Critique #127 – Hybrides tome 1 : Rage par Laurann Dohner

TITRE PAGE
Quelle est la différence entre un être humain et une animal ? Son ADN, son comportement en société, son éducation, son intelligence, autant de points qui au train où nous allons sont de moins en moins pertinents quand on cherche à parler de l’espèce humaine. Certes il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier, et heureusement, mais nous ne pouvons fermer les yeux sur l’état actuel de notre Terre. Maintenant, imaginez que dans une dizaine d’années, l’homme se prenne encore plus pour Dieu en tentant des expériences voyant les ADN des humains et des animaux se mélanger pour former des hybrides. Vous êtes perplexe ? Pourtant cela pourrait arriver. Le premier tome 1 de Hybrides par Laurann Dohner reprend ces suggestions pour nous dévoiler un récit original et violent avec de la romance. 

 

Acheter le tome 1 de Hybrides sur le site des éditions Milady ou sur Amazon
Également disponible en numérique


Laurann Dohner est une auteure américaine ayant grandi dans un imaginaire influencé par Fifi Brindacier, Alice Détective, Stephen King et Agatha Christie. Passionnée de romance, elle se lance dans l’écriture de poème durant son adolescence avant de tomber sur un livre qui la poussa à prendre la plume pour écrire des histoires. Persuadée de pouvoir faire mieux que ce qu’elle venait de lire, elle donne naissance à un premier livre dans les années 90, jamais sorti. En 2009, elle décide de tenter sa chance dans la publication, avec sa première série de romance/science-fiction intitulée Zorn Warriors, qui  fût accepté par une maison d’édition. Depuis elle a écrit de nombreuses séries dans le genre de la Bit-Lit tout en gardant certains traits liés à la science-fiction. Parmi ses publications on trouve les sagas Mating Heat (2010), Cyborg Seduction (2010), et Hybrides qui vit le jour en 2011. En France, Hybrides (New Species en VO) est la première série à être publiée via les éditions Milady dans la collection Bit-Lit. L’auteure vit actuellement en compagnie de son mari et de ses enfants, profitant pleinement de son statut de “Best Selling Author” dans le NY Times et le USA Today.

Ellie est une infirmière qui va découvrir avec effroi que le laboratoire pharmaceutique, Mercile Industrie, dans lequel elle travaille (enfin…), pratique des expériences sur des humains qui voient leur ADN modifié par celui d’animaux.C’est ainsi que des espèces hybrides naissent, et Ellie n’écoutant que sa conscience va tenter de les sauver au péril de sa vie. Ne connaissant rien d’autre que la soumission et la douleur, ces êtres modifiés n’ont jamais connus l’amour, la tendresse ou toute autre bonne chose qu’un humain vit au moins une fois. Rage (ou 416) est l’un d’entre eux, et il ne pardonne pas la trahison, lui qui n’en a jamais eu pour personne. Alors, une fois libre il jure de se venger d’Ellie, jusqu’à vouloir la tuer de ses propres mains. Mais pourquoi ?

Le genre Bit-Lit regorge de centaines de récits dans le genre romance interdite que ce soit entre des vampires et des humains, des loups et des vampires, des humains et des dragons, etc, etc. Hybrides rentre dans le lot, avec la particularité d’explorer la perspective scientifique de voir un jour prochain l’homme mener des expériences sur d’autres hommes en y mélangeant des caractéristiques animales pour, par exemple, améliorer son endurance physique pour les sportifs, etc. La science est tellement concentrée sur le futur qu’elle a tendance à ne pas se méfier des retours de bâton. Parce que, imaginez si demain le Prince de La Belle et la Bête version fauve débarquait dans notre quotidien ? Cette question est présente dans le remake de la série télé Beauty and the Beast qui voit le gouvernement US modifier ses soldats contre leur gré en y mêlant l’ADN de fauves. Résultat: des hommes hors de contrôle malgré leurs efforts pour rester humains. (Au passage la série est très bien et il y a de la romance). Hybrides en reprend les bases tout en explorant les notions de vengeance et de haine à travers le personnage de Rage. Très vite on comprend que sous cette folie qui l’habite, Rage a subit d’atroce souffrance physique et psychique. Pourtant, est-ce que cela excuses ses actes ? C’est au lecteur de se faire sa propre opinion. Certains apprécieront ce personnage, d’autres moins. Personnellement j’ai été partagé, tout en me disant mentalement qu’il était difficile de savoir si dans sa situation je n’aurais pas traversé les mêmes conflits intérieurs et blessé des gens autour de moi.

416 grondait à l’intention d’Ellie, ses lèvres retroussées sur ses longues canines, et lui faisait mal en l’étreignant juste au-dessus des coudes. Il venait de la plaquer sur une table de conférence. Penché sur elle, son visage déformé par la haine à quelques centimètres du sien, il irradiait la colère. Ellie était terrifiée.

En débutant la lecture, on est assez vite désarçonné par le ton du récit qui est très sombre. Pourtant, jugez-moi, mais cet aspect m’a plu. Pas dans le sens où j’étais heureuse de voir un être humain souffrir, non, mais dans le sens où on peut dresser des parallèles entre ce que subissent les détenus en prison. Alors, non, heureusement la torture n’existe pas dans chaque prison, maison, etc, mais nous ne sommes pas non plus dans un monde de bisounours. Bref. De ce point de vue, je peux dire que le lecteur doit être averti, après cela n’est pas plus choquant qu’un récit de Dark Romance ou de thriller à la Karine Giebel. Encore une fois, cela dépendra de votre degré de sensibilité.

