Critique manga #181 – Moriarty tome 2, Psycho Pass Saison 2 tome 1, Dark Grimoire tome 3

Copie de titre manga.png

Aujourd’hui je vous propose de retourner dans les rues de Londres pour faire la connaissance de Sherlock Holmes dans le tome 2 de Moriarty, qui va aussi nous emmener faire une petite croisière. Ensuite, nous allons évoquer la saison 2 de Psycho-Pass, adapté de la série d’animation, qui se tiendra en 5 tomes. L’inspecteur Akane Tsunemori reprend du service alors que les événements de la saison précédente sont encore trop frais dans sa mémoire. Et finissons avec un peu de magie, mais la sombre qui ne fait pas du bien, celle de Dark Grimoire. Après avoir bravé l’interdit, Atli et Leon se lancent dans une course contre la montre, dont dépend la survie de Leon. 

kanadargaudsuisse


Résultat de recherche d'images pour "MORIARTY TOME 2"Disponible aux éditions Kana dans la collection Dark Kana au prix de 6.85€ | Amazon |Également disponible en numérique sur izneoLIRE MON AVIS SUR LE TOME 1 | LIRE LE PREMIER CHAPITRE

Après un premier tome servant de “mise en appétit”, les attentes concernant la suite de Moriarty étaient assez imposantes, voire exigeantes. Si certains n’ont pas adhéré à la narration d’un chapitre = une enquête, ce tome 2 revient sur une linéarité plus classique. En effet, dès le début nous apprenons qu’un sévère trafic d’opium secoue la capitale britannique, laissant le lieutenant-colonel Albert Moriarty plaider sa cause auprès des autorités de son infanterie. Frustré par le manque d’écoute, il apprend qu’une section secrète serait sur le point de voir le jour… William James Moriarty, servant de pilier au manga, décide de faire en sorte de réussir à infiltrer l’organisation. Ainsi, il pourrait mener des missions contre le crime/les nobles sans que le gouvernement ne vienne lui demander des comptes. Le premier chapitre nous présente les informations concernant la création de ce nouveau service secret, tout en résolvant la question du trafic d’opium. Dans sa narration, cela est parfois un peu confus tant on passe du coq à l’âne. Toutefois, on peut encore une fois découvrir tout le génie de William, de l’admirer mais aussi d’avoir un peu peur de lui… En effet, plus on avance dans l’histoire plus on se rend compte que la frontière entre le bien et le mal devient de plus en plus floue le concernant. C’est ce que vient nous prouver la seconde partie du tome, divisée en trois chapitres. On se retrouve lors d’une croisière, au milieu des nobles et des plus “pauvres”, dressant encore la différence de classe dans la société anglaise de l’époque. Le contraste fonctionne, et les nobles n’occupent pas encore une place de personnes bienveillantes… la famille Moriarty serait-elle la seule à avoir du bon ? Osons espérer que non.

YUKOKU NO MORIARTY © 2016 by Ryosuke Takeuchi, Hikaru Miyoshi/SHUEISHA Inc

Comme l’annonce la couverture de ce tome 2, nous avons la première apparition de Sherlock Holmes, le détective que l’on ne présente vraiment plus. La rencontre entre lui, le lecteur et le reste des personnages est bien amenée. On constate très vite que son intellect est aussi brillant que celui de Moriarty, voir presque aussi dangereux. Ce qu’il y a de malin dans le scénario de Ryosuke TAKEUCHI est qu’au final Sherlock n’est pas un saint… loin de là. L’ambiance britannique et noble, donne un savoureux mélange où on sent que Sherlock et Moriarty avancent sur une corde bien fine. On fera aussi la connaissance de deux autres personnages chers à l’univers de Conan Doyle, lecteur puriste ou non, la personnalité de chacun offre une belle diversité. Au niveau du dessin de Hikaru MIYOSHI, il n’y a rien à redire. Si vous l’aviez aimé dans le manga Psycho-Pass sur Akane Tsunemori, alors vous serez toujours aussi sous le charme de son trait fin et longiligne. Les visages expriment une galerie d’émotions ne nécessitant pas de mots. Le décor de Londres est toujours aussi riche en détails. On appréciera aussi les petites “blagues” entre les chapitres, qui voient Louis, le jeune frère de William, se plaindre de ne pas être un personnage plus présent dans l’histoire. En conclusion, ce tome 2 nous embarque doucement mais sûrement dans ce qui va être le noyau central du manga, c’est-à-dire les confrontations multiples entre Sherlock et Moriarty, dont l’ambition de ce dernier devient de plus en plus dangereuse. La tension et le mystère nous font passer un bon moment de lecture, et on croise les droits pour que cela continue.

