Critique manga #159 – Devil’s Line tome 3, 4 et 5

titre manga.png

Les vampires se cachent parmi les humains pendant des années. Si la majorité ne le sait pas, d’autres les cachent car qu’on le comprenne ou non, ils sont parfois dans une relation avec le démon. Et si celui qui sorts les crocs et les griffes dans une transformation visuellement originale, l’hêtre humain pourrait parfaitement arborer le masque du mal. Complot, dissémination de la race vampirique par une organisation secrète, les agents de la Section 5 doivent rester attentifs, car il se pourrait bien que des taupes soient parmi eux.

 

Acheter les tomes de DevilsLine sur le site des éditons Kana ou sur Amazon
Également disponible en version numérique sur izneo

 

LIRE MON AVIS SUR LES TOMES 1 ET 2 ICI || LIRE UN EXTRAIT DU CHAPITRE 1

kanadargaudsuisse

Merci à Stéphanie et Anne-Catherine pour ce début d’aventure fort enthousiasmant 


Ryo HANADA est une mangaka née en 1987 à Ehime au Japon, mais vivant actuellement à Tokyo. Son seul et unique titre à ce jour est le seinen DevilsLine, prépublié dans le Gekkan Morning Two des éditions Kôdansha depuis 2013. Actuellement le titre compte 11 tomes en cours au Japon, et 10 aux éditions KANA dans la collection Dark Kana, depuis 2015. En début d’année nous apprenions que le titre allait bénéficier d’une adaptation en série animée avec Tokumoto YOSHINOBU à la réalisation, au sein du studio d’animation Platinum Vision. La série est diffusée depuis avril dernier et est disponible en simulcast  VOSTFR sur la plateforme de streaming ADN.

Après le massacre de la présentatrice météo par un vampire sur la place publique, la population est en proie à une crise de panique générale provoquant les agressions de multiples vampires innocents dans toute la ville. Les agents de la Section 5 en charge de neutraliser les vampires « hors la loi » qui s’attaquent aux humains, se réunissent pour tenter de trouver les responsables de cette escalade de la violence. Tandis que les esprits s’échauffent, Anzai – notre agent vampire en proie à sa condition – tente de mettre de la distance entre lui et Tsukasa, l’humaine qu’il avait aidé dans le tome 1. Mais difficile, quand cette dernière n’est pas du moins du monde effrayée par sa nature hybride de mi-démon mi-humain. Si le premier tome de Devils’s Line mettait plus l’accent sur la partie romance du titre, la suite s’est avérée pour complexe puisque nous avons ici un récit se focalisant autour d’un complot mis sur pied par une organisation (CCC) pour nuire aux vampires, même les plus dociles. Pourquoi et surtout, qui se cache derrière cette machination ? Si depuis le tome 2, le lecteur connaît le(s) coupable(s), ce n’est pas le cas des agents de de la Section 5. Et pendant que chacun tente de trouver des indices, le lecteur voit peu à peu les masques tomber pour mettre en lumière toute la nuance de la nature d’un démon et d’un humain. Puisque comme l’annonce la phrase d’accroche « Le démon est humain, l’Homme est démon« , le mal et le bien ne porte pas forcément le visage qu’on lui connaît. Du côté des personnages, Hans Ri – notre hybride allemand aux cheveux blancs – apporte des informations capitales concernant la nature du vampire, provocant la colère de Anzai , quand il apprend à Tsukasa que les vampires ne se nourrissant pas de sang humain ont une espérance de vie plus courte. Bien entendu, souhaitant protéger son bien-aimé, la jeune fille n’hésite pas à proposer à Anzai de lui offrir son sang. 

