Critique manga #168 – @Ellie tome 1, Banale à tout prix tome 4, So Charming! tome 4

Copie de titre manga.png

Le shojo est l’équivalent de la romance dans le milieu littéraire. Décrié et souvent très mal jugé, ce genre de manga possède tout autant de qualité qu’un thriller, qu’un classique littéraire, etc. On y parle avant tout d’amour de soi et envers l’autre. L’amitié est aussi importante dans le récit, tout comme l’acceptation de soi pour avancer dans la vie. Que cela se passe dans un cadre scolaire ou non, le shojo explore les tumultes de l’amour avec un grand A, de la sexualité et bien plus. Et pour en parler j’ai choisi trois titres ayant récemment débutés aux éditions Kana : @Ellie de FUJIMOMO, Banale à tout prix de NANAJI, et So Charming! de KAWAHARA.

kanadargaudsuisse


@Ellie - Momo Fuji Disponible aux éditions KANA || Amazon || LIRE UN EXTRAIT ICI || SUIVRE ELLIE SUR TWITTER

Prix de lancement de 5.45 € jusqu’au 31/12/2018

@Ellie (Koiwazurai no Ellie en VO) sous-tittré #JeNaiPasDePetitAmi est un manga écrit et dessiné par FUJIMOMO, auteure d’un unique one-shot Machiko wa Oborekake (2014). @Ellie est publié aux éditions Kodansha dans le magazine Dessert depuis 2015, et en est à son septième tome au Japon. Pour son lancement, les éditions Kana on misé sur une com’ plutôt originale et en rapport avec le manga : Twitter. En effet, à l’occasion de la publication l’éditeur a ouvert un vrai compte Twitter que vous pouvez suivre ici, comme si c’était Ellie qui parlait, chose également mise en place au Japon. Dans l’histoire Ellie est une twitteuse qui aime parler de ses fantasmes concernant son petit ami fictif, basé sur un vrai garçon: Akira Ômi, THE garçon du lycée. Après une maladresse de sa part, elle va être démasquée par Ômi lui-même ! Il lui promet alors de ne rien révéler mais s’amuse de la situation. Ce premier tome fait figure d’introduction sans trop en dire sur le passé de nos deux personnages. Est-ce une bonne chose ? Oui, car au après le chapitre 1 nous avons déjà quelques indices que sous le comportement “fake” de Ômi en présence de ses camarades, il est plutôt du genre tendre. Est-ce un bad boy ? Non pas du tout. Étant ancrés dans l’ère du temps avec les réseaux sociaux, Ômi et Ellie sont le reflet de la société actuelle où l’on se cache derrière un masque pour ne pas dévoiler notre vrai visage, et ainsi éviter d’être vulnérable et jugé. C’est en tout cas ce que j’ai ressenti, une confirmation qui semble faire son chemin à travers les monologues internes d’Ellie. Son côté effacé n’est pas que provoqué par les autres, puisqu’elle-même ne se met pas en situation où elle peut s’affirmer et montrer qu’elle existe. Ômi est son image inversé. Être le centre d’attention de tout le monde n’est pas quelque chose qu’il cherche selon les petites phrases ici et là dans le manga. Pourtant ils continuent de jouer un rôle. Au contact de l’un et de l’autre, chacun va réaliser certaines choses sur eux sans que de gros changements n’interviennent déjà.

KOWAZURAI NO ELLIE ©2015 Fujimono/Kodansha Ltd.

L’amour n’est pas encore au cœur de ce tome 1, ce qui est très appréciable. À la lecture j’y ai trouvé quelques similitudes avec deux autres mangas du même éditeur : Entre toi & moi, et Irrésistible. Alors que la publication du premier est terminée (7 tomes), le second a eu son premier tome en VF juste avant l’été [mon avis ici]. De plus, le dessin de FUJIMOMO m’a rappelé celui d’Entre toi & moi. Un trait shojo délicat mais affirmé dans son charadesign. Le découpage est classique mais naturel. Les mimiques des personnages sont bien travaillées, et on se laisse amadouer par leurs expressions. L’humour fonctionne bien notamment avec les tweets d’Ellie qui n’a aucunement honte de dévoiler qu’elle possède des fantasmes. En tout cas en ligne elle ne s’en cache pas. Ce côté plus mature est du même acabit que celui d’Irrésistible, ce qui montre bien que la perception des relations entres adolescents évolue pour mieux se superposer sur la réalité. En conclusion, un premier tome que l’on découvre et qui laisse présager une écriture plus audacieuse sans que le côté innocent et jovial du shojo lycéen ne soit remis en question. Les personnages de FUJIMOMO ne sont pas unidimensionnels, et j’attends la suite avec envie.

