Mes Meilleurs Romans de 2018

Copie de titre theme.png
L’année 2019 a débuté depuis presque un mois, mais je ne pouvais ne pas revenir sur meilleures lectures romans de 2018. Si toutes mes lectures m’ont apporté quelque chose, il y a des romans qui ont réussi à se distinguer pour certaines raisons. La plume de l’auteur, l’ambiance, les mots, les personnages, le ressenti durant la lecture…bref. Voici, sans ordre particulier, les romans qui m’ont provoqué mille et une choses et que je me dois de vous conseiller. 

 

Je tenais à vous remercier chers lecteurs. Sans vous ce blog ne serait rien. Sans vos commentaires et vos mots les choses ne seraient pas telles qu’elles sont. Merci aussi aux maisons d’éditions qui m’ont fait confiance et qui me soutiennent. Merci de votre patience, votre gentillesse et que l’année 2019 soit encore meilleure pour chacun d’entre nous !

Résultat de recherche d'images pour "gif thank you"


Disponible aux éditions Mazarine | LIRE MON AVIS COMPLET ICI

Qui je suis est un thriller de Mindy Mejia, où la mort brutale d’une lycéenne de 18 ans laisse une petite bourgade américaine lambda sous le choc. Hattie avait tous de la fille parfaite et rêvait de briller à Broadway. Parce que jouer un rôle était ce que la jeune fille savait faire le mieux. Tous le monde l’admirait, l’aimait, peut-être un peu trop ? L’intrigue alterne retour dans le passé – 4 mois avant le drame – et l’enquête sur son meurtre. Les personnages gravitant autour de Hattie sont bien étoffés et on doute très vite de chacun. Peter, le nouveau professeur du lycée, le beau garçon amoureux, etc. Dès le premier chapitre, Hattie nous happe dans son récit où les émotions sont palpables, alors même qu’elle tente de retrouver un semblant de contrôle.  Les chapitres où elle prend la parole sont comme si elle nous livrait son journal intime, mais vraiment intime… on y lit ses pensées, ses envies, ses idées… La personnalité d’Hattie est vraiment ce qui rend son parcours si entraînant, si humain et presque malsain à certains moments. Entre son innocence, ses manipulations et ses vérités, Hattie apparaît comme vous et moi : imparfaite. Et c’est ce qui fait que l’on s’attache à elle, même que l’on vit les choses avec elle ! La construction narrative du roman est maîtrisée de bout en bout. De son style fluide, efficace et rythmé, l’auteure ne nous laisse pas le temps de nous ennuyer. L’auteure prend  également le temps de faire des allusions à la grande littérature, en particulier au théâtre, ce qui apporte de la richesse au récit. La notion de “masques” que l’on porte dans notre quotidien est ce qui a de plus marquant ici, d’ailleurs l’esprit vif de Hattie et sa répartie provoques un savoureux mélange à la lecture.  Entre découverte de soi, de l’amour et de la vie, Qui je suis se pose comme un thriller subtil nous emmenant loin dans les méandres des désirs et tragédies de l’être humain.

Résultat de recherche d'images pour "png divider"