17/20

 

Disponible aux éditions Kana dans la collection Dark Kana au prix de 7.45 € | Amazon |  LIRE MON AVIS SUR LA SAISON 1

Psycho-Pass est avant tout un anime avant d’être un manga. Pour ceux qui n’apprécient pas les animes, il existe une version manga de la première saison de la série intitulée Psycho-Pass – Inspecteur Akane Tsunemori en 6 tomes aux éditions Kana.  La saison 2 a été diffusée à l’automne 2014, et est disponible sur ADN. La version manga est donc, une nouvelle fois, son adaptation. Si pour la saison 1 j’avais regardé la série avant de lire le manga, ici ce n’est pas le cas. Je pars donc avec un avis complètement vierge concernant cette nouvelle saison. L’histoire se déroule quelques mois après la fin de la première saison, et on retrouve Akane Tsunemori en charge d’une nouvelle équipe. Ici, pas de Kogami et autres personnages emblématiques. Dans ce Tokyo futuriste il existe le système Sybil qui régit les lois, avec un programme appelé “Psycho Pass” qui analyse la “psyché” et les “émotions” des individus pour prévenir d’un éventuel acte criminel qui impacterait la société. Cette adaptation reprend les codes de la série avec de nouveaux personnages et de nouvelles intrigues. La menace principale se fait vite sentir et porte les mystérieuses initiales WC (oui oui). Dans ce premier tome, la narration est plus rapide, bourrée d’action, et l’introduction de nouveaux inspecteurs et exécuteurs (chargé d’éliminer les menaces – comme des chiens de chasse). La première est Mika Shimotsuki, ayant perdu une amie alors qu’elle n’était encore qu’une simple civile. C’est après cette perte qu’elle a voulue se former pour intégrer la Section Criminelle. Pour ceux ayant lu/vu la première saison, on remarque les parallèles entre elle et Akane, quand cette dernière était une nouvelle recrue. La différence entre les personnalités est aussi de taille. Akane était déterminée mais plus discrète, alors que Mika est plus un feu follet qui veut absolument éliminer les menaces sans analyser la situation.

© Saru Hashino 2015 © PSYCHO-PASS Comittee

Du coup son impulsivité la rend très vite agaçante. On en vient même à plaindre Akane de devoir lui apprendre le métier. La présentation de trop de personnages à la fois affecte quelque peu la lecture, renforçant un sentiment de rapidité et de confusion. Le mystère autour des initiales WC et ses intentions sauve la mise, et on se demande si l’ennemi aurait un lien avec l’ancienne équipe de la saison 1. En tout cas, la fin du tome donne envie de poursuivre, en espérant que les personnages arrivent à se distinguer un peu plus, car pour le moment seul Akane sauve le jeu. Le dessin est assuré par Saru HASHINO, et non plus par Hikaru MYIOSHI (Moriarty), et cela se ressent par moment. Le trait est proche, le design aussi, mais on sent une vision un peu plus personnelle concernant les visages quand on les regarde sous certains angles. Dans l’ensemble c’est dynamique et cohérent avec la première saison. On apprécie le petit poster dépliable en ouverture de tome. La traduction de Yukio Reuter est sans défaut. En conclusion, cette deuxième saison démarre assez bien, et si on avait aimé la première saison de Psycho-Pass, la nouvelle intrigue devrait nous faire passer un bon moment. On espère simplement que les nouvelles recrues vont vite se démarquer, pour que Akane ne soit pas la seule à mener la danse.15 sur 20

 

Couverture Dark grimoire tome 3Disponible aux éditions Kana dans la collection Dark Kana au prix de 7.45 € | AmazonLIRE MON AVIS SUR LES TOMES 1 ET 2 | LIRE UN EXTRAIT

Pour moi, Dark Grimoire s’est un peu le team-up improbable entre Harry Potter et Draco Malfoy. Les deux personnages partent du statut de rivaux pour arriver à celui d’amis, et en à peine deux tomes c’était totalement cohérent. L’alchimie entre eux était même le ciment du récit. Autour il y a la « bonne » magie et la magie « interdite ». C’est avec un grimoire de magie interdite que Atli avait ramené Leon à la vie. Mais la résurrection de ce dernier n’est pas sans conséquence, puisque depuis, Leon ressent la magie interdite, et voit sa santé dépérir. Pour le sauver, il va falloir élucider le mystère du grimoire avant qu’il ne soit trop tard, et ne pas se faire prendre. Parce que, celui qui est surpris en train d’utiliser la magie interdite sera condamné à mort. Dans ce tome 3, l’intrigue continue de s’assombrir à tel point que l’on commence réellement à avoir peur pour Leon. Si la complicité de Leon et Atli était ce qui faisait le ciment du récit, dans ce tome 3 on constate qu’ils ont très peu de scènes ensemble. Pourtant les quelques moments échangés prouvent à quel point ils tiennent l’un à l’autre. Les révélations, parfois tragiques, nous en apprennent plus sur le passé des professeurs de l’école qui étaient d’anciens élèves. Le Professeur Englan ayant précédemment découvert le secret de nos deux amis, leur prête main-forte tout en dissimulant bien des choses. En tout cas cela se sent, et le lecteur s’en méfie. Pourquoi veut-il aider ses élèves alors qu’il était celui qui annonçait la couleur pour ceux ayant bravé l’interdit ?

