Critique manga #180 – Blue Exorcist tome 1, 2 et 3

Copie de titre manga

Il y a parfois des mangas qui me passent devant comme un train que l’on voit défiler à toute allure devant soi. On le voit chaque jour ou presque, on sait qu’il existe, mais on n’y prête pas attention. Ne prenant pas le temps de… prendre le temps, justement, on finit par ne pas y prêter attention. Grossière erreur que de ne pas se lancer dans une lecture simplement à cause de ces appréhensions. Mais comme toujours, j’aime me fier à ma curiosité et laisser une chance à une lecture de me surprendre. Alors, Blue Exorcist a-t-il réussi à me posséder tel un esprit qui vagabonde entre le ici et le ailleurs ?

 

Acheter les tomes de Blue Exorcist sur le site des éditions Kazé ou sur Amazon
Également disponible en numérique sur izneo
LIRE LE PREMIER CHAPITRES GRATUITEMENT

kaze

Merci à Anita pour cette trépident et surprenante découverte !


Blue Exorcist est un shonen manga écrit et dessiné par Kazue KATO, une mangaka japonaise en activité depuis l’année 2000. Son premier manga, Space Travelers fut lancé en 2005 au Japon par Kodansha, avant d’arriver en français en 2015 aux éditions Kazé. En France, la mangaka se fit connaître par sa série phare, Blue Exorcist, qui depuis 2010 arrive à s’imposer auprès des lecteurs. Actuellement, le titre est encore en cours et compte 21 tomes aux Japon. En VO il est pré-publié dans le magazine Jump SQ de Shueisha. Depuis, Kazé a édité son autre série, Space Travelers, en 5 tomes. Blue Exorcist compte actuellement deux adaptations en série et film d’animation. Ils sont disponibles légalement sur la plateforme de streaming ADN, et en DVD/Blu-Ray.

Le récit est celui de Rin Okumura, orphelin recueil avec son frère jumeau par le Père Shiro Fujimoto. Depuis cet adolescent de 15 ans assez tête brûlée, n’a de cesse de s’attirer des ennuis en se bagarrant. Son jumeau, Yukio, lui est un élève studieux, du coup c’est Rin l’insolent qui passe pour le “mauvais fils ». Son père adoptif décide de l’envoyer passer un entretient de travail dans restaurant, mais le jour de son entretien Rin va se retrouver mêlé à une bagarre qu’il aurait bien voulu éviter et qui va lui révéler sa véritable identité : il est le fils de Satan ! Alors que ce dernier pense pouvoir le recruter pour un jour prendre sa place, Rin décide alors d’intégrer l’Académie de la Croix-Vraie pour son apprentissage en tant qu’exorciste comme le Père Fujimoto.

Ce titre je n’ai eu de cesse de le voir passer devant moi, sans vraiment prendre le temps de le lire. En lisant la quatrième de couverture, je n’ai pu m’empêcher de rouler des yeux. Le fils de Satan, rien que ça ? Finalement je n’ai écouté que ma curiosité, en me disant que je ne suis jamais à l’abri d’une bonne surprise. Alors, Blue Exorcist reprend les codes narratif de tous les shonen que l’on peut voir en librairie. De Naruto à Black Clover, en passant par Dragon Ball et One Piece. Rien de nouveau de ce côté-là, et pourtant qu’est-ce que je me suis régalée durant la lecture !

L’ambiance survoltée mais maîtrisée du manga ne rend pas la lecture indigeste. Le personnage de Rin est le classique adolescent qui n’en fait qu’à sa tête malgré le fait qu’il soit conscient de ne pas être à la hauteur des espérances qu’on place sur lui. Néanmoins, il est très attachant. Je ne saurais dire si c’est l’ensemble de ses défauts et son charisme qui ressort des pages, qui ont fait que le charme a opéré avec moi. Les différences entre Rin et son frère apportent une relation riche en surprise, en complicité et complexité. Rien n’est simple entre eux, mais pourtant ils prennent le temps d’essayer de se comprendre, tout en entretenant une certaine rivalité. Malgré des personnages ancrés dans le shonen pure jus, KATO arrive à apporter de petites touches aux personnalités de chacun. Elle joue aussi beaucoup sur l’introspection du héros qu’il arrive à pratiquer entre deux mises en avant se des pouvoirs. Le premier tome est à la fois une bonne introduction et une mise en action efficace. Au fil des chapitres on découvre la diversité des entités démoniaques possédant la population, le travail des exorcistes, etc. Le tome 2 continue de développer l’univers, tout en incluant de nouveaux personnages. On sent qu’ils ne sont pas là pour rester dans le fond, et que très vite ils vont venir se fixer au premier plan. De petits retournements de situations viennent bousculer le scénario, ne le laissant pas ainsi retomber l’enthousiasme que l’on éprouve. Le troisième tome est du même acabit, avec un dynamisme qui ne s’estompe pas, et qui rend la lecture vraiment prenante. Rien n’est fait dans l’exagération, la trame se tient bien et on en redemande. Les enjeux montent en puissance à partir d’ici, et on sent que le « game » va changer très bientôt…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le dessin de Kazue KATO est très plaisant. Le trait est vif, énergique et offre un design varié dans ces personnages. Le détail apporté à l’apparence de chacun est convaincant, tout en suivant les codes du shonen. On appréciera les changements de garde-robe qui font que les personnages ne passent pas 6 mois portant les mêmes vêtements. La mise en page de l’action est dynamique, l’accent mis sur les expression est de toute beauté. Le décor est travaillé et présent en très bonne quantité. L’édition de Kazé bénéficie d’une traduction de qualité par Sylvain Chollet

En conclusion, Blue Exorcist a été une surprise de taille dès le premier tome. Loin des clichés auxquels je m’attendais, Kazue KATO a su me surprendre avec des personnages au capital sympathie énorme. Action, humour,… une lecture qui ravira très certainement les fans d’Harry Potter et autres amateurs de magie et démons. Mais si, comme moi, Harry et Poudlard n’ont jamais réussi à vous charmer, lancez-vous dans Blue Exorcist, vous ne le regretterez pas. En tout cas, mois je suis conquise.

17/20

Ce diaporama nécessite JavaScript.

5 réflexions sur “Critique manga #180 – Blue Exorcist tome 1, 2 et 3

  1. J’avais acheté le coffret des trois premiers tomes quand c’était sorti mais j’avais pas accroché plus que ça.
    La qualité est là, mais je crois que j’ai de plus en plus de mal avec les shonen 😕

    J'aime

    • Comme je n’en ai pas lu des dizaines… jamais lu OP, Naruto et Fairy Tail par exemple (le T1 de ce dernier m’ait tombé des mains ^^’).. donc je suis moins « exigeante » je pense. Puis j’en attendais tellement rien, je pensais meme détester. XD

      Aimé par 1 personne

  2. Je me souviens avoir vu l’anime (il y a un petit bout de temps déjà), et j’avais bien accroché ! Alors qu’en plus à l’origine je suis pas fanne d’anime. Mais l’histoire et les personnages sont vraiment sympathiques 🙂

    J'aime

  3. J’ai lu la saga il y a longtemps et je rejoins assez ton ressenti.^^ La saga est dans ma médiathèque et captive toujours les nouvelles générations de lecteurs. Preuve que c’est vraiment chouette.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s