Critique #135 – Sweet Home tome 2, Hades Hangmen tome 1 par Tillie Cole

TITRE PAGE.png
Tille Cole est une auteure que j’ai tout récemment découverte, mais qui m’a tout de suite convaincue. Avec de simples mots, elle arrive à façonner un univers fort et palpitant. Romance, peur et incertitudes, Sweet Home a été ma première expérience. Elle se poursuit maintenant  avec son second tome Sweet Rome, et l’univers violent du tome 1 d’Hades Hangmen.

 


 

Couverture du livre : Sweet Home, Tome 2 : Sweet RomeDisponible aux éditions Milady en GF (16.90€) ou poche (6.90€), et également en numérique || Amazon || LIRE MON AVIS SUR LE TOME 1

– merci aux éditions Milady pour ce service presse –

Il y a quelques semaines, je vous parlais du tome 1 de Sweet Home [mon avis ici] écrit par Tillie Cole, dont c’était le premier livre que je lisais. Et ‘il n’a pas été un coup de coeur sur le moment, avec le recul et le temps passé, je me dis qu’à présent il l’est. Ce tome 2, Sweet Rome, reprend l’histoire abordée dans le tome précédent, mais sous le point de vue de Rome “Roméo” Prince, le quaterback star de son lycée promis à un brillant avenir. Mais avant d’atteindre un tel statut, il a été un enfant pris entre les bras de parents cruels, qui l’on façonnait jusqu’à ce qu’il se plie et devienne celui qu’ils souhaitaient qu’il soit. Le récit débute à un moment important du tome 1, que je ne divulguerais pas, et voit Roméo se confier à sa cousine Ally sur son histoire avec Molly Shakespeare, étudiante anglaise venue compléter son master en tant qu’assistante de Mrs. Ross, professeure de philosophie. En décidant de consacrer un tome entier au POV de ce personnage, Tillie Cole a pris de grand risque. Et si à mes yeux beaucoup se sont cassés les dents dans cet exercice, ici avec Sweet Rome, l’auteure s’en sort avec panache. Je dirai même plus qu’elle propose une nouvelle lecture du personnage de Rome, en revenant sur son passé, plus douloureux que l’on ne pouvait l’imaginer. L’écriture est donc plus crue et brute, mais nécessaire pour comprendre la psyché et le comportement du jeune homme. Les moments plus tendres faisant appel aux émotions de Rome le mettent en situation de vulnérabilité, le rendant plus humain et authentique.

Mon esprit est soudain assailli par des flash-backs de ma vie ces derniers mois. Jamais je n’ai connu un tel bonheur, et bien que j’ai survécu à une cruauté sans nom depuis que je suis gosse, je sais que je n’y parviendrais plus, sans Molly à mes côtés. Quand quelqu’un est fait pour vous, vous le sentez jusque dans vos tripes… C’est ce que je ressens avec Molly. Elle me comprend… Et elle m’a sauvé la vie.

L’amour et l’attirance qu’il ressent pour Molly se confrontent aux attentes de son patriarche, et on saisit toute la déstresse que peut ressentir ce garçon. La plume de Tillie Cole est ce qui rend cette histoire magnifique et presque palpable. En oscillant entre amour de conte de fées et tragédie « Shakespearienne », l’auteure offre une lecture addictive. Les pages se tournent et on sent les émotions monter en nous, allant du sourire rêveur à la sensation de révolte. De plus, les yeux que le garçon pose sur Molly sont remplis de respect pour la jeune femme qu’elle est, et on en peut qu’approuver. En conclusion, Sweet Rome est très loin d’être un simple copier-coller du tome 1 de la trilogie, et permet à l’auteure de montrer toute les facettes de Rome, où les émotions sont encore plus vives ! Je ne vous en dirai pas plus et vous invites simplement à découvrir ce récit New Adult plus surprenant que vous ne le pensez.

Thanksgiving (1)

 

 

Disponible aux éditions Milady ou en numérique sur Amazon et co. || LIRE UN EXTRAIT | UN TRÈS BON TRAILER FAIT PAR UNE FAN FR