 

 

Disponible aux éditions KANA ou en numérique sur izneo || Amazon || MON AVIS SUR LES TOMES PRÉCÉDENTS || EXTRAIT DU TOME 1

Banale à tout prix est un manga écrit et dessiné par Nagamu NANAJI, déjà connu en France pour Moving Forward aux éditions Akata. Au Japon, le titre en est à son neuvième tome et reste un titre se vendant assez bien dans le pays. L’histoire est celle de la la banale lycéenne Koiko, qui s’en le chercher va attirer le regard du garçon populaire du lycée, Tsurugi, mais qui n’a aucunement conscience (en toute innocence) de son succès. Depuis son lancement l’année dernière, je ne cesse de recommander de manga parce que malgré sa description très… banale (?), il a été un véritable coup de coeur. Les personnages sont profonds et sincères dans leur approche de la découverte amoureuse, et sincèrement je pense que l’on peut tous y retrouver des bribes de notre “nous” passé et même encore un peu du « nous » actuel. Après tout l’amour est l’équation la plus difficile à déchiffrer de notre existence. De 6 à 90 ans, nous sommes toujours presque des ignorants quand on aborde ce sujet. Et si vous êtes de ceux qui disent “moi l’amour je sais ce que c’est”, eh bien sachez que vous êtes un Pinocchio pour moi. Enfin bon. Ce quatrième tome poursuit l’exploration des sentiments nouveaux de notre adorable duo, qui encore une fois se tourne autour. Et même si on est un peu frustré de voir qu’ils ne se lancent pas dans une déclaration claire et nette, on se laisser porter par la douceur du titre. Le fait que l’auteure prenne le temps de décrire la naissance des sentiments, la découverte des émois amoureux donnent lieu à des moments où le réalisme est authentique.

FUTSUU NO KOIKO-CHAN © 2015 by Nagamu NANAJI/SHUEISHA Inc.

On rougit, on bredouille, on ne sait comment dire les choses de manière concrète, on espère un regard, on sourit, on jalouse celui ou celle qui s’approche un peu trop près de l’autre (on se déteste de ressentir ça), tout y passe et c’est magique. Ici, Koiko et Tsurugi partant en voyage scolaire avec leurs camarades, ce qui permet d’aérer la narration en proposant un autre cadre. La présence de la grande sœur (qui déteste l’amour) de Koiko, récemment devenue professeure dans le lycée, avait donné lieu à des scènes intrigantes où sa notion de l’amour était plus nuancée. On sentait qu’un sentiment mélancolique se cachait, mais pour le moment nous n’en savons pas plus. Le dessin de NANAJI reste l’une des grandes qualités de ce titre, dont le seul défaut réside dans sa petite frustration évoquée plus haut. Le trait est doux, avec une mise en avant des expressions des personnages très justes. La petite touche d’humour par le dessin et le texte possède son petit charme lors de la lecture. En conclusion, un quatrième tome dans la lignée des précédents, avec un cliffhanger qui annonce un changement de cap, et j’ai personnellement très hâte de retrouver nos beaux petits héros. Nagamu NANAJI maîtrise son récit et on sent que chaque détail et pensé avec sincérité et que rien n’est décidé à la légère. PS. c’est bien la seule mangaka dont je prends le temps de vraiment lire ses annotations en début de chapitre et fin de tome.15 sur 20

 

Couverture du livre : So charming ! Tome 4Disponible aux éditions Kana ou en numérique via izeno || Amazon || MON AVIS SUR LES TOMES PRÉCÉDENTS || LIRE UN EXTRAIT DU TOME 1

À la fin de l’été 2017, paraissait So Charming! de Kazune KAWAHARA, qui au même titre que Banale à tout prix, a été un coup de cœur inattendu. Au Japon, le titre compte actuellement 7 tomes depuis 2016 aux éditions Shueisha. En France, c’est donc le tome 4 que l’on a découvert au début de l’été. Pour rappel, le récit tournant autour de Nonoka, 16 ans qui rêve depuis son enfance d’assister au feu d’artifice du nouvel an avec son petit ami. À ses yeux, cette scène est la définition du bonheur. Mais malheureusement, elle n’a pas encore eu de petit ami. Sa rencontre avec Kiriyama va se révéler être une surprise : Attentionné, et de bon conseil, une amitié sincère se noue entre eux… de plus il se propose pour la conseiller en amour. Quatre tomes, et So Charming! est toujours un shojo rafraîchissant dans son écriture et ses personnages. Au départ,  Kiriyama n’était que le coach sentimental de Nonoka, et comme dit juste avant un lien s’est formé. La mangaka a pris son temps pour que leur relation soit crédible et organique. Peu enclin à parler de lui-même,  Kiriyama reste encore un grand mystère pour les lecteurs. Les brèves informations concernant son passé que l’on a eu jusqu’ici ne font qu’attiser notre curiosité, et on se demande quand est-ce que l’on va en savoir plus. Depuis le tome 1 on peut dire que la plus grande évolution est le personnage de Nonoka. De jeune fille au rêve de bonheur et d’amour, nous avons à présent une jeune fille ayant réellement mis les pieds dans ce bazar que l’on nomme sentiments.

