés dans le port de Gotham. Et après analyse, ils auraient tous été jetés dans les eaux de de Blüdhaven…

 

Dès les premières pages, le lecteur est invité à entrer dans l’action pure et dure, tout en entrant dans les pensées de Dick. Affublé d’une horrible queue-de-cheval, on finira par dire merci à l’un des mafieux de la lui avoir coupé. Bonjour look plus moderne. Le scénario de Dixon est assez classique dans son approche puisque l’on peut y trouver des similitudes avec Detective Comics, récit de Batman plus axé sur la facette détective du héros. Ainsi, Nightwing devra faire appel à son esprit de déduction mais aussi à ses nombreuses leçons apprises aux côtés de Maître Bruce. Et il faut dire qu’il s’en sort comme un chef. Chuck Dixon réussit à cerner la maturité du personnage tout en gardant ce dynamisme propre au personnage. Autour de lui, les personnages secondaires trouvent leur importance. Nous avons la concierge énigmatique Clancy qui ne dévoilera pas tout de suite son visage ni son corps au lecteur, mais qui émoustille notre héros par son accent irlandais. Le colérique Chef Redhorn, et le pas très droit Inspecteur Soames.

De fil en aiguille, Blüdhaven délivre tout ce qu’elle a de plus pourri dans ses ruelles sombres et crasseuses, avec dans le lot Angel Marin, boss de la pègre locale. Ses agissements semblent être la cause d’une grande partie de la gangrène qui ronge la ville. Mais comme un vilain de plus n’est jamais de trop, Nightwing croisera une criminelle atypique du nom de Lady Vic. Afin de ne pas vous dévoiler le reste du récit, je dirais simplement que cette dernière a été créée spécialement pour la série par Chuck Dixon et Scott McDaniel.

 

Le dessin de Scott McDaniel est typique du style des années 90 qui ont marqué de nombreux lecteurs, mais qui pour les nouveaux lecteurs peut s’avérer repoussant. Si le design applique les codes de l’époque, avec par exemple les muscles saillant, les carrures droites et carrées, on peut noter que le genre colle avec le récit. L’ambiance y est aussi sombre et sale, et on ne pouvait donc pas demander un style différent. Le charadesign est aussi bon que moins bon, dans le sens où certaines proportions sont parfois un peu brouillonnes… Les scènes d’action partent un peu dans tous les sens par moments rendant le tout difficile à distinguer. Pourtant, on ne peut pas dire que le charme du titre n’opère pas, au contraire. Si le scénario nourri le dessin, ce dernier ne se prive pas pour faire de même en retour.

L’édition kiosque proposée par Urban Comics est de très bonne facture puisqu’il fait plus pas moins de 192 pages pour 5.90 € ! Chaque chapitre est accompagné d’une petite introduction pour poser le contexte du récit et de sa publication de l’époque. Alors même s’il est trop tôt pour savoir si la suite verra le jour à son tour, les fans de Nightwing ou les plus curieux lecteurs peuvent clairement dire merci à Urban Comics de proposer une édition en souple (mais rigide tout de même!) de ces aventures classique et mythique de l’ancien sidekick de Batman.

En conclusion, malgré son aspect vieillot sur les dessins, Nightwing : Premier pas à Blüdhaven est puissant dans son scénario (très accessible à tous) et dans sa mise en lumière de la personnalité de Dick Grayson. Cet ancien fils de famille d’acrobate, et ancien sidekick de Batman, prouve ici qu’il n’a nul besoin de quelqu’un pour le guider désormais et qu’il est capable d’être aussi redoutable dans ses coups et aussi humain qu’un héros avec ou sans pouvoirs.

infos.png

 

 

3 réflexions sur “Critique comics #006 – Récit Complet Batman n°5 – Nightwing : Premiers pas à Blüdhaven

  1. La dégaine de Nightwing me fait peur lol….et les dessins…très 90s…lol mais comme j’aime le perso je vais le prendre espérant voir la suite quand même.

    Aimé par 1 personne

    • En fait c’est surtout au début que Le dessin est très old school un peu fait à la va vite mais apres ca s’améliore. Je pense que les délais était court surtout que cetait toujours le même artiste sur les 8 numéros de l’arc!
      Mais franchement ca colle au récit je trouve.

      Apres j’espère qu’on aura la suite en kiosque!
      Je pense qu’il te plaira si tu aimes Le personnages,et c’est à posséder à ce prix là.. 😬

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s