Hors-la-loi est le premier tome de la saga Hades Hangmen, toujours par Tillie Cole. À la différence de Sweet Home, le contexte se veut beaucoup plus sombre. Entre les romans et les novellas, cette saga compte 10 tomes en VO, depuis 2014. En France la série a débuté en 2017, et compte actuellement 6 tomes (le 5ème sort le 18 septembre, et le 6ème en novembre). Ce tome nous introduit à l’univers des bikers des Hades Hangmen, mené depuis des génération par la famille Nash. Les premières pages se déroulent 15 ans le passé, avec le jeune River “Stix” Nash, 8 huits, avec un problème d’élocution. Préférant le silence et utiliser la langue des signes, il va se retrouver face à une  fille du même âge, Salomé, dans ce qui semble être un étrange camp… Retour dans le présent, il est dorénavant le Muet des Hangmen, le président du gang, connu pour ses poings puissants, sa mâchoire d’acier et son goût pour les exécutions afin de faire régner la loi des Hades. Une vie faite de drogue, de sexe et de sang qui lui convient jusqu’au jour où il tombe sur Salomé, blessée derrière son QG, après qu’elle ait fui sa communauté sectaire. Dans ses notes, l’auteure nous explique que pour écrire cette série elle s’est entretenue avec des rescapées de diverses sectes, et fait des recherches sur l’univers des motards, etc. Un fait qui va s’avérer être vrai au fil de la lecture. Si par moments les violences qu’a subie Salomé dans sa communauté nous paraissent invraisemblables tant elles sont abjectes et inhumaines, on ne peut que se dire que, hélas, cela existe. En écrivant sur les sectes religieuses, Tillie Cole, permet de mettre en lumière une vérité trop souvent mise de côté par les médias et, par extension, nous-même.

– Un n-nom Je t-t’en su-suplie !
Elles ‘immobilisa, leva les yeux vers moi – non, elle regardait à travers moi. Ses yeux bleus étaient étrangement dilatés. Elle murmura :
– Mon nom est péché. Nous portons toutes le sceau du péché.
Elle s’étrangla sur la fin de sa phrase, émettant un couinement apeuré en entendant mon père beugler au pid de la colline. Elle se jeta dans un gros buisson et s’éloigna à quatre pattes, laissant échapper un cri qui semblait être de douleur.
– Non ! Ne t’en va pas ! criai-je dans son dos.

Comme Styx s’exprime très peu avec la parole dans l’histoire, la narration est faite de son POV et de celui de Salomé (ou Maé). De son statut de jeune président des Hangmen, Styx est continuellement sous pression. Aidé par son vice-président et “frère” Kyler, il sait se faire entendre de ses pairs et de ses ennemis. Autour d’eux nous avons le droit à des motards forts en testostérones, en démons intérieurs, comme Flamme par exemple. Le tome 3 lui est d’ailleurs consacré. La romance entre les deux est inévitable mais elle sera semée d’embûches notamment par rapport aux blessures corporelles et psychiques de Mae, et le regard que porte Styx sur sa propre personne. En effet, il ne se trouve pas assez bon pour une femme comme Mae, qui mérite la douceur et une vie loin de la mort. Les membres de HH ne sont pas parfaits malgré leur physique irréprochable. Au-delà des personnages, Hades Hangmen possède un véritable background. Le groupe suit ses propres règles et n’obéit à aucune loi. On découvre la corruption, les trafics d’armes, des guerres de territoires etc. Toutefois, si la lecture m’a beaucoup plu, j’ai trouvé que justement cet univers n’était pas assez abordé. J’aurais voulu voir plus d’échanges lors de deals, d’altercations entre les factions, etc. Mais avec autant de tomes à l’horizon, il est fort possible que ce background s’étoffe. L’écriture de l’auteure se veut beaucoup plus sombre et crue que lors de Sweet Home, mais on peut y voir tout ce qui fait que l’on reste captivé par son style peu importe l’ambiance. Les rebondissements sont nombreux, surtout après la première moitié du roman, dont certains que je n’ai pas du tout vu venir. C’est rythmé, les scènes de sexe sont parfois un peu trop suivies, ce qui fait que j’ai eu le sentiment que l’auteure ne savait plus trop où aller. En conclusion, une stagnation au milieu du récit, le tome 1 d’Hades Hangmen a tous les ingrédients d’une saga captivante et tumultueuse à suivre, où la romance se construit en même temps que le chemin sinueux des personnages. Un univers riche en surprises qu’il me tarde de retrouver.

PS – À l’heure où j’écris cette chronique, les tomes 1 à 3 de la saga sont épuisés sur Amazon et difficilement trouvables. On les retrouve en occasion mais, parfois, à des prix inconcevables. Vous pouvez vous procurer la série en numérique, et j’espère sincèrement que la version poche des trois premiers tomes vont être réimprimés, puisque l’histoire est à suivre dans l’ordre de parution. Je mettrais à jour cet article si une réimpression a eu lieu. En attendant je vais aller ronger mon oreiller.

3 réflexions sur “Critique #135 – Sweet Home tome 2, Hades Hangmen tome 1 par Tillie Cole

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s