Critique manga #105 – Fire Punch tome 5

titre manga.png

À trois tomes de la fin, Fire Punch continue de nous balader entre rebondissements surprenants et univers post-apocalyptique violent et glaçant. Tatsuki FUJIMOTO maîtrise son récit de A à Z sans pour autant nous donner des indices sur un éventuel « happy end » pour Agni et les autres. Va-t-on assister à une tragédie humaine ? Ou le récit finira-t-il en queue de poisson ? En attendant, découvrons ensemble ce cinquième tome.

 

MON AVIS SUR LES TOMES PRÉCÉDENTS ICI

 

Acheter le tome 5 de Fire Punch sur le site des éditions Kazé ou sur Amazon
EXTRAIT DU TOME 1 – SÉRIE POUR PUBLIC AVERTI

kaze


Tatsuki FUJIMOTO est un mangaka japonais né dans la préfecture d’Akita, qui s’inventa dès le collège un magazine de prépublication de manga. Il se mit à le gérer intégralement de manière fictive, présentant jusqu’à sept récits en parallèle. Ce sont deux d’entre eux qui serviront de mise en appétit à Fire Punch. En 2014, il fait ses débuts dans le magazine Jump SQ avec Koi no Mômoku. Avant la publication de Fire Punch en 2016 dans les pages du Shunen Jump +, il a travaillé sur Yogen No NayutaShikakuSasaki-kun ga Judan Tometa et Me wo Sametara Onnanjoko ni Natteita Byou. Au Japon, Fire Punch vient de se conclure avec son huitième tome. En France, le titre est disponible aux éditions Kazé.

Ce cinquième tome de Fire Punch reprend l’histoire là où nous l’avions laissé, c’est-à-dire,  Agni élevé au rang de Dieu, le laissant perplexe face à la manière de procéder. Et ce n’est pas la révélation du secret de Togota qui viendra apaiser son esprit, nourrissant même encore plus son envie de vengeance envers Doma, tandis que son amitié avec Togota semble voler en éclats. 

Comme depuis le premier tome, Fire Punch est une série qui ne cesse de surprendre puisque l’on ne peut vraiment rien prévoir. Et quand on croit deviner la direction que va prendre le récit, FUJIMOTO nous assène d’un retournement de situation plus qu’inattendu. Mais commençons d’abord par dire que la discussion entre Togota et Agni va être sérieuse et profonde, trahissant un certain reflet de la société actuelle envers l’identité sexuelle de n’importe qui ou de nous-même.  Ici, le mangaka prend la décision d’exposer le personnage de Togota d’une manière particulièrement sensible, la rendant très humaine, et moins loufoque dans ses actions. Les mots s’échappant de sa bouche servent à exprimer les maux qui la rongent depuis bien longtemps, rendant le lecteur plus réceptif à son égard. Comme souvent certains dialogues semblent ne mener à rien, mais finissent tout de même pas trouver un point d’ancrage dans cette imprévisibilité qu’est Fire Punch.

L’action est au rendez-vous avec la vengeance d’Agni envers Doma, le responsable de sa condition et de la mort de centaines de personnes, si ce n’est plus, dont la petite sœur du héros. Si la démarche de l’auteur paraît parfois redondante, cette quête de vengeance tenace se retrouve bousculée par le rebondissement mentionné en début de chronique. Le traitement sur le personnage de “vilain” qu’est Doma est fait avec humanité, et du coup fait miroir Agni à certains moments. D’ailleurs cet homme-torche adulé par les personnes qu’il a sauvé de la mort, semble de plus en plus perturbé par l’état actuel des choses. La remise en question de son statut par lui-même, Togota, ou même le lecteur témoigne de la psyché du personnage cassant le côté “gentil vs méchant” fort appréciable. L’humour est toujours présent sans qu’il ne devienne une parodie puisque l’auteur a semble-t-il trouvé un juste milieu avec la maturité du titre.

 

 

Du côté graphique, FUJIMOTO propose toujours une copie aussi efficace que violente dans son style, puisque de nombreuses planches mettent l’accent sur cet aspect d’apocalypse de glace et de flamme qui ronge le monde. Clairement le style ne plaira pas forcément à tout le monde, mais il faut noter qu’il colle parfaitement au scénario. C’est à la fois soigné, saturé, noir et parfois même simpliste. Mais ça marche !

L’édition de Kazé est dans la lignée des tomes précédents, à savoir un papier de qualité et une bonne impression. La traduction de Sylvain Chollet (Black Clover, Blue Exorcist) continue de se marier avec la violence que représente Fire Punch, tout en gardant cette emprunte de réalisme qu’instaure l’auteur. En toute fin de tome, on peut lire la première partie d’une interview croisée entre FUJIMOTO et Hiroaki SAMURA, auteur de L’Habitant de l’infini (Mugen no Junin). On y apprend que l’auteur de Fire Punch vous une vraie admiration au travail de SAMURA, et il est for intéressant de les voir se poser mutuellement des questions et y répondre. La suite sera à lire dans les tomes 6 et 7.

En conclusion, avec ce cinquième tome, Fire Punch confirme que rien n’est jamais ce qu’il paraît puisque le lecteur ne sait toujours pas où le scénario de Tatsuki FUJIMOTO va le mener. C’est sombre, tragique, et maîtrisé aussi bien à l’écrit que visuellement. La dualité “héros vs vilain” en prend un sacré coup, tout comme nous après la lecture, nous demandant vraiment comment l’histoire va se conclure dans les trois derniers tomes…

Le tome 6 sortira le 20 juin 2018.

Copie de lire en bullesinfos.png

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s