Critique manga #098 – Boruto – Naruto Next Generations tome 1, 2 et 3

 titre manga.png
À l’image d’un One Piece, Dragon Ball, Ranma et autres, Naruto a été l’une des licences manga à avoir marqué une génération, toujours présente. En 2017, après 72 tomes, Naruto tira sa révérence mais laissa derrière lui Boruto, son fils, prêt à prendre la relève de son père. Que vous soyez un fan ou un nouveau lecteur curieux de découvrir le monde des ninjas et compagnie, sachez que Boruto est un vrai point d’accès efficace. 

 

Acheter les tomes de Boruto – Naruto Next Generations sur le site des éditions Kana ou sur Amazon. Existe également en coffret comprenant les trois premiers tomes pour 20.55 €.

 

LISEZ LE CHAPITRE 1 GRATUITEMENT ICI

kanadargaudsuisse

Merci à Stéphanie et Anne-Catherine pour cette immersion dans l’univers des ninjas ! (Enfin maintenant je veux lire Naruto, c’est malin !)


Masashi KISHIMOTO est un mangaka et scénariste japonais né en 1974 à Okayama. Dès son plus jeune âge, il se passionne pour le dessin et se perfectionne d’année en année en se basant sur ses personnages préférés de mangas comme Dragon Ball, Dr Slump pour encore Doreamon. Son premier manga, Hiatari-kun, bien ds années avant Naruto, parlait déjà d’un jeune ninja. À l’âge de 21 ans, il reçoit le prix The Hop Step Awards décerné par les éditions Shueisha aux jeunes auteurs prometteurs, pour son court récit Karakuri. Le prix Hope Step fut auparavant attribué à des mangakas aujourd’hui devenus incontournables tels que Yoshihiro TOGASHI (HxH, Yuyu Hakusho), Nobuhiro WATSUKI (Ruroni Kenshin) et Eiichiro ODA (One Piece). On peut d’ailleurs trouver Karakuri dans le 18e recueil des lauréats du prix Hope Step paru en 1996. La publication de Naruto débuta en prépublication en 1999, et a été depuis adaptée en série animée mondialement connue dans le monde, disponible sur ADN en France, mais aussi en romans. Le dernier chapitre de la série parut en 2014, pou un total de 700 chapitres et 72 tomes reliés tous édités et disponibles aux éditions Kana en français. À noter que Kishimoto possède un frère jumeau, Seishi, lui aussi mangaka et auteur de Satan 666 et Blazer Drive.

Avec la fin de Naruto, l’auteur léguera le scénario de la suite (ou spin-off) de Naruto à un de ses anciens assistants Ukyô KODACHI (Infini-T Force – Mira no Byousen), avec Mikio IKEMOTO au dessin. Toutefois, KISHIMOTO reste à la supervision veillant au respect et à la cohérence de son univers. C’est ainsi qu’en 2016 Boruto – Naruto Next Generations vit le jour. Vous l’aurez compris, après 72 tomes ce sont les descendants ds héros du premier récit qui occupe la première place tout en comptant sur la présence des aînés.

L’anime de Boruto est disponible légalement sur ADN

Commençons déjà par dire que Naruto et moi, on ne se connaît pas plus que ça. Quand le titre est paru en France, l’univers ne me séduisait pas, et comme pour de nombreuses autres lectures ou projet relatif à l’art, si cela fait trop de bruit autour de moi, moins je vais vouloir y jeter un œil. Du coup, plus le temps passait plus les tomes sortaient, moins je trouvais le courage de m’y mettre. Après tout comment au jour d’aujourd’hui se lancer dans la découverte d’un titre de 72 tomes ? C’est là que Boruto est arrivé à point nommé. C’est donc avec mes quelques notions, ou presque aucune, que je me suis laissée tenter par Boruto, et on peut dire que je me suis fait happer en toute beauté.

Le monde des ninjas est désormais en paix, les différentes guerres ne sont plus, et chacun vie sa vie tranquillement. Naruto, devenu Hokage (poste similaire à cellui d’un maire – et généralement le ninja le plus puissant), est entouré par Sasuke et Shikamaru, qu’il connaît depuis des années. À présent marié et père, Naruto ne semble pas prendre le temps de s’intéresser à son fils, sans même le réaliser. Boruto, préadolescent, ne peut s’empêcher d’en vouloir à son père pour son absence et de faire passer le bien être du village de Konoha que sa propre famille. Voulant montrer qu’il vaut mieux que son père, Boruto décide de passer l’examen des ninjas de classe moyenne, grand événement amenant de nombreux shinobi de pays différents. Mais avec un rendez-vous aussi énorme, les personnes mal attentionnées ne sont pas très loin… d’autant plus qu’une menace plus grande se profile à l’horizon.

