Critique manga #158 – Log Horizon, la Brigade du Vent de l’Ouest tome 1 et 2

titre manga.png

Dans la lignée d’un Sword Art Online et Co., Log Horizon nous ouvre les portes de son monde RPG d' »Elder Tale », où les joueurs en ligne ont été propulsés sans qu’ils ne le comprenne. Les différentes guildes vont devoir trouver un moyen de retourner chez eux sain et sauf, car comme sans une société réelle le mal et le bien sont subjectifs selon la personne. Une aventure d’action avec les personnages hyper sympathiques et mignons (mais redoutable quand il faut!) de La Brigade du Vent de l’Ouest.

 

Acheter les tomes de Log Horizon, la Brigade du Vent de l’Ouest sur le site des éditons Kana ou sur Amazon
Également disponible en version numérique sur izneo

kanadargaudsuisse

Merci à Stéphanie et Anne-Catherine pour ce début d’aventure fort enthousiasmant 


Avant de parler de La Brigade du Vent de l’Ouest il faut restituer le contexte, puisque ce titre est un spin-off de la série de light novels Log Horizon écrite par Mamare TONO avec les illustrations de Kazuhiro HARA. Publié depuis 2011 au Japon, les lights novels disponibles chez Ofelbe pour la version française. Depuis, quatre adaptations mangas supervisées par TONO ont vu le jour. Et si Kana n’a publié que le premier tome du manga mère, son spin-off La Brigade du Vent de l’Ouest en est à son neuvième tome dans nos contrées, sur les onze terminés au Japon. Ici, les dessins sont de KOYUKI. Et pour les amoureux d’animé, sachez qu’une adaptation en série est disponible sur la plateforme de streaming ADN. Également disponible en Blu-Ray collector chez Kana Home Video.

L’histoire débute dans un monde de RPG en ligne, qui après une mystérieuse mise à jour propulse ses joueurs dans le monde du jeu Elder Tale. Devenus prisonniers de ce monde parallèle régit par ses propres codes, plusieurs brigades fictives deviennent alors réelles. Parmi elles nous avons celle du Vent de l’Ouest, réputé pour le niveau élevé de ses joueurs. Sôjirô en est le leader adoré de tout ses compagnons, qu’ils soient filles ou garçons. Ensemble ils vont devoir comprendre comment ils sont arrivés dans Elder Tale, pourquoi, et surtout trouver une solution pour retourner dans le monde réel. Néanmoins, comme dans tout RPG qui se respecte rien ne sera de tout repos, de nombreux dangers les attendent, à commencer par les joueurs aux ambitions peu louables.

Les scénarios de RPG sont depuis quelques années très répandus notamment grâce à la série Sword Art Online. Log Horizon, la Brigade du Vent de l’Ouest en reprend donc les codes. Le premier tome pose les bases du récit en nous envoyant directement dans le jeu même sans préambules. Mais nulle crainte, puisque vous pouvez complètement comprendre ce qui se passe dans ce spin-off sans avoir lu les light-novels ou le manga principal, ce qui est mon cas. À la lecture on constate que chaque membre connait déjà entre eux. La complicité et la cohésion de groupe nous sautent vite aux yeux, ce qui permet de passer toute l’étape où le personnage apprend à connaître l’autre. Néanmoins, cela ne veut pas dire qu’ils manquent de personnalité. Loin de là. Chacun possède des traits de caractère bien distincts de son voisin. Nous avons par exemple la charismatique Nazuna, bras droit de Sôjirô. La rousse Isami, la combative Kawara, la chevalière Kyôko, la plus grande grouipe de Sôjirô Olive Fragrant, mais aussi des garçons comme Dolce. Et comment parler de La Brigade du Vent de l’Ouest sans évoquer Sôjirô, maître de haut niveau à apparence joviale et innocente. En découvrant ce personnage j’ai retrouvé toutes les valeurs d’un leader à savoir être droit dans ses actions et ses pensées, honnête, ouvert à la conversation et ayant un sens du sacrifice pour le bien de tous. Pour cause, au fil des chapitres on découvrira qu’il est prêt à donner sa vie pour ceux qu’ils aiment ou même pour le chaland. Vient alors une question pertinente à laquelle je ne vous donnerai pas de réponse : Si on meurt dans Elder Tale, meurt-on aussi dans la vie réelle ?