GARDEN OF GRIMOIRE © 2016 Sakurana Haru/Kodansha Ltd.

Au vu de la qualité du scénario de l’intrigue principale et de ses sous-intrigues, on est en droit de se demander comment Haru SAKURANA va réussir à conclure son histoire en un seul tome… Oui quatre tomes seulement, de nombreuses questions avec néanmoins quelques réponses déjà données. Surtout qu’un personnage inédit vient se greffer en seconde partie de tome, et qu’on est bien intrigué par sa présence. Que veut-il à Léon ? Pourquoi s’en prendre à l’école ? Je vous le dis, beaucoup de questions… Le trait de SAKURANA est toujours aussi agréable. Le charadesign est plein de charme, la personnalité de chacun est bien mise en avant, et les séquences d’action sont hautement efficaces. En conclusion, ce tome 3 de Dark Grimoire apporte des éléments de réponse tout en posant d’autres questions. L’intrigue ne laisse pas de temps mort à nos deux héros, qui sont toujours aussi charismatiques et attachants. Avec encore un seul tome, on espère que la mangaka arrivera à conclure son récit avec une fin digne de la lecture des trois premiers tomes. On croise les doigts !

 

 

 

6 réflexions sur “Critique manga #181 – Moriarty tome 2, Psycho Pass Saison 2 tome 1, Dark Grimoire tome 3

  1. Perso j’avais bien aimé la saison 2 de Psycho Pass en animé mais c’était assez différent de la 1. Par contre j’ai beau tenter je n’accroche pas à ce manga en papier il manque quelque chose :/

    J'aime

    • Je te comprends… perso j’ai pas vu la saison 2 donc j’y vais les yeux fermés et sans attentes. On verra. Après je pense que si tu as connu Psycho-Pass en anime c’est difficile de retrouver la même ambiance dans le manga. J’ai tout de même eu du mal avec la 3D par moment.

      Aimé par 1 personne

      • Oui je n’arrive définitivement pas à passer de l’un à l’autre :/ Ah bon pour la 3D? Je ne sais pas je le trouvais bien réalisé ça m’avait pas choqué ! Au final la 3D donnait une esthétique particulière.

        J'aime

  2. Concernant Moriarty, j’ai beaucoup adhéré à ce deuxième tome 🙂 J’aime bien le Sherlock Holmes qui nous est présenté, avec son coté enfantin, finalement assez original dans une oeuvre sérieuse autour du personnage (qui pour le coup n’a jamais été un saint, ce n’est pas une particularité à ce manga. C’était présent dès Conan Doyle, et j’aurai du mal avec un Holmes trop lisse justement !)…Ses relations avec les Moriarty peuvent être très intéressantes, si le scénario continue à souligner ce qui les rapproche.
    La Madame Hudson m’a fait penser à un mélange entre celle de « Sherlock » et celle de la série de Miyazaki (amusant d’ailleurs de constater que le Japon semble beaucoup aimer les Mme Hudson très maternelles, celle de la série « Miss Sherlock » semble l’être tout autant^^). Watson est un peu en retrait pour le moment, faut voir si ça change…C’est possible qu’il reste assez secondaire, les personnages principaux restant les Moriarty, dans l’idée.
    La grosse question que je me pose, c’est comment va être géré, par la suite, le suspense : puisque le manga semble évoluer vers une double narration, qui suivrait en même temps Moriarty qui commet ses crimes, et Holmes qui enquête dessus. Il va falloir une certaine finesse pour gérer le suspense dans ces conditions, pour que les enquêtes restent intéressantes malgré la connaissance qu’on aura probablement d’au moins une partie de leur solution. Narrativement, ça pourrait vite se révéler plus complexe que ce que laissait présager le tome un.
    Bref, c’était mon avis très subjectif de petit Holmésien débutant, qui se réjouit à l’idée de voir Sherlock enquêter encore et encore.^^

    Aimé par 1 personne

    • Hello!Merci pour ton commentaire et on avis, ça fait plaisir de te lire ^^ Oui, j’aime beaucoup le côté enfant de Sherlock, et comme toi je me demande comment les auteurs vont jongler pour qu’il ne vole pas la vedette à Moriarty. Mais en l’occurrence je trouve les deux assez similaires sur pas mal de point. Si Sherlock résout des enquêtes, ont voit bien qu’il ne se gêne pas pour manipuler les autres pour avoir ce qu’il veut : Watson qui devient son colocataire.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s