Critique manga #140 – March Comes in Like a Lion tome 1 et 2

Connue du public français pour son manga Honey and Clover, il aura fallu attendre 10 ans pour revoir Chia UMINO revenir sur nos étagères avec un seinen présentant la culture japonnaise tout en évoluant sur une trame de vie quotidienne avec ses drames, ses doutes, et ses espoirs. March Comes in Like a Lion est une lecture qu’il est bon d’avoir pour prendre le temps d’apprécier les choses qui nous entourent à leurs justes valeurs. Expirer, inspirer, est certes automatique mais cela s’avère différent quand on prend conscience son importance pour notre bien-être intérieur de vraiment le faire à poumons déployés.  

MUSIQUE #002 – Un artiste, une vie : Luke Pickett

En dehors des livres, je possède une autre passion et refuge depuis ma plus tendre enfance, à savoir la musique. Ce second numéro va, je l’espère, vous faire découvrir un artiste talentueux et quelque peut méconnu, enfin…peut-être que vous le connaissez ? À vous de me le dire. Luke Pickett est aussi talentueux que n’importe quel Justin Timberlake, Shawn Mendes ou Harry Styles.

Critique comics #015 – Locke & Key tome 1 : Bienvenue à Lovecraft

Après être sortie chez Milady en 2010, le titre de Joe Hill et Gabriel Rodriguez revient dans la nouvelle branche comics de l’éditeur : HiComics. Fort de son I Kill Giants et ses Tortues Ninjas, pour ne donner que ces titres, l’éditeur prouve avec Locke & Key tout son amour des titres indé qui se doivent d’être découvert par le public, lecteurs de comics ou non. Jonglant parfaitement avec l’univers horrifique et angoissant d’un thriller, Locke & Key nous plonge de manière saisissante dans le fantastique et dans l’humain en traitant par exemple du deuil. 

Critique manga #139 – Love, Be Loved Leave, Be Left tome 6

À chaque nouvelle publication de ce shojo je ne peux qu’avoir le sourire et envie de danser à travers mon appartement. Pourquoi ? Simplement parce que je sais que je vais passer un moment de lecture coup de cœur. Amour, amitié et personnages rayonnants à la fois de complexité et de simplicité, Io SAKISAKA nous livre un récit prônant le respect des autres et de soi-même tout en évoluant sur un film narratif hautement addictif. Alors, nouveau coup de cœur pour ce sixième tome ? Réponse dans la suite !

Critique manga #138 – Dino Sapiens tome 1

En 1993, sortait le premier film de la franchise Jurassic Park adapté du roman de Michael Crichton. Réalisé par Steven Spielberg le film a tout de suite cartonné à sa sortie en salles dans le monde entier. Plus de 20 ans plus tard, les spectateurs continuent de s’intéresser aux dinosaures disparus depuis des milliers d’années de la Terre, comme dictés par notre curiosité de voir ses bêtes gigantesques courser et dévorer les humains. Dino Sapiens en reprend les principes tout en y ajoutant son grain de sel que je ne peux vous révéler. Les retournements de situations sont multiples, le rythme est très bon, et notre curiosité est éveillé.  

C’est lundi, que lisez-vous #068

Hello à tous ! J’espère que vous allez bien et que la météo se montre un peu plus clémente avec vous, où que vous soyez. Comme chaque lundi on prend le temps de revenir sur les lectures de la semaine écoulée. Mais aussi sur les réceptions livresques, sur celles en cours et sur les futures. Petit mot aussi pour vous dire que j’ai participé, mardi 12 juin, à ma première intervention dans un podcat comics : Les GG Comics de Comics-Sanctuary. C’est à la suite d’un tweet lancé comme une bouteille à la mère où je parlais de mon envie de participer un podcast comics/manga/romans, que Sonia de Comics have the power, Katchoo de The Lesbian Geek, et bien d’autres ont RT en masse et laissés leurs commentaires m’encourageant et me donnant des conseils. J’ai été très surprise que ce soit autant partager d’ailleurs ! Et je remercie chacun de ceux qui ont pris le temps de venir vers moi à cette occasion. 

Sorties Mangas & Comics de la semaine #023

Nouvelle semaine de sorties manga et comics, et comme chaque dimanche je suis ici pour vous donner le planning. Au menu des nouveautés en provenance du Japon on notera le très attendu Moriarty chez Kana (avec une édition collector également), Hungry Mary chez Kazé, Little Witch Academia chez Nobi-Nobi, Psychic Detective Yukumo chez Panini Manga, deux nouveautés shojo chez Pika avec Kiss Me At Midnight, et La Princesse & la Bête. Mais s’il y a bien une sortie que l’on ne doit en aucun cas manquer c’est les rééditions des ouvrages de Osamu TEZUKA : Ayako et L’Histoire des 3 Adolf chez Delcourt-Tonkam ! Coté comics, les nouveautés sont : Black Monday Murders chez Urban Comics au prix de 10 €, la sortie de Batman : Gotham by Gaslight (et son DVD, mais aussi Rapture et War Mother chez Bliss Comics. 

Critique #122 – Une fille facile de Louise O’Neill

C’est bien connu, si tu t’habilles de façon sexy ou porte un décolleté c’est une invitation « open bar » à être pelotée, sifflée, abordée sans tacts et pire une incitation à être abusée sexuellement. Si j’espère que ceux qui lisent ces lignes actuellement ne possèdent pas cet état d’esprit, je sais que beaucoup (trop) le pensent. Et c’est là le fond du problème. Dans une société louant le traitement d’un humain envers un autre humain avec dignité et scandé à qui veut l’entendre, la vérité est autre. Derrière les préjugés, les sourires faux, les regards indiscrets, et le silence se cachent de nombreux travers comme la culture du viol. Tabou or not tabou ? La question est complexe et chacun y va se de petit mot. Certains par conviction de la preuve de barbarie, et d’autres pour briller près de la machine à café. Une fille facile de Louise O’Neill est là pour nous ouvrir le débat, remettre en question la plus intime parcelle de nous face aux victimes que l’on pointe du doigt comme étant les instigatrices de leur propre agression sexuelle et psychologie. 

Critique BD #006 – Batman – The Dark Prince Charming tome 2 de Marini

En fin d’année 2017, paraissait le premier tome d’une duologie Batman versus le Joker, made in franco-belge, qui il faut le reconnaître mettait plus en avant la décadence et la grandeur du vilain le plus célèbre de DC Comics que son justicier vêtu de noir. Un premier tome écrit et illustré avec maestria par Enrico Marini mais trop court puisqu’il nous laissait les bras ballants et la frustration de devoir attendre. Et c’est plus de 6 mois plus tard, que l’on peut enfin connaitre le fin mot de cette histoire. Est-ce que la fin est à la hauteur du début d’histoire? Découvrons cela ensemble.

Critique manga #137 – Irrésistible tome 1

 » On répète disputes et petits bonheurs, tout ce temps passé à se comprendre me paraît si précieux. Notre amour n’a rien de spectaculaire mais je peux dire à présent que je suis né pour te rencontrer.  » sont les paroles de la chanson écrite sur la table de classe de Serina. Un garçon a écrit ses mots ? Pas croyable, tant le romantisme a tendance à se perdre. Décidée à le découvrir, la jeune fille tarde pas à tomber sur lui. Naît alors entre eux une relation tendre, quoique très rapide, mais mignonne à suivre. Un premier tome qui ouvre les récits d’un shojo classique, mais pas dénué de charme, mais qui mérite très rapidement d’avoir un tome 2 pour se faire une meilleure idée de ce que nous réserve la première publication de cette mangaka en France.