Parlons des personnages. Ellie est une jeune femme bienveillante qui possède un sens et du bien et du mal. À de nombreuses reprises elle se montrera courageuse et téméraire sans jamais trahir ce qui fait d’elle une bonne personne. En découvrant son quotidien, sans trop vous dresser le décor, le lecteur peut juger par lui-même qu’elle est quelqu’un de droit dans ses bottes et qu’elle n’est pas là pour traiter un hybride de façon différente d’un humain. Rage, comme je le dis plus haut, balance du chaud et du froid, coup classique de la Bit-Lit. Toutefois, il possède un petit quelque chose qui a su me toucher. Certainement dû au fait que j’ai trouvé en lui une certaine légitimité à la noirceur qui l’habite. Mais vous vous en doutez bien, la relation entre les deux va être compliquée par les doutes, les quiproquos, le désir et cette impuissance propre à certains démons intérieurs.

– Je me rappelle la peur, l’enfermement. Les ténèbres qui me terrifiaient… puis la douleur. Les liens qui m’empêchaient de bouger, les saletés qu’on m’injectait avec ces foutues seringues. Mes seuls compagnons d’enfance, poursuivit-il d’une voix rauque, c’étaient la souffrance et la boule au ventre.

L’univers développé par l’auteure ainsi que son bestiaire est travaillé, et regorge d’informations pertinentes qui nous donnent envie d’en découvrir davantage. Toutefois, la part de romance prend assez vite le pas sur ce côté instructif pour nous donner des scènes touchantes par moments, mais aussi sexuelles. (Non il ne joue pas au Monopoly désolé). Un petit point noir au tableau en la forme de leur première fois… Dans le fond, je ne sais pas ce que l’auteure a voulu écrire puisque l’on assiste à une première fois déroutante qui en révoltera plus d’une à la lecture. Je n’en dirai pas plus, et vous laisse à nouveau en juger. Les moments d’action (pas très nombreux) apportent vraiment quelque chose au récit, le rendant moins encré dans la Bit-Lit simple. Nous avons aussi le droit à des conflits extérieurs au couple, ce qui donne une nouvelle perspective à la lecture. Encore une fois, je n’ai pu m’empêcher d’y voir des allusions à l’exclusion de certaines communautés dans la société, un trait que l’on retrouve dans de nombreuses lectures comme les X-Men ou encore dans la série télévisée Dark Angel de James Cameron (Regardez cette série !).

Le style d’écriture de Laurann Donher est simple mais plaisant à la lecture. Bon le vocabulaire est très (trop ?) cru, mais si vous êtes habitués cela ne vous changera pas. À titre personnel, depuis Dark par E.L.James écrit du point de vue de Christian Grey, je ne suis plus du tout choquée par les mots utilisés dans les récits empreints de sexe de cette manière. À choisir, je préfère largement lire Hybrides que les 50 Shades of Grey qui sont simplement insupportables pour moi. Au moins je sais que le côté sombre promis par l’auteure et réellement présent alors que la psychologie de Grey est inexistante et uniquement là pour appâter la lectrice aimant les soi-disant hommes torturés et sombres. Au passage je remercie Milady pour la couverture qui est nettement plus agréable à l’oeil que la version US très kitch. 

En conclusion, pour un premier tome Hybrides m’a plutôt bien plu. Les codes de la Bit-Lit sont respectés, avec une femme forte dans le lot et un homme ravagé par son passé. L’univers mis en place par l’auteure est très intéressant, complexe et sombre, mais aurait tout de même mérité d’être plus mis en avant par rapport à la romance qui prend vite le dessus. À voir si cela est rectifié dans les tomes suivants qui se concentrent sur d’autres personnages. À suivre…

15 sur 20

infos roman

 

3 réflexions sur “Critique #127 – Hybrides tome 1 : Rage par Laurann Dohner

  1. Comme toi, j’aime le fait que ce soit sombre. Cela rend la lecture moins guimauve et on se demande où le récit ira puisque l’autrice n’hésite pas à faire souffrir ses personnages… En revanche, je n’apprécie pas leur première fois qui, pour moi, s’apparente à du viol même si l’héroïne prétend le contraire. Je te rejoins donc sur ce fameux point noir au tableau. Même si le couple est mignon une fois la relation installée, cette première fois m’a révoltée…
    J’ai également bien aimé les scènes d’actions comme l’attaque du batiment des femelles. Cela ajoute effectivement du piment…
    Malheureusement, je ne ressors pas aussi convaincue que toi… Le viol a vraiment fait pencher la balance… Du coup, je ne lirai pas la suite. Mais je suis contente de découvrir ton point de vue et de le comparer au mien.^^

    J'aime

  2. Ce livre est dans ma wishlist ! J’aime beaucoup la bit lit ( essentiellement là ME Milady d’ailleurs ! Je suis une accro ). Le fait que ce soit plus Dark m’attire d’autant plus ^^

    Aimé par 1 personne

    • Oui Milady/Bragelonne publient vraiment des récits de qualité pour tout lectorats, on y trouve de tout.

      Alors j’espère que ce tome 1 te plaira. Pour ma part j’ai le T2 qui m’attends dans ma PAL. Tu verras le début commence direct dans l’action ce qui surprend mais tu es direct sans l’histoire.

      Hésite pas à me donne ton opinion quand tu l’auras lu 😊

      Aimé par 1 personne

Répondre à lespagesquitournent Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s