Critique comics #019 – Locke & Key tome 2 et 3

titre comics.png

Après être sortie chez Milady en 2010, le titre de Joe Hill et Gabriel Rodriguez revient dans la nouvelle branche comics de l’éditeur : HiComics. Fort de son I Kill Giants et ses Tortues Ninjas, pour ne donner que ces titres, l’éditeur prouve avec Locke & Key tout son amour des titres indé qui se doivent d’être découvert par le public, lecteurs de comics ou non. Jonglant parfaitement avec l’univers horrifique et angoissant d’un thriller, Locke & Key nous plonge de manière saisissante dans le fantastique et dans l’humain en traitant par exemple du deuil. 
Acheter les tomes de Locke & Key sur Amazon
Également disponible en version numérique

LIRE MON AVIS SUR LE TOME 1 EN CLIQUANT ICI


Locke & Key est un comic book américain écrit par Joe Hill et illustré par Gabriel Rodriguez publié aux États-Unis chez IDW Publishing entre 2008 et 2012. Sous le nom de plume de Joe Hill se cache Joseph Hillstrom King, fils du célèbre écrivain Stephen King. Hill est aussi à l’aise à l’écriture de romans que de comics. Parmi sa bibliographie on peut citer le roman Horns (adapté au cinéma avec Daniel Radcliffe dans le rôle-titre), Nosfera2 et L’Homme-feu ayant reçu le prix Locus pour le meilleur roman d’horreur 2017. Du côté des bandes dessinées US on retiendra The Cape (édité chez Milady Graphics), Thumbprint et bien entendu Locke & Key. Ce dernier va être prochainement adapté en série par Netflix, après avoir été longtemps en préparation pour une trilogie au cinéma avant de finalement être annulée en 2015. Mais avant d’être récupéré par Netflix, le projet est passé entre le mains de la Fox puis de la plateforme de streaming Hulu. Cette nouvelle version sera repensée de A à Z avec un nouveau casting.

Pour compléter cette partie information il faut préciser que Locke & Key a déjà fait l’objet d’une publication française chez Milady Graphics, au format souple et avec 5 tomes au compteur. Dans cette nouvelle édition, HiComics a misé sur le format cartonné, et ressortira les 5 tomes à raison de 1 par mois. Le septieme et dernier tome inédit est prévu pour fin 2018/début 2019. On peut aussi citer les nombreux prix qu’a remporté le titre dont trois British Fantasy Award, et un Eisner Award pour le meilleur scénariste.

L’histoire tourne autour d’un ancien manoir à Lovecraft en Nouvelle-Angleterre, où la famille Locke uniquement composée de la mère et de ses trois enfants, va emménager après le meurtre brutal et inexpliqué du père. Croyant pouvoir  trouver un nouveau départ auprès du frère du défunt, et surtout un semblant de vie normale, les trois enfants vont vite découvrir que rien n’est ce qu’il paraît entre les murs (et au-delà) de la demeure. Un jeu angoissant va alors se créer tout autour des lieux, de mystérieuses clés, et d’une créature semblant vouloir se venger… 

Lors de ma découverte de la série avec le tome 1, j’avais eu un peu de mal à entrer dans l’histoire. Mais arrivée en milieu de tome – un peu avant – je me suis totalement laissée emporter par l’esprit malin et tortueux de Joe Hill. L’ambiance glauque et parfois froide montait gentiment jusqu’à donner lieu à des scènes d’un thriller captivant. Imaginez ma frustration quand arrivée à la fin du tome 1 je me suis rendue compte que je voulais absolument lire la suite… que je n’avais pas encore ! Quand j’ai enfin pu  m’attaquer à la lecture du second tome, je me suis dit que le tome 3 attendrait quelques semaines avant que je m’y mette. Eh bien, que nenni ! J’ai été tellement absorbée par Casse Tête que j’ai enchaîné avec La Couronne des ombres sans que l’envie d’arrêter ne me prenne. Au final, j’ai lu les tome 2 et 3 en même pas deux heures ! 