Dans le quatrième tome, l’action et les interrogations continuent alors que de petites révélations arrivent ici et là. Sans trop en dire d’un coup, Ryo HANADA montre qu’elle maîtrise son univers. De plus, afin de mieux cerner chaque personnage, la mangaka introduit des séquences flashbacks apportant une nouvelle vision de certains événements en relation avec les personnages. Écrit comme un véritable thriller, les nouveaux venus jouent les trouble-fête en imposant leur caractère et idéaux. La mythologie vampirique se dévoile gentiment au lecteur, en passant par le besoin d’Anzai de connaitre ses origines pour tenter d’enfin s’accepter comme il est. Certains masques tombent, tandis que Tsukasa s’affirme dans ses choix et n’hésite pas à tenir tête à Anzai. Si au départ on trouvait leur relation très précipitée, on voit ici qu’au final chacun se cherche tout en essayant de comprendre comment avancer sans heurter l’autre. Leur maladresse est attendrissante, et ne paraît en aucun cas niaise ou inutile au scénario. Seul petit bémol ici passe par l’arrivée de trop de personnages masculins se ressemblant physiquement, du coup je me suis un peu perdue dans la narration. Pour pallier à cela j’ai dû me faire un petit mémo, que je consulte de temps en temps. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Jusqu’ici on pouvait penser que le récit tournerait simplement autour de la relation humain/vampire, complot, terrorisme, mais ça c’était avant. Oui, ce cinquième tome est, pour le moment, celui qui prend tout le monde à revers avec nouvelle dynamique en faisant entrer des personnages capitaux pour la suite. Après avoir été pris en otage Tsukasa passe une soirée de répit avec Anzai. Invités à la réunion annuelle des membres du comité de ONLO (en charge du débat sur les droits des vampires au sein de la société), Anzai va sans le savoir en apprendre plus sur ses origines. Un moment difficile et émouvant qui touche le lecteur. De son côté, Hans Ri continue de naviguer au sein de cette équipe, et à dévoiler ses origines à travers des retours en arrière. Ces passages sont vraiment bien réalisés puisqu’il donne de la profondeur à ce personnage si excentrique, intelligent et drôle. Il est d’ailleurs le seul moteur humoristique du récit sans jamais tomber dans la caricature. On y évoque aussi les relations intimes entre un vampire et un humain, ainsi que leur dangerosité. Cette nouvelle pierre à l’édifice est la bienvenue puisqu’elle explore quelque chose qui titille forcément notre curiosité depuis le début. Et les quelques informations sont convaincantes et méritent d’être traitées.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les illustrations de Ryo HANADA restent toujours le point de discorde entre les lecteurs de ce titre. Un trait inégal d’une planche à une autre, mais qui contribue tout de même au charme de la série selon moi. Comme dit plus haut, le seul point négatif est le manque de diversité entre certains charadesign, notamment entre Kirio Kikuhara (leader de la Division 5), Takeshi Mikumura (dans l’équipe B de la Division 5), et Takashi Sawakzaki (leader de l’équipe F – où figure Anzai). Toutefois, on arrive à passer outre grâce aux expressions propres de chaque protagoniste. Il faut dire que la mangaka arrive bien à retranscrire les émotions de chacun sans qu’aucun mot ne sorte de leur bouche. Les décors sont présents et amplifient le côté thriller selon les situations. Concernant l’édition de Kana ainsi que la traduction de Julien Delespaul (TenjinStrike the Blood) c’est du propre. Cependant je pense qu’une page de présentation des personnages et de l’intrigue en début de tome aurait été un gros plus pour que le lecteur puisse se repérer. 

En conclusion, Devil’s Line continue sur sa lancée de récit vampirique original en mélangeant complot et mise en abyme sur la nature l’humain et de ce qui le différencie d’une simple bête. C’est malin et pertinent, en prenant le temps de tisser une romance entre un humain et un vampire sans que le lecteur le moins friand de ce genre y trouve à redire. Les manipulations sont nombreuses et la mythologie vampirique est construite avec finesse. Tous ces éléments nous promettant de bons moments de  lecture à venir tant Ryo HANADA semble avoir de choses à dire. Sans oublier le caractère de chacun, la fluidité dans l’action, rendant la lecture plus que prenante dans sa globalité. Un titre qu’il me tarde de continuer. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

2 réflexions sur “Critique manga #159 – Devil’s Line tome 3, 4 et 5

  1. Encore une très belle chronique qui retranscrit très bien ce que j’ai ressenti à la lecture de ces tomes. Je trouve aussi que le dessin participe au charme de la série et surtout à son ambiance. Par contre, j’avais noté comme toi les ressemblances entre certains personnages et effectivement une petit récapitulatif d’eux en début de tome ne serait pas du luxe ^^
    Bonne lecture de la suite !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s