L’action est présente dès le début voyant les guildes affronter les créatures d’Elder Tale mais aussi les autres Guildes ayant envie de prouver leur niveau de jeu et abuser des plus faibles. C’est ce que l’on constate dans le tome 2, où certaines guildes utiliseront les joueurs de niveau moins performant qu’eux pour les envoyer faire de basses besognes comme, par exemple, voler les équipements et potion des autres joueurs. Et l’arrivée du manipulateur Magus n’appartenant à aucune guilde de va rien arranger… L’humour est aussi une partie importante du récit, puisqu’elle passe par plusieurs prismes. Nous avons d’abord celui du “harem manga”, ou les filles de la Bridage du Vent de l’Ouest en pince toutes pour le leader (sans qu’il n’en soit conscient). Et on ne peut pas leur en tenir rigueur puisque ce Sôjirô dégage un charme naturel vraiment mignon. Mais malgré son côté angélique, on se demande si à force de vivre dans ce monde lui il ne pourraient pas finir par faire des choses punissables, ternissant leur humanité. Lors de certains combats, le visage de Sôjirô trahira une facette plus sombre qu’il n’a pas conscience de posséder.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ce sentiment est intensifié par le trait graphique de KOYUKI, basé sur le character design de Kazuhiro HARA. Les mimiques et les rictus de notre leader m’ont fortement rappelé le regard vide et violent que possède Kenshin dans le manga du même nom écrit et dessiné par Nobuhiro WATSUKI. D’ailleurs comme lui, Sôjirô occupe une fonction de Samouraï. Le costume de chacun est soigné et précis. Les décors sont parfois plus absents, notamment lors de discussion entre les protagonistes. Les scènes de combat sont vives et bien retranscrites, même si elle manque parfois d’un peu de lisibilité. La partie humoristique donne lieu à des mimiques calqué sur le genre, rendant ainsi les personnages plus attachants. L’édition des éditions KANA est réellement de très bonne qualité. La jaquette gaufrée donne vraiment un style au manga ce qui colle avec cet univers de RPG féodal (ou historique). Chaque tome s’ouvre sur quelques pages couleurs, ce qui est toujours appréciable. Et enfin, la traduction est assurée par Frédéric Malet faisant déjà de l’excellent travail sur Assassination Classroom, Fire Force, Capitaine Albator Dimension Voyage, Gintama, ou encore Seraph of the End.

En conclusion, après avoir posé des bases intéressantes avec des personnages attachants lors de son tome 1, le questionnement et le danger dans le monde de Elder Tale se font plus intenses, mettant parfois nos amis du Vent d’Ouest dans des situations délicates. Et même si on se demande où cela va nous mener, on apprécie cette aventure plaisante à lire qui mérite qu’on s’y intéresse malgré le côté classique du genre.

15 sur 20

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

9 réflexions sur “Critique manga #158 – Log Horizon, la Brigade du Vent de l’Ouest tome 1 et 2

  1. J’avais beaucoup apprécié cette lecture, mais j’ai surtout aimé l’anime qui apporte une vision très différente de ce style d’oeuvre qui s’axe plus sur la politique, le commerce et les bases d’une nouvelle société ^^

    J'aime

    • Un commentaire de Seb, ça n’a pas de prix ❤️ alors, personnellement je n’ai jamais réussi à réellement adhérer à SAO, alors que pour Log Horizon j’ai trouvé ça plus simple. Et je préfère le charadesign de Log. Tu as regardé les deux animés ?

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s