Critique manga #104 – L’Atelier des Sorciers tome 1

titre manga (5).png

Amis de la magie et chapeau pointu, bonjour! Que vous ayez déjà rêvé de devenir un sorcier ou non, amoureux de cet univers ou non, L’Atelier des Sorciers possède de nombreux points positifs pour vous faire passer un moment de lecture bien plus qu’agréable. Aventure, émotions, et visuellement orgasmique, ce nouveau titre des éditions Pika a tout pour devenir une référence dans le genre. 

 

Acheter le tome 1 de L’Atelier des Sorciers sur le site des éditions Pika ou sur Amazon
EXTRAIT DU TOME 1

Kamome SHIRAHAMA est une mangaka japonaise diplômée des Beaux-Arts de Tokyo, et grande amatrice d’art en général. Si L’atelier des Sorciers représente sa première œuvre en France, elle est une illustratrice-freelance ayant déjà travaillé pour DC Comics et Marvel sur les couvertures de certains titres, mais aussi chez Image Comics. En 2013, l’auteure signe son premier manga en trois tomes, Endevi Vo, inédit en français. L’Atelier des Sorciers (Tongari Boushi no Atelier) est actuellement en cours de parution au Japon dans les pages du magazine Gekkan Morning Two de Kodansha. Depuis sa sortie au Japon, le titre a déjà été tiré à 700 000 exemplaires en seulement trois tomes, et fait partie des mangas les plus recommandés par les libraires japonais.

L’histoire se passe dans un monde où la magie existe sans pour autant pouvoir être exercée par tous, et devant les gens. La jeune Coco vit dans un petit village auprès de sa mère, couturière et propriétaire d’un magasin de tissu, en ayant une véritable passion pour la magie depuis toute petite. À cette époque, en allant en ville avec sa mère, son chemin rencontra celui d’un étrange individu à qui elle acheta un supposé livre magique et un encrier. C’est à cet instant que Coco se rêva de pouvoir un jour, à défaut de pouvoir l’exercer, voit un véritable sorcier à l’oeuvre. Arrive alors un jour un sorcier du nom de Kieffrey de passage dans son village, qui sans le vouloir va bouleverser le destin de Coco pour le meilleur et pour le pire…

De prime abord il serait bon de signaler que la magie et moi, nous ne nous aimons pas réellement. Harry Potter serait d’ailleurs une preuve de cette relation puisqu’il m’aura fallu près de 20 ans avant de franchir le cap de la lecture des deux premiers tomes. Au final, j’ai trouvé cela sympathique mais je n’ai pas été séduite. Du coup, pour L’Atelier des Sorciers c’est surtout le graphisme et ma curiosité de continuer l’expérience “magique” qui m’ont poussé à me lancer dans la lecture.

Et même si le charme n’a pas totalement opéré sur moi, je dois avouer que j’ai passé un un instant très agréable dans cet univers. Cela est dû en très grande partie au personnage de Coco qui est une jeune fille tellement attachante qu’il est impossible de ne pas vouloir la suivre dans son quotidien puis dans sa nouvelle vie auprès de Kieffrey. Ce dernier surpris dans sa démonstration de la magie en privé, se retrouve contraint de prendre la petite fille en tant que disciple. Le lien de mentor et apprenti est assez plaisant à découvrir, on note à la fois un profond respect émanant de chacun d’eux envers l’autre. Puisque malgré le fait que Coco ne soit pas née avec un don pour pratiquer la magie, le sorcier ne manquera pas de patience et de douceur envers la petite. Et elle, de son côté, se montrera très attentive, curieuse et volontaire. Si la magie a toujours été une passion, Coco essayera de toujours lui faire honneur en se dédiant corps et âme à son apprentissage comme le témoignent les chapitres de ce premier tome. Autour d’eux évoluent également d’autres filles apprenties qui ont toutes une personnalité bien distincte.

