Critique manga #100 – Psycho-Pass Saison 1 – Inspecteur Akane Tsunemori tome 1, 2 et 3

titre manga (2)
Un univers futuriste où le libre arbitre n’a plus de lieu d’être, une société battit sur un contrôle total des habitants comme s’ils n’étaient que des troupeaux de moutons que l’on se doit de garder, Psycho-Pass a été un véritable phénomène dès sa sortie. Lancé en anime dans un premier temps, le titre se décline à présent sur papier, donnant ainsi une chance aux lecteurs de découvrir les tourments de la machination psychologie d’un gouvernement sans limite, et d’un machiavélique esprit rusé prêt à tout pour révéler la véritable face du monde.

 

LIRE LE CHAPITRE UN EN CLIQUANT ICI

MON AVIS SUR LA SAISON 1 DE L’ANIME | MON AVIS SUR LE FILM

 

Acheter les tomes de Inspecteur Akane Tsunemori sur le site des éditions Kana ou sur Amazon. 
Également disponible en version numérique sur izneo

kanadargaudsuisse

Merci à Stéphanie et Anne-Catherine


Avant d’être adaptée en manga, la franchise Psycho-Pass a trouvé son berceau dans l’animation avec une première saison diffusée entre 2012 et 2013 au Japon. En France, la série est disponible sur le service de streaming ADN et éditée en DVD/Blu-Ray par les éditions Kana Home Video. Face au succès de la série télévisée, l’oeuvre s’est tout naturellement dédoublée en manga avec Inspecteur Akane Tsunemori, du nom d’un des protagonistes que nous suivons dans la version animée, en six volumes disponible aux éditions Kana. Au scénario on retrouve Gen UROBUCHI déjà auteur de Fate Zero le manga. La partie graphique est mise en scène par Hikaru MIYOSHI, que l’on pourra retrouver dès le mois de juin avec Moriarty avec pour auteur Ryosuke TAKEUCHI (All You Need Is Kill), chez Kana.

L’histoire prend place dans un monde futuriste, en 2112, où il est possible de prédire les personnes susceptibles de devenir des criminels allant du simple voleur au tueur en série. Pour y arriver, la société s’est dotée d’une technologie appelée Sybille, qui communique à travers le « psycho-pass », mesurant électroniquement l’humeur et l’état psychologique de chaque individu. Ainsi, non seulement on peut savoir qui peut représenter une menace (avant même que la personne en question ne le sache), mais aussi de lui dicter les meilleurs choix possibles concernant son futur et son épanouissement personnel et professionnel. Lorsqu’une personne montre tous les signes menaçant la “paix” établie, ils sont alors pourchassés, appréhendés et si nécessaire, abattus, par les inspecteurs de la Brigade Criminelle où régissent des Exécuteurs supervisés par des Inspecteurs. Ces derniers doivent s’assurer qu’aucun des Exécuteurs ne dépasse les limites qui leur sont imposés.

Comme dans la série, nous débutons la lecture avec Akane Tsunemori, 20 ans, nouvelle inspectrice dans la Brigade. Considérée par Sybille comme un citoyen modèle grâce à son aptitude à toujours rester calme et ne jamais entrer dans la limite la présentant comme un “criminel dormant”. Alors, que vous ayez vu la série animée ou pas, cette version papier en 6 tomes est en réalité l’adaptation littérale de la série. Seuls quelques petits choses diffèrent entre les deux adaptations, n’affectant en rien ceux qui connaissent déjà la série. Pour le coup, je vais vous parler du manga en faisant abstraction du fait que je connais déjà cet univers. Dès l’introduction, nous découvrons un jeune homme mystérieux au laïus très philosophie qui va assez vite donner le ton du titre : la psychologie de l’âme humaine. L’ambiance futuriste de l’histoire donne un bon ton au récit, que vous soyez fan du genre ou pas, puisque l’ensemble repose aussi sur d’autres aspects comme le libre arbitre, la place de chacun dans une société sous contrôle pour qu’aucun dérapage ne vienne égratigner les gens et surtout les influencer. Car tel un virus, le traumatisme lié à la vision d’une scène de crime (vol à main armée, agression, etc…) pourrait avoir une incidence sur la santé mentale du témoin. Dans le tome 1 nous faisons alors la connaissance de chacun des inspecteur et exécuteurs, et comme Akane nous découvrons la nature des missions et le fonctionnement de la technologie utilisée, dont l’arme chargée d’analyser si l’individu est “bon” ou “mauvais”, “récupérable” ou “jetable”.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le tome 2 reprend là où nous avions laissé nos amis des forces de l’ordre, c’est-à-dire dans une usine de drones où a eu lieu une mort considérée comme suspecte. Depuis le départ, Akane est un personnage féminin très fort capable de remettre en question les informations (et les chiffres) données par la machine. Elle est réfléchie, pertinente et ne se dérange pas de contester les ordre de ses supérieurs. Bien entendu, cela n’empêche pas à Akane de faire au mieux son travail, quitte à se tromper parfois. Face à elle, les Exécuteurs représentent ce qui sépare les Inspecteurs et les simples citoyens, puisque se sont en fait des criminels dormants, en tout cas selon la machine. Parce que oui, la complexité du scénario est plus grande que cela et ne se résume pas seulement au bien ou au mal. Si au premier coup d’oeil l’Exécuteur le plus marquant est Shinya Kõgami, ex-inspecteur, il en faut pas non plus négliger l’importance de chacun des autres protagonistes.

