Critique #154 – Bad Romance tome 1 de Céline Mancellon, Infinite Love, tome 1 : Nos Infinis Chaos de Alfreda Enwy

TITRE PAGE.png

Amour, gloire et beauté…. non, amour tout simplement. La gloire n’a pas sa place dans les deux romances New Adult dont je vais vous parler. Pourtant, dans un certain sens les personnages se doivent de lutter contre un passé douloureux à divers niveaux, qui malheureusement trouvent échos dans la vie de personnes que l’on peut connaitre dans la réalité. LA gloire personnelle peut donc s’y appliquer, pas vrai ? Céline Mancellon reprend les codes du genre « bad romance » avec des personnages sympathiques et bien différent des uns et des autres. De son côté, Alfreda Enwy n’est pas des plus tendres avec ses héros, et y glisse un je-ne-sais-quoi d’attirant et chaotique. Au final, deux romans qui se lisent avec envie, mais nous laissent-ils un goût délicieux en bouche ? Découvrons-le ensemble…

 


Disponible aux éditions Milady dans la collection New Adult au prix de 6.90€ ou en numérique | Également disponible sur AmazonÉcouter un extrait du livre audio en cliquant ici

Bad Romance est le premier roman d’une trilogie écrite par Cecile Mancellon paru initialement en grand format en 2016, avant d’avoir le droit à son format poche en cette fin d’année. Dans cette histoire nous faisons la connaissance de Christopher et Kate, qui eux se sont rencontrés lors d’un léger incident. Après avoir forcé sur la boisson, Chris se trompe de tente et entre dans celle de Kate. Cette dernière n’a rien en commun avec Chris et son mode de vie de “bad boy”, elle déteste ça même. Mais elle ne peut réduire au silence cette attirance qu’elle ressent pour lui, tout comme lui, qui franchement ne fait pas dans la “jeune femme innocente”. Si les ingrédients de base du récit “classique” new adult sont présents, l’auteure a réussi à donner une vraie personnalité à ses personnages, ce qui fait que l’on peut facilement passer outre ce sentiment de déjà-vu. Il y a Chris qui est un mâle de tête qui adore contrôler et qui a tendance à aimer la bagarre. Mais sous cette carapace, se trouve aussi de la tendresse, comme on pourra le voir au fil des chapitres. Kate est une cérébrale, sans être dans la caricature redondante de “fille sage”. Le passé de chacun est exploité de la meilleure façon possible, même si j’aurais aimé que certaines petites choses soient abordées plus longuement. Mais dans l’ensemble cela se tient vraiment très bien, alors ne chipotons pas.  La relation entre les deux commence, comme vous vous en doutez, dans la mésentente totale pour finalement trouver une complicité réelle et plausible. Céline Mancellon prend son temps pour nous offrir une romance attachante et agréable à la lecture. Toutefois, j’ai trouvé que son personnage féminin fort finissait par un peu trop se radoucir quand elle se rend compte des sentiments qu’elle éprouve pour Chris. Face à elle, il est celui dont l’évolution est la mieux exécutée, puisqu’il arrive à de nombreux moments à aller contre sa nature de “mâle alpha” pour préserver leur amour. Néanmoins, je ne peux pas nier le fait que le passif de Kate m’a touché, avec la mort de sa mère et le fait qu’elle soit responsable de sa petite sœur, notamment. L’humour est aussi présent dans le roman, notamment avec le personnage secondaire de Jo, le meilleur ami de Chris, mais aussi dans les dialogues. Je n’ai trouvé aucun reproche au style d’écriture qui s’avère fluide, rythmé et bien dosé. En conclusion, ce tome 1 de Bad Romance a été une très bonne lecture sans prise de tête avec des personnages séduisants et bien écrits. Si vous cherchez une romance, première ou non, cette trilogie semble être indiquée pour vous.