Le scénario de la mangaka prend le temps de présenter les fondations de la magie, qui diffère de celles d’Harry Potter, et qui selon moi sont plus séduisantes que l’oeuvre de J.K. Rowling. Par exemple, ici, les baguettes sont remplacées par des plumes et de l’encre magique, et le sort se jettent en dessinant avec précision et maîtrise le sort en question. C’est à la fois fascinant à voir, notamment avec Coco qui ne cesse de faire des erreurs et de tout de suite chercher à s’améliorer. Car malgré ses doutes et ses peurs de jamais y arriver, Coco est de ceux qui ne renoncent pas, arrivant toujours à se dépasser et à arranger les choses au mieux.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les illustrations de Kamome SHIRAHAMA sont tellement somptueuses que tous les adjectifs du dictionnaire ne suffiraient pas pour décrire ce qu’elle offre ici. C’est un véritable régal pour les pupilles, tant on est subjugué par la singularité de la finesse de sont trait. On voit très bien à quel point l’art en général, et celui des comics a influencé son dessin. Les détails se comptent pas milliers dans jamais étouffer l’action ou le chara-design. J’ai par exemple passé plusieurs minutes à observer les mains des personnages, tant elles étaient représentées avec minutie. L’environnement est particulièrement envoûtant et bien mis en valeur. On aurait presque envie d’aller y faire un tour. La mise en page nous projette comme en plein rêve par moments, ce qui donne une impression de bienveillance dans ce titre.

L’édition de Pika est belle, et les couvertures – les mêmes qu’au Japon- sont bien mises en avant par le travail porté sur la jaquette. À noter qu’une version limitée et collector est sortie en même temps que la version simple, accompagnée d’un petit artbook. Malheureusement, étant un objet limité il est devenu très difficile de se procurer un exemplaire de cette édition en question. Néanmoins, penser à vous renseigner auprès de votre libraire, on ne sait jamais ! Contrairement à d’autres de ses séries, l’éditeur a utilisé un papier plus épais ce qui met bien en valeur le talent de la mangaka. La traduction de Fédoua Lamodière est fluide, et ne possède aucune coquille.

En conclusion, même si je n’ai pas été séduite par le côté magie, ce premier tome de L’Atelier des Sorciers regorge de qualités aussi bien au niveau du scénario, de l’univers, des personnages et bien entendu du dessin. Kamome SHIRAHAMA propose une sorte de quête initiatique portée par la plus qu’adorable et courageuse Coco qui ne manquera pas de continuer à attendrir le lectorat. Et vu la fin du tome 1, la suite risque d’être intéressante à suivre… oui je serais bien au rendez-vous !

15 sur 20infos (2).png

9 réflexions sur “Critique manga #104 – L’Atelier des Sorciers tome 1

  1. J’avais repéré ce tome dans un de tes articles « sorties mangas de la semaine », je crois (c’est possible??). Les dessins ont l’air effectivement sublime et contrairement à toi la magie me plait beaucoup donc…je vais me jeter sur ce manga! Mais j’avoue que même si le synopsis ne me tentait pas, j’aurais pu l’acheter juste pour les illustrations!!! 😀

    J’aime

    • Oui c’est exact, il était dans la liste.
      En fait c’est simple si tu aimes la magie et/ou Harry Potter alors tu aimeras L’Atelier des Sorciers. Comme je l’ai dit moi la magie c’est pas mon truc donc j’étais pas complètement dedans mais c’était vraiment bien. Les dessins sont d’une merveille… rien que pour eux ça vaut la peine de lire le manga. Si tu l’achètes j’espère lire ton ressenti après.

      Aimé par 1 personne

  2. C’est le genre de manga qu’on achète avant tout pour les dessins et qu’on poursuit pour le petit quelque chose qui s’annonce derrière. Je ne sais pas pour toi, mais je l’ai trouvé très classique dans son développement (relation maître/apprenti/autres élèves, caractérisation des personnages). Pourtant il y a des petits détails semés par-ci par-là qui mettent la puce à l’oreille et intriguent. Rien que pour ça j’ai envie de poursuivre.

    Aimé par 1 personne

    • Oui, le dessin y est vraiment pour beaucoup en effet. La construction narrative est très classique comme tu dis. On sent bien les thématiques liées au dépassement de soi derrière, ou encore on sent que ça va aller dès le tome 2 dans la thématique « du travail de groupe » pour pourvoir avancer. Mais oui c’est très plaisant et je suis curieuse de lire la suite. Puis Coco est adorable !

      J’aime

  3. Je suis contente de voir que tu l’as apprécié, et vu les belle choses qui s’en dégageaient même en étant moins passionnée qu’une partie d’entre nous 😉
    Effectivement l’information sur la magie et HP sont intéressantes du coup.

    J’aime

    • Oui toute la contruction autour de la magie est vraiment bien et originale pour le coup. Le fait que ça passe par des dessins je trouve cela vraiment cool ! Après sa reste classique dans l’avancée et les thématiques liées aux personnage mais je suis curieuse de lire la suite.

      Aimé par 2 personnes

  4. Pingback: Throwback Thursday #8 – Les Blablas de Tachan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s