SUTEKI NA KARESHI © 2016 by Kazune Kawahara/SHUEISHA Inc.

Ce changement a été étalé dans le temps, puisque entre le premier et quatrième tome, une année s’est écoulée. Les sentiments ne sont pas venus du jour au lendemain, et on peut même dire qu’elle se les ait prise en pleine face. D’aventure en aventure, la jeune fille a pu apprendre à se connaître, ainsi que le très solaire et adorable Shôhei, que j’espère réellement revoir ! Dans son écriture, KAWAHARA soulève des questions pertinentes qui pourrait être un sujet de philosophie : En amour, peut-être prendre le risque de se lancer dans une relation amoureuse qui s’annonce déjà compliqué alors même qu’elle n’a pas encore commencé ? L’être aimé et le sentiment que l’on ressent valent-ils le coup de finir avec le cœur en miettes si cela ne fonctionne pas ? Et enfin, pourquoi ne pas se contenter d’être dans une relation apportant sécurité au lieu de se compliquer la vie ? Au niveau du dessin, c’est toujours aussi agréable. La mangaka livre des planches propres. Le visage de Kiriyama est ce qui marque le plus, puisque l’artiste a réussi à lui donner une grande maturité dans ses traits, et y insérer toute l’aura de mystère qui l’entoure. En conclusion, dans les dernières pages de ce tome 4, Kazune KAWAHARA nous laisse entrevoir une suite plus complexe dans une écriture de couple, loin du schéma traditionnel du genre. 

 

20 réflexions sur “Critique manga #168 – @Ellie tome 1, Banale à tout prix tome 4, So Charming! tome 4

    • Pour être honnetes, les shojos de Kana sont ceux que je lis toujours, meme quand je ne connais pas, parce que je n’ai jamais été déçue jusqu’à maintenant. Même quand un tome 1 est « middle » je poursuis avec le 2 est là, ça marche beaucoup mieux. Puis ça fait du bien de lire des shojo je trouve, c’est pas forcément niais alors que beaucoup le pense.
      J’ai bien aimé Ellie parce qu’il a cette modernité avec Twitter, et les personnages ont du caractères, et même si Omi parait presque détestable lors du premier chapitre, par la suite on voit qu’il y a bien plus derrière la façade. Puis enfin on parle des fantasmes des filles etc.

      Aimé par 2 personnes

      • Je dois avouer qu’avant de lire des chroniques sur le genre, je tendais aussi à associer shojo et niaiserie, un peu comme avec Harlequin… C’est un peu bête, mais la blogosphère m’a permis de revoir mes préjugés 🙂
        Le côté moderne de l’intrigue est le point qui m’attire le plus même si je pense que j’apprécierai de découvrir la psychologie des personnages…
        Je vais me réabonner bientôt à la bibliothèque et j’espère que la série ne tardera pas à faire son entrée dans les rayons, et que les autres tomes suivront vite 🙂

        Aimé par 1 personne

  1. Hello ! Super critique d’@Ellie ! Je suis totalement d’accord sur le parallèle entre @Ellie et Irresistible ; bien que ça ce voit plus dans ce dernier, les romances commencent à prendre un point de vue plus mature sur l’amour lycéen. C’est cool ! 😀

    J'aime

  2. Je me retrouve tellement dans tes avis. Comme toi, Nagamu Nanaji est l’une des rares dont je lis aussi les blablas. Je trouve aussi qu’elle croque à merveille les sentiments des adolescents dans toute leur complexité.
    J’ai également craqué pour le nouveau shojo de Kana, dont comme toi, j’ai aimé le jeux de ces masques inversés. C’était aussi très drôle de voir Ellie et ses fantasmes. J’ai juste un peu peur que ça s’essouffle sur la durée.