Dans le tome 3, le récit prend plus d’ampleur puisque l’on apprend qu’une machination a été mise en place par un êtres des plus machiavélique et intelligent en plus de ça, un certain Makishima. Ce dernier apporte un plus valu au récit déjà bien psychologique et prenant, puisqu’il ne fonctionne que selon ses propres règles et arrivent à déjouer le système Sybille sans que l’on ne sache comment. Le scénario prend le temps de nous raconter le passé de Kõgami avant qu’il ne perde pied et franchisse la frontière entre « bon » et « dangereux ». L’intrigue continue de se développer à grand renfort de psychologie et de manipulation rudement bien menées. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les dessins de Hikaru MIYOSHI reprennent fidèlement l’oeuvre d’animation en se basant sur le chara-design de Akira AMANO. Les corps sont fluides et les visages plaisant à regarder. Les mimiques communiquent bien aux lecteurs le message que l’action tente de transmettre. La mise en scène est dynamique, se donnant les moyens de nous communiquer les enjeux et la finalité de certaines actions. L’absence de décors, ou presque, est assez flagrante mais retransmet très bien cette vision linéaire et sans émotions débridées que le gouvernement impose à ses citoyens.

L’édition de Kana reprend les codes couleurs de l’univers à savoir le vert-bleuté et le noir. Chaque couverture sera à l’image de un des membres de la Brigade. Le seul reproche que l’on pourrait faire est d’avoir choisi de mettre sur la couverture du tome 1 Kõgami et non Akane. Surtout qu’au vu du contenu il aurait été plus cohérent de la voir elle en premier, puis son collègue sur la couverture du deuxième volume. Bon, il faut dire que la version japonaise a aussi misée sur Kõgami… La traduction est assurée par Jean-Philippe Dubrulle qui maîtrise les clés de l’univers pour que le lecteur le comprenne sans soucis. Les dialogues bénéficient aussi d’une traduction moderne. Petit plus, chaque tome s’ouvre sur un mini-poster en couleurs dépliable.

En conclusion, si vous n’êtes pas fan d’anime mais que l’univers Psycho-Pass vous tente, cette adaptation de la première saison en six tomes est un excellent moyen de le découvrir. La critique de la société et des autorités y est grande et pertinente, n’hésitant pas à nous faire nous poser des questions. Les personnages apporteront un côté humain très sympathique, mais sombre et complexe à la fois. Que ce soit sur les écrans ou sur papier, Psycho-Pass est une oeuvre qui mérite amplement toutes ses éloges.

À noter qu’il existe un prequel à la série et à ce titre, revenant sur le passé de Shinaya Kõgami, en cours de parution, avec 6 tomes au total.

15 sur 20

Ce diaporama nécessite JavaScript.

4 réflexions sur “Critique manga #100 – Psycho-Pass Saison 1 – Inspecteur Akane Tsunemori tome 1, 2 et 3

  1. Les couvertures ne m’attiraient pas spécialement mais après avoir lu ton avis, ce manga pourrait finalement m’intéresser! Je trouve de l’idée de cette société sous contrôle qui peut mesurer le degré de criminalité de chacun « sympa », en tout cas ça me donne envie d’en découvrir plus! En gros un manga en plus dans ma WL grâce (à cause) de toi! :-p

    Aimé par 1 personne

    • Et encore j’ai essayer de prendre du recul par rapport à l’anime puisque je connais la fin du coup ^^ Après si tu n’es pas animé c’st clair que le manga est LA solution. Personnellement même si j’ai beaucoup apprécié la série, je conseillerais + le manga car le côté parfois un peu 3D de la série m’a dérangé… et la sur le papier aucun risque xD
      Les enjeux sont de plus en plus grands au fil des tomes, et le méchant apporte vraiment une belle philosophie à toute cette société… au final tu ne sais pas si le PsychoPass est une bonne solution.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s