Eh oui, Locke & Key c’est un peu la série que tout le monde recommande sans savoir comment te donner une raison, parce que parler de cette série est difficile tant l’univers de Hill est riche. On y trouve les états d’âme de personnes comme vous et moi fassent aux coups durs de la vie : la tristesse, la solitude, le deuil, l’alcoolisme, l’adolescence, le rôle de parent, etc. Toute la superbe de Joe Hill et de prendre ces éléments du quotidien propre à l’humain et de les poser avec délicatesse dans un monde mi-fantasmer, mi-horrifique pour en faire une réalité angoissante et captivante de bout en bout. 

Casse Tête continue à explorer les mystères de ces clés qui jouent des rôles métaphoriques puisqu’à travers leur capacité (passe-partout, possession, changement de corps, etc) explorent les méandres du genre humain, des doutes et des regrets avec brio. Le personnage d’Ellie Whedon présenté furtivement dans le tome 1, est un élément essentiel du récit puisqu’elle fait le lien entre les différentes générations de personnages. Au quotidien cette simple prof de sport est une mère qui tente de garder le cap en s’occupant de son fils présentant un retard mental (on ne sait pas lequel précisément). Ayant un passif avec le passé de la famille Locke, elle se laisse peu à peu happer par les démons qui l’habitent… littéralement !  Clairement les enfants Locke ne sont pas personnages principaux même si cette impression demeure. Autour d’eux on découvre des personnages possédants également des secrets qui viennent se mêler à ceux des clés. En voyant certaines clés en action on serait presque tenté d’en avoir nous aussi un exemplaire.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Dans le troisième tome (La Couronne des ombres), le scénariste pose une question pertinente aux lecteurs, en plaçant Kinsey Locke dans une situation où elle prend la décision de se séparer de deux choses qu’elle voit comme une tare : la petite voix de ses peurs et celle de son côté pleurnichard, comme elle dit. Littéralement sorties de sa tête, l’adolescente ne possède plus de limite dans ses actions lui faisant prendre des risques et mettre ses amis en danger. Au fond, si nous ne ressentions plus de peur, serions-nous plus heureux ? Les décisions que l’on prendrait ne seraient-elles pas moins réfléchis ? Des questions intéressantes qui montrent à quel point Joe Hill a su développer son intrigue, tout en gardant cette aura d’incertitude concernant l’issue finale. La manipulation psychologique est finement menée par l’antagoniste Lucas alias Zack. À la recherche de toutes les clés de Lovecraft, il se transforme en marionnetiste sournois et imprévisible dans ses actes. Un personnage réellement fascinant que l’on adore détester.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le dessin de Gabriel Rodriguez colle toujours aussi bien à l’ambiance du récit. Les planches fantaisistes – notamment dans la tête des gens – rappellent un peu cette atmosphère que l’on ressent en regardant le clown dans It de Stephen King au milieu de la route avec son ballon rouge pleine de sang faisant signe de la main. L’imaginaire développé sur papier par Hill prend une forme visuellement enchanteresse et glaçante sous le trait de Rodriguez. Le coté irrationnel de la peur prend tout son sens au milieu des ombres devenus cauchemars. Les planches double ou singulière offrent des clins d’oeil à William Shakespeare ainsi qu’à David contre Goliath. L’édition de HiComics est pourvu d’un mini-dossier sur le processus de création par Gabriel Rodriguez (tome 2), une galerie de couvertures, et une présentation de la mythologie des clés.

En conclusion, après un premier tome fort réjouissant, ces deux nouveaux tomes lèvent le voile sur un scénario impactant, mélangeant brillamment le grandiloquent imagé et le thriller horrifique. La personnalité de chacun est écrit de manière cohérente, mettant l’accent sur des protagonistes uniques ou leur force et faiblesse trouvent facilement écho en nous. Locke & Key est une série indépendante qui pour le moment mérite amplement ses nombreux prix et les éloges des lecteurs.

Thanksgiving (1)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

5 réflexions sur “Critique comics #019 – Locke & Key tome 2 et 3

  1. Il faut absolument que je continue cette lecture… quand j’avais ramené le 1 à la médiathèque, le 2 n’était pas là, et va savoir comment, ça m’était finalement sorti de l’esprit ! Tu m’as vraiment trop donné envie de continuer !

    J'aime

    • sur les trois, le 1 est le moins bon clairement. Comme je le dit j’ai mis beaucoup de temps à entrer dans l’histoire. Mais la suite vaut clairement le coup, surtout que c’est extrêmement rare que je m’enfile deux tomes d’une meme série comics en une seule fois xD

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s