Il y a ceux qui jouent les durs rebelles pour se donner un genre, et il y a les autres, ceux qui vivent et respirent dans le sang. Cette dernière catégorie…ils sont comme les gros prédateurs, si vous avez le malheur de leur dévoiler votre peur, ils vous sautent à la gorge, laissant « pitié » au rayon des surgelés pour vous présenter en tant que menu du jour.

hjzgg

 

Disponible aux éditions Milady dans la collection New Adult au prix de 6.90€ ou sur Amazon | Également disponible en format numérique | Ce premier tome contient 2 nouvelles (Nos infinis moments et Nos infinis plus loin)

Nos Infinis Chaos est le tome 1 de la saga Infinite Love par la française Alfreda Enwy (Breaking My Heart, Love deal, Les Chroniques de Neliel). Après une sortie en grand format en 2017, c’est en octobre dernier que la série a commencé à se décliner en poche. Adolescence des plus compliquée et vraiment traumatisante, Dylan a depuis pris la décision que les hommes et elle c’était du passé. Angoissée et manquant de confiance en elle et en les autres, elle s’est peu à peu refermer en laissant sa haine prendre une trop grande place dans son cœur et dans son quotidien. Heureusement son rêve d’ouvrir une boutique de fleurs est ce qui la maintien la tête hors de l’eau. En entamant sa nouvelle vie à San Francisco, elle ne pensait pas qu’elle croiserait sur sa route un petit garçon de 4 ans et de son père, Nate. Le destin est une chose contre laquelle on ne peut pas luter, n’est-ce pas ? Parlons d’abord des protagonistes qui sont psychologiquement très intéressants à suivre, que ce soit dans le passé à travers les cauchemars récurrents de Dylan ou dans le présent. Nate est un homme solitaire qui se dévoue le plus possible à son fils, Kyle, tout en essayant de se reconstruire. Parce que oui, l’auteure n’a pas été des plus tendre avec lui et lui a fait vivre des choses vraiment dures. La relation père-fils nous fait fondre dès le premier instant, et on ne peut que tomber en adoration devant Nate. Mais, pourquoi donc s’est-il retrouvé père célibataire, et à seulement 24 ans qui plus est ? Kyle est un petit garçon intelligent, jovial et perspicace malgré le fait qu’il soit haut comme 4 pommes. De mon côté, si le plus souvent les enfants dans les romans ou films peuvent m’exaspérer – pas à chaque fois – ici, j’ai trouvé que Alfreda Enwy avait réussi à l’écrire correctement sans tomber dans l’invraisemblable. Et Dylan dans tout ça me demanderez-vous ? Eh bien, elle est l’exemple même de femme que j’apprécie de lire dans un roman, que ce soit dans la romance ou dans un autre genre. Elle se montre combative dans l’adversité, à s’accepter et à lutter contre ses démons. Je l’ai trouvé admirable, et la relation qu’elle nouera avec Nate et Kyle sera réellement le point de départ pour une paix intérieure. Et ce détail s’applique également à notre boxeur Nate. D’ailleurs si le thème de la boxe n’est pas nouveau dans la romance j’apprécie toujours autant de le retrouver. Par contre, à titre personnel, j’ai trouvé que le thème se perdait un peu au fur et à mesure, et c’est bien dommage parce que j’aurais aimé y vagabonder un peu plus. La plume de Alfreda Enwy est faite de douceur avec une pointe de brutalité. J’y ai aussi décelé de la pudeur, chose assez rare, mais qui apporte énormément à la lecture. En conclusion, ce premier tome de Infinite Love a réussi à me séduire et à m’émouvoir. Les mots et les personnages y sont pour beaucoup, mais aussi la passion et les liens entre Nate, Kyle et Dylan.

Vivre, c’est affronter ses peurs, ses douleurs, faire face au monde. Être vivant c’est avancer malgré les épreuves. Je n’ai jamais aimé les choses compliquées. J’aurais préféré que tout reste facile.

17/20

3 réflexions sur “Critique #154 – Bad Romance tome 1 de Céline Mancellon, Infinite Love, tome 1 : Nos Infinis Chaos de Alfreda Enwy

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s