Critique manga #195 – Kingdom tome 5 et 6

Copie de titre manga.png
Kingdom est une épopée qui ne nous laisse pas le temps de souffler, et on est bien contente de rester en apnée. Les tomes 5 et 6 prouvent encore une fois à quel point son mangaka Yasuhisa HARA maîtrise son récit inspiré de faits réels de l’histoire de Chine. Personnages très attachants et talentueux en biens des aspects, Kingdom est sans aucun doute une des meilleures sorties manga de l’année 2018 !

 

Acheter les tomes de Kingdom sur le site des éditions Meian via Anime-Store ou sur Amazon

 

LIRE MON AVIS SUR LES TOMES PRÉCÉDENTSINFOS SUR L’ABONNEMENT KINGDOM


Le combat auquel nous avions pu assister dans le tome précédent prend fin dans les premières pages du tome 5. Souvenez-vous, cet arc opposait le frère d’Ei Sei et ce dernier dans une lutte pour reprendre le trône du Roi, leur père. Le reste du tome voit Shin s’investir dans sa première campagne contre l’État de Wei, voisin de celui de Qin. Notre valeureux héros va retrouver d’anciens hommes de son village avec qui il devra faire équipe pour assurer le bon déroulement de la reconquête de la Chine par Ei Sei. La dynamique instaurée par le mangaka évolue de manière efficace, avec une montée en puissante au fur et à mesure de notre avancée dans la lecture. Chaque chapitre nous réserve son petit lot de rebondissements passant aussi bien par l’ingéniosité de Shin sur le terrain, que par la violence qu’est le champ de bataille. Chaque nouveau personnage possède sa force et malgré certains bourrus, on arrive à sympathiser avec eux, voir à s’attacher. Le contexte géopolitique est important, vu que Yasuisa HARA s’inspire de l’histoire de Chine pour écrire sa fiction. Il faut donc être très attentif, et même si certains petits (vraiment petits) détails nous échappent, nous sommes totalement captivés par le récit. Les scènes de combat lèvent le voile sur ce que pouvait être une guerre à cette époque, voire même encore aujourd’hui. Au fond, les principales différences tiennent sur les armes utilisées au 21ème siècle et en 266 avant J-C. Les têtes volent, les corps sont mutilés et les esprits marqués.

Si le tome 5 se révélait déjà efficace et fantastique dans son déroulement, le sixième tome de Kingdom réunit toutes les qualités d’un excellent seinen historique de guerre. Les personnages sont poussés dans leurs retranchements, avec Shin montrant déjà son côté de leader de troupe. Il prouve ainsi qu’il fera un parfait général de Qin, mais nous n’en sommes pas encore là. Le chemin pour toucher à son but sera long et extrêmement périlleux, mais il pourra compter sur la fidélité du lectorat. Sa présence sur le champ de bataille est portée par son charisme et sa fougue au combat. Le mangaka écrit son personnage avec ambition et un amour tel que l’on ne peut que rester pantois devant tant de brillance. Alors, non les exploits de Shin ne sont pas invraisemblables, loin de là, puisque HARA lui insuffle des faiblesses encore physique. Là où son personnage se démarque s’est avant tout par son côté stratège et réfléchit, avec bien entendu l’aide précieuse de ses compagnons. D’ailleurs, l’un d’eux Kyoukai (celui posant sur la couverture de ce tome) est celui qui nous intrigue le plus et qui saura se montrer drôlement perspicace. Nul doute que l’on en apprendra plus sur lui au fil des tomes. L’atmosphère imposée par les combats est angoissante au point que l’on se demande comment est-ce que nos héros vont pouvoir s’en sortir. Ok, Shin s’en sortira toujours, mais cela ne nous empêche pas d’avoir peur pour lui… La tension que dégagent les planches de HARA est palpable et nous happe sans la moindre excuse.

Le dessin de Yasuhisa HARA reste de grande qualité, malgré une ou deux maladresses dans certains traits physiques. En dehors de cela, les personnages sont facilement identifiables même si on ne retient pas forcément chacun d’eux. En tout cas, les principaux protagonistes nous sont à présent familiers et imposant de par leur aura. Le trait est dur et marqué par un noir intense, tandis que la fluidité des mouvements est fait avec force et grâce à la fois. C’est assez déconcertant de voir à quel point le mangaka réussit à donner de la personnalité à chacune de ses actions. En bonus, nous avons le droit à un court chapitre sur le personnage de Ten, “le petit bonhomme des montagnes” nous narrant une partie de son passé et un mystère qui l’entoure… Le travail des éditions Meian est toujours aussi excellent, les équipes prouvant à chaque fois leurs sérieux et respect envers cette œuvre populaire de l’univers manga.

En conclusion, encore un coup de cœur pour ces deux nouveaux tomes. Kngdom passionne du début à la fin, et ne nous laisse aucun moment de répit. La narration est brillante et offre une osmose parfaite entre le côté historique, la fiction et le dessin de Yasuhisa HARA. Un deuxième arc qui débute sous les meilleurs auspices et qui nous promet encore de très belles choses !

Sans titre 3

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Une réflexion sur “Critique manga #195 – Kingdom tome 5 et 6

  1. Quel superbe travail éditorial de Meian !
    Merci pour la critique de la suite des tomes à chaque fois, ça permet de voir la série sur le long terme. J’aime 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s