Critique comics #022 – Sykbourne, et Revival tome 1

titre comics.png
Comme chaque jeudi, on s’en va explorer l’univers des bulles de comics, avec cette semaine deux titres à l’ambiance différente mais de qualité égale. Skybourne nous invite dans son univers moderne d’action et de fantasy semblable à un « block buster » calibré pour divertir le public. Nous avons ensuite Revival et son premier tome qui nous embarque dans un contrée enneigée des USA, où les morts reviennent à la vie touchant à la sphère du mysticisme. Deux séries écrites pour fonctionner et qui devrait vous faire passer un agréable moment de lecture.

sp delcourt

Merci à Mélanie pour l’envoi du comics Skybourne

Conseils : Redneck tome 1 || Oblivion Song tome 1

Disponible aux éditions Delcourt ou en numérique sur izneo || LIRE UN EXTRAIT

 

Skybourne est un gros one-shot écrit et illustré par Frank Cho, américain né en Corée du Sud, qui depuis son lancement dans le milieu des comics en 1995 (alors qu’il était encore au lycée) a bien roulé sa bosse comme on dit. Il a notamment collaboré avec de grands noms de la profession sur du Avengers, The Totally Awesome Hulk, Savage Wolverine et X-Men pour ne citer que ces titres. Skybourne est une création personnelle de l’auteur avec Marcio Menyz (The Green Hornet) à la colorisation. Le récit nous narre les aventures d’une organisation secrète cachée du grand public luttant pour sauver l’humanité face aux dangers surnaturels. En son sein évolue une femme pas comme les autres. Il s’agit de Grace Skybourne, la bad ass de service meneuse de troupe. Immortelle et descendante de Lazare, c’est avec ces deux frères (Abraham et Thomas), elle a pour mission de récupérer l’épée Excalibur, arme de légende Arthurienne que je ne vous ferrai pas l’affront de présenter. Bien entendu, comme dans 99% des comics la transaction ne va pas se dérouler dans la bienveillance, et va faire tomber des têtes. Et l’arrivée d’un ennemi mystérieux en guise de cerise sur le gâteau ne va rien arranger. Alors, je vous le dis tout de suite, Skybourne ne révolutionne pas le genre mais se lit très bien. Grace est une héroïne n’ayant aucun mal à faire la peau à un homme qui fait 3 fois son poids, à casser des mâchoires et autres belles choses. L’humour s’invite volontiers durant la lecture et donne un côté fringant au récit. Avec l’intégration d’Excalibur, vous vous doutez bien que l’on va avoir le droit à de la fantasy, n’est-ce pas ? Et c’est le cas ! Les dragons jouent les incrustes (mais aussi les centaures, etc), les scènes sont dynamiques et l’action est bien dosée. Du côté du dessin, le trait de Cho est sans failles et s’inscrit avec efficacité dans une narration divertissante. Les cases laissent volontiers gicler avec modération le sang, ne rendant pas la lecture gore et indigeste. Marcio Menyz réalise un excellent travail de colorisation, avec une palette vive et mettant bien en valeur le dessin de Frank Cho. L’édition de Delcourt est bonne, l’odeur de papier ne nous arrache pas la tête et c’est un soulagement (si vous saviez le nombre de comics qui ont failli me rendre stone…). En conclusion, un récit porté par des personnages intéressants et qui n’hésitent pas à réfléchir avant de se mettre à cogner (même s’ils adorent ça). Le côté surnaturel donne de l’éclat au récit, pour un rendu similaire à un bon blockbuster (écrit avec abilité) du cinéma. Préparez le pop corn!

15 sur 20

 

Couverture de l'album REVIVAL Tome #1 Bienvenue à la maisonDisponible aux éditions Delcourt ou en numérique sur izneo 

 

Revival est une comics indépendant scénarisé par Tim Seeley (Batman Eternal, Nightwing, Hack/Slash) et illustré par Mike Norton (Runaways, Gravity). Le récit prend place dans une petite bourgade du Wisconsin où pour une raison inexpliquée les morts reviennent à la vie. Dix jours plus tard le phénomène a pris de l’ampleur, ce qui contraint le gouvernement à fermer la zone d’accès à la ville et à envoyer l’agent Dana Cypress pour mener l’enquête. Surtout que les individus revenus d’entre les morts ne présentent aucune anomalie, ne causent aucun problème, et reprennent leur vie comme si de rien n’était. Lancé en 2012, Revial s’est conclu l’année dernière avec 47 numéros, soit 8 albums reliés, tous disponibles en VF. Ce qui frappe durant la lecture est que malgré un pitch rappelant la mode des zombies lancée par The Walking Dead à la même époque, elle réussit à se distinguer par son son écriture polar en abordant des trames physiologiques intéressantes sur le long terme. Ce premier tome ne fait encore figure que mise en bouche, mais s’avère déjà hautement intrigant. Les amateurs de séries télé dans le Fargo des frères Coen devraient spécialement apprécier ce titre. Parce que au-delà de sa sphère “mort-vivant” classique, des assassinats viennent surprendre le lecteur. Du coup, vivants et morts deviennent des suspects. Mike Norton s’applique à poser un trait réaliste collant bien à l’ambiance polar que dégagent les planches. La colorisation de Mark Englert vient compléter le tout d’une manière bien sympathique. Personnellement, n’étant pas une fan de zombie ni de The Walking Dead, Revival a su m’intéresser par son côté détective avec des pointes d’horreur mystique sans jamais tomber dans une parodie. En conclusion, si vous cherchez un titre se distinguant des pelletés du genre “mort-vivant”, Revival devrait remplir ce rôle sans aucun problème.

 

 

 

Une réflexion sur “Critique comics #022 – Sykbourne, et Revival tome 1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s