Critique #151 – Invincible de Stuart Reardon & Jane Harvey-Berrick

TITRE PAGE
La romance est un genre littéraire très souvent mal perçu. Parmi les clichés et les faux-semblants, il arrive qu’une lecture vous surprenne pour diverses raisons. Cela peut parfois venir du style de l’écriture de l’auteur, du contexte de l’histoire, des personnages et que sais-je encore d’autres. Invincible est un condensé de toutes ses raisons. Écrit à quatre mains, et plus précisément par un homme et une femme, le mélange est surprenant à bien des niveaux. Sensible, mature, dynamique et se déroulant dans le milieu du rugby professionnel, Invincible est une romance moderne et profonde. Êtes-vous partant pour rejoindre la mêlé, vous aussi ?

 

Disponibles aux éditions Hugo Roman dans la collection New Romance au prix de 17€ ou sur Amazon.
Également disponible au format numérique. 

MERIC AU LIVRE DE POCHE POUR (4)

Merci à Célia des éditions Hugo Roman pour cette découverte


Stuart Reardon est un ancien joueur professionnel international de Rugby anglais, qui après 16 ans s’est reconverti dans l’écriture et le mannequinat. Il est également coach personnel de fitness. Pour Invincible (Undefeated en VO) il collabore avec Jane Harvey-Berrick, auteure américaine ayant déjà plusieurs romans à son actif : Behind the Wall, Le Rythme, Coeur itinérant, ou encore sa première collaboration avec Reardon, Model Boyfriend.

Invincible est l’histoire de Nick Renshaw, joueur très prometteur du rugby britannique qui s’apprête à rejoindre une équipe de première division. Malheureusement, le jour de son dernier match dans son équipe de cœur, Nick se blesse grièvement compromettant ainsi sa carrière de joueur. Du côté de sa vie sentimentale, les choses ne sont pas au beau fixe avec sa copine Molly. Mais la venue du Dr. Anna Scott dans sa vie va être une bouffée d’air frais. Cette jeune femme récemment arrivée au Royaume-Uni, est une médecin du sport qui va tenter de venir en aide à Nick. Mais quand le passé et les secrets resurgissent, le cœur de chacun se retrouve exposée en ligne de front.

Cette lecture a été une petite surprise inattendue. Je m’explique. D’abord il y a le fait que le personnage de Nick soit inspiré de la vie de Stuart Reardon, ayant aussi connu une terrible blessure qui mit fin à sa carrière. De ce fait, la personnalité du personnage en est approfondie au point qu’on a envie de connaître ce Nick dans la vraie vie. Si ce sportif de haut niveau possède une virilité que l’on ne met pas en doute durant la lecture, on découvre aussi sa sensibilité, sa maturité, ses faiblesses et ses rêves. Pour Nick le rugby est une partie de sa vie qu’il ne peut se résoudre à abandonner. Alors l’incertitude de pouvoir rejouer comme avant, les doutes et les peurs l’envahissent. Arrive Anna Scott, une femme pleine de sagesse d’esprit et de cœur, qui bien entendu ne sera pas insensible au charme de Nick. Pourtant en véritable professionnelle qu’elle est, elle sera avant tout une oreille attentive et une voix guidant le Nick perdu sur le chemin de la guérison. Ce point ne concerne pas uniquement la santé physique de Nick, mais également son psychisme et sa vision de lui-même.

L’alchimie entre les deux fonctionne extrêmement bien, et on apprécie leur complicité. Les secrets et les zones obscures du passé de chacun est ce qui viendra faire de l’ombre à la possibilité qu’ils finissent ensemble. Il y a aussi Molly, une femme bien froide et qui semble n’être intéressée que par Nick pour tout ce qu’il représente aux yeux des autres. On a l’impression qu’elle ne le voit pas autrement que par ce joueur de rugby dont le futur tout tracé est orné de richesse et de brillance. Ne voit-elle pas l’homme en dessous ? Celui qui doute et qui a peur ? Il y aussi le côté sportif du rugby que l’on se doit d’aborder. À la lecture les informations distillées par l’expérience de Stuart Reardon apportent énormément et contribuent à l’immersion totale durant la lecture. Les explications sur les rôles de chacun des joueurs ne sont pas pompeuses et donnent vraiment envie de voir un match. Tout autour de cet univers il y a aussi l’oeil du public et des médias. On aborde les attentes de chacun des grands bonnets des clubs, levant ainsi un peu le voile sur la pression que cela peut représenter pour les joueurs et leurs proches.

Ses pas résonnent dans la maison déserte lorsqu’il arpente le salon et la cuisine pour regarder le petit jardin de derrière dont il n’a pas encore eu l’occasion de s’occuper. C’est trop vide, il ne peut pas supporter tant de silence alors que les voix dans sa tête menacent de l’assourdir. Il sort son téléphone de sa poche, son premier instinct est d’appeler Anna. Il a besoin de sa tranquille assurance, mais il hésite. 

La construction narrative est moderne et bien menée. Je ne sais pas à quel degrés chacun des deux auteurs s’est impliqué, ni comment ils se sont débrouillés pour écrire leur histoire, mais l’osmose est parfaite. Le récit se déroule à des temporalités différentes, ce qui au début peut déstabiliser au niveau de la compréhension. Toutefois, le ressenti durant la lecture n’est pas affecté. On est happé par l’histoire pleines de rebondissements qu’on le veuille ou non. L’univers viril du rugby nous apparaît plus accessible, la persévérance des joueurs est admirables tout comme les sacrifices qu’ils doivent faire pour leur passion. Parce que oui, jouer au rugby s’est avant tout par passion. On ne peut pas accepter d’infliger de tels coups et blessures à son corps juste pour un chèque et la popularité. La romance prend aussi son temps à s’installer, même si l’attirance entre Nick et Anna est instantanée. L’évolution semble naturelle et on prend le temps de s’attacher à eux deux. Néanmoins, j’ai trouvé quelques petites longueurs vers le milieu du bouquin, sans que je me l’explique. Mais est-ce que cela gâche la bonne impression que m’a fait ce roman ? Non, pas du tout. Surtout quand on voit la direction que prend le roman par la suite… 

En conclusion, Invincible est une romance contemporaine pas forcément comme on pourrait s’y attendre. Les personnages sont écrits dans le respect, les faiblesses et les points sombres de chacun nourrissent la psyché de Nick et Anna. Le contexte du rugby apporte cette touche de fraîcheur bienvenue dans l’univers de la romance qui peut parfois tourner en rond quand on regarde tout ce qui est sorti à ce jour. Les plumes de Stuart Reardon et Jane Harvey-Berrick s’accordent parfaitement pour nous offrir un récit immersif à fleur de peau bien loin des clichés.

17/20

infos roman

7 réflexions sur “Critique #151 – Invincible de Stuart Reardon & Jane Harvey-Berrick

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s