    Aimé par 2 personnes

    • ^^ merci !
      Oui pour Ellie c’est ce qui m’a le plus plu, et je ne m’y attendais pas donc ce fut une bonne surprise. Pour le côté fantasmé d’Ellie je ne sais pas trop quoi en dire, pour le moment cela ne me dérange pas. Et l’essoufflement ne m’a meme pas éffleuré l’esprit. Wait and see…
      Nanaji elle a juste tout compris… et je regrette encore plus de ne pas avoir réussi à accrocher à Moving Forward. Mais on est d’accord que ce tome 4 de Banale à tout prix est frustrant, hein ? À de nombreux moments je disais aux personnages « mais.. MAIS vous attendez-quoi?! ». mdr

      Aimé par 2 personnes

      • Oh oui, c’était très très frustrant ce tome. J’aurais bien secoué Koiko et surtout Tsurugi, bon sang !
        Après concernant Moving Forward, c’est très différent. Comme l’autrice le dit elle-même, c’est souvent très compliqué pour ne pas dire flou, on ne voit pas toujours trop où elle veut aller. L’accès est moins facile que ses autres titres et l’ambiance assez pesante…

        Aimé par 2 personnes

      • ahaha tu m’étonnes, t’as envie de les secouer tout les deux. Après comme on es déjà des adultes on a plus trop la meme perceptions de l’amour entre deux ados… surtout quand c’est le premier. Mais vu la personnalité de chacun, je ne suis pas étonnée que ça prenne autant de temps à se déclarer xD

        Aimé par 1 personne

  3. Je suis bien tentée aussi par Ellie et vu ton avis, je vais me laisser convaincre 😉 Il faudrait aussi que je continue So charming!
    Merci pour ces bonnes recommandations et à bientôt!

    J'aime

    • Hello ! Merci pour ton commentaire et ta lecture. Je suis ravie que tu donnes une chance au titre, j’attends d’avoir le tome 2 pour me faire un avis plus tranché même si le 1 m’a plu et promets de belles choses ! Ah So Charming, je ne peux que t’encourager à continuer. Tu as lu jusqu’à quel tome ?

      J'aime

      • Coucou Sophia 🙂
        Ayé j’ai acheté le tome 1 de Ellie, verdict ce week-end!
        Je me suis pour l’instant arrêté au tome 1 de So charming alors que je me souviens avoir bien aimé, et je connaissais déjà bien l’auteure… du coup, je ne me rappelle plus pourquoi je n’ai pas poursuivi lol mais je vais suivre tes conseils 😉

        J'aime

  4. Un article très intéréssant, je suis d’accord avec toi pour @Ellie. Malheureusement, n’ayant pas lu les oeuvres que tu cites, c’est difficile acquiescer là-dessus ! Mais tu as attiré ma curiosité. Pour revenir sur ton avis sur @Ellie, j’aime beaucoup ce que tu exprimes vis-à-vis des masques sociaux, c’est intéressant !

    J'aime

  5. Même avis que toi sur la collection shojo de Kana, c’est pour ça que je suis toujours très attentivement les nouveautés de leur catalogue 😉
    @Ellie figure en bonne position dans ma liste d’envies, mais j’attendrais la sortie du second tome pour me le procurer: trop frustrant de ne lire qu’un tome à la fois, surtout dans le shojo actuel où les mangaka ont tendance à beaucoup occuper de pages pour soigner l’ambiance, le côté épuré et aéré qui laisse du champ pour de belles illustrations (ce que je préfère aux manga trop denses et bavards) souvent au détriment d’une avancée « rapide » de l’histoire…
    J’aime beaucoup l’idée de casser l’image habituelle de la fille sage en octroyant enfin à un personnage féminin adolescent des fantasmes, sans pour autant basculer dans le scandaleux et racoleur. Le shojo fleur bleue et mignon, Ok, ça passe à petite dose quand c’est vraiment bien fait. Mais avec une tendance réaliste et pertinente, c’est encore mieux.
    Vu que depuis quelques années on parlait d’une crise du shojo qui avait du mal à se renouveler, je pense que c’est en multipliant ces approches différentes qu’il se fera progressivement et naturellement.
    En tout cas, il y a clairement des mangaka qu’on a envie de suivre et depuis son Parfait tic! qui me l’a fait connaître en 2006, Nagamu Nanaji en fait partie. Elle illustre bien le besoin de renouvellement du genre. Quand on compare chacune de ses séries parues en France, il y a tellement d’évolution et de progression entre chacune d’elles, c’est impressionnant. Au point de ne pas forcément réaliser tout de suite qu’elle sont de la même autrice ! S

    J'aime

    • Oups, fausse manip, j’avais pas fini mon comm: Sa volonté de remise en question au début de chacune de ses nouvelles séries force le respect. Tous les mangaka devraient en faire de même avant de s’atteler à une nouvelle création.

      J'aime

  6. Je profite d’avoir un peu de temps pour enfin lire ton article 😉
    J’adore ton introduction
    Comme toujours, tu dis très joliment les choses, en posant des questions intéressantes.

    J'aime

  7. Pingback: Manga Time : So charming Tomes 1 & 2 (Fiche) – Les voyages de Ly

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s