Le tome 1 est une vraie introduction aux bases de l’univers, tout en intégrant le code la filiation déjà vue à de nombreuses reprises dans d’autres mangas comme Dragon Ball. Les trois premières pages se déroulent dans le futur avec un Boruto adulte face à un ennemi qui déclare que l’ère des shinobi est terminée. À ses mots Boruto répond “Je suis un ninja”, nous faisant revenir sur le début de son histoire. Si mes notions sur Naruto sont limitée, ce Next Generations présente de très belles qualités notamment pour un lecteur aussi calé que moi. Il y a d’abord le charme de cet univers qui opère très rapidement à la lecture, que l’on soit un garçon ou une fille et peu importe l’âge. L’aspect ninja n’est pas nouveau, mais si nous n’avons pas lu plus de cent séries avec ce thème, on peut dire que Boruto est une bonne lecture. L’autre bon point est cette dualité qui oppose le personnage de Naruto et son fils Boruto. Si le premier est un Hokage puissant, le second lui ne veut pas devenir comme son père. Ne voyant pas ce poste comme une bonne chose, il ne cessera d’en vouloir à son père et de lui tenir tête. Bien entendu ce côté têtu lui vaudra quelques complications, notamment pour passer son examen, mais saura lui ouvrir de belles portes. Le scénario de KODACHI prend le temps de montrer ce que chacun des enfants ou des parents peut ressentir en voyant l’autre génération évoluer dans la vie. Il y a une certaine forme de critique face à la notion de sacrifice pour le bien commun de tous. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans le tome 2, le tournoi pour l’examen des sélections ninjas de classe moyenne bat son plein, surtout que Boruto n’hésite pas à faire appel à une technologie interdite pour arriver à passer les étapes… Ici, l’action très rapide se focalise surtout sur l’arrivée des ennemis. Dans cette grande bataille, on peut notamment apprécier le fait que les deux générations de ninjas travailleront main dans la main pour arriver à se défaire de l’ennemi. Si certains lecteur pourront se plaindre du fait que la nouvelle génération n’est pas vraiment au centre de l’intrigue, on ne peut pas nier que cette alliance entre les deux fonctionne et se laisse très bien lire. Après tout, ce n’est pas la première fois que la présence paternelle plane au-dessus d’un rejeton : Goku et Gohan, ça vous parles ?

Dans la suite, le combat continue de faire rage entre les ninjas et le grand méchant, permettant de bien dévoiler l’étendue du pouvoir de Boruto et sa capacité à apprendre plus vie que son père à son âge. Lors du tome 1 on avait vu Sasuke (ancien rival de Naruto) prendre sous son aile Boruto pour son apprentissage, et on en voit à présent les résultats. C’est efficace, mordant et pleinement touchant. Après des planches assez intenses et des dialogues bienvenus, le scénario de ce troisième tome revient sur le quotidien plus terre-à-terre de Boruto et ses amis au village. Si cela ne casse pas trois pattes à un canard, cet “entract” permet de couper avec la frénésie des combats qui faisaient rage depuis près de deux tomes. Les échanges entre les enfants de la nouvelle génération sont intéressant, surtout que certaines tensions semblent commencer à pointer le bout de leur nez.

Le trait graphique de Mikio IKEMOTO n’est pas très éloigné de celui de KISHIMOTO, même si en feuilletant un peu la série principale pour comparer, le charadesign pèche un peu au niveau des yeux précisément. Néanmoins, la qualité est au rendez-vous. Avec son trait clair et fin, l’artiste arrive à jongler entre l’aspect neuf et nostalgique, ne manquant pas de rappeler de bons moments de lecture au public de longue haleine. La mise en page est dynamique et les scènes d’action sont superbes et bien détaillées.

En conclusion, et selon moi, Boruto – Naruto Next Generations possède les qualités requises pour attirer aussi bien les fans de la première série que les nouveaux lecteurs désespérés par la vue des 72 tomes de Naruto. Certes de petites notions propres à l’univers manqueront à notre compréhension mais cela ne gâche en rien le plaisir de cette lecture. C’est bien rythmé, les personnages sont attachants et écrit avec un mélange de profondeur et de légèreté. À voir pour la suite, mais pour le moment c’est du bon !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s