Disponible aux éditions Hugo Roman en GF et en poche | LIRE MON AVIS COMPLET ICI

Hollywood Dirt est un roman New Adult écrit par Alessandra Torre, également auteure de Black Lies en VF. L’intrigue se passe dans le sud des États-Unis, dans l’État de Géorgie, où la chaleur écrasante marque l’ambiance poreuse du roman. Summer Jenkins, est une paria parmi la population depuis un certain incident. Un jour, ce berceau de Coca-Cola voit arriver une équipe de tournage avec l’acteur n°1 d’Hollywood, Cole Masten. Marié depuis 5 ans à une femme qu’il aime. Depuis, il ne pense plus qu’à elle et à son “bébé” cinématographique où il tient également le premier rôle. Mais c’est bien connu, Hollywood est lui-même un film qui passionne par ses imprévus. Je ne vais pas y aller par quatre chemins, ce livre fût un énorme coup de cœur ! Voilà, je pourrais arrêter la chronique ici, en vous recommandant simplement d’aller le lire. Premièrement, l’histoire d’amour n’est pas vraiment comme les autres. Les personnages sont de véritables petits bijoux d’écriture malgré les clichés qu’on peut s’attendre à trouver chez eux. Que ce soit la personnalité des deux protagonistes principaux, ou des avocats, ou des assistants, nous avons le droit à une belle construction.  Très vite on s’attache à chacun d’eux. Summer est une femme au caractère affirmé, fière de ses racines du sud, drôle et passionnante à lire. Cole, au-delà du cliché, est un homme adorable, sensible et drôle. Il est conscient que son statut de star ne lui permet pas d’être réellement qui il est, au risque de se faire dévorer par les piranhas d’Hollywood. Dans ses notes, Alessandra Torre explique s’être inspirée de sa ville d’origine pour décrire Quincy et ses environs, et on le ressent très bien à la lecture. L’ambiance est caniculaire due à la météo, et les paysages sont décrits juste ce qu’il faut pour qu’on les visualise. Sa relation avec Summer est exactement le genre de relation que j’apprécie de lire. Rien n’est précipité, l’auteure prend son temps – ce qui pourrait en faire râler certains – mais qui à mes yeux est ce qui fait la force de ce duo. 

Résultat de recherche d'images pour "png divider"

Disponible aux éditions J’ai Lu | LIRE MON AVIS COMPLET ICI

Je suis une fille de l’hiver est l’un des rares romans qui a réussi à toucher une corde sensible en moi. Laurie Halse Anderson a su trouver les mots pour que le coup de cœur arrive très vite.  Lia et Cassie sont meilleures amies. Mais le temps et la vie ont eux raison de leur amitié, et le jour où Lia apprend la mort de Cassie, les souvenirs lui reviennent comme un coup de poing. Ravagée par la culpabilité de n’avoir rien pu faire pour l’aider, Cassie remonte le temps dans ses souvenirs pour nous livrer son récit, celui de son amie, et le leur. Deux adolescentes en proie à leur désire de contrôle sur leur apparence, combats contre les troubles alimentaires, seule Lia est restée mais la guérison est encore loin. Dans un premier temps, il est important de dire que ce récit traite d’un sujet très sérieux, à savoir celui de l’anorexie. Mot et maladie encore beaucoup trop tabou dans notre société, c’est une maladie grave et à ne pas prendre à la légère. Pourtant, le lecteur moins concerné peut très bien se lancer dans cette lecture, puisqu’il est simple de compatir au sort de l’adolescente maintenant âgé de 18 ans. C’est un récit tranchant et vif. Mais ce n’est pas pour autant que Je suis une fille de l’hiver est uniquement sombre. Non, il existe entre les mailles de ce désespoir une lueur d’espoir, et c’est à elle que Lia s’accroche. Son combat au jour le jour est difficile et parsemé d’embûches.  Le récit n’est pas un polar ou un thriller, mails il explore certaines traces de ce genre notamment avec la mort de Cassie. Suicide ? Mort naturelle ou non ? Si le sujet est si bien traité dans ce roman c’est grâce à la plume de Laurie Halse Anderson qui arrive à décrire sans tabou, et avec brio ce que l’on peut ressentir dans ce genre de cas. Poétique et réfléchie, les mots sont choisis avec minutie mais sans prétention. Du coup il est important de remercier le travail de traduction faite par Marie de Prémonville qui a sut s’imprégner au mieux du style de l’auteure pour ne pas dévier de l’oeuvre et du message d’origine. Je suis une fille de l’hiver est un roman brut, complexe, réaliste et qui n’est en rien écrit pour juger le malade. Ici, c’est plutôt la complexité et l’aspect psychologique qui sont mis en avant. C’est douloureux, poignant, et parfois difficile, mais comme dit plus haut l’espoir persiste et même l’humour est invité.

Résultat de recherche d'images pour "png divider"

Disponible aux éditions Le Livre de Poche | LIRE MON AVIS COMPLET

Hortense est un des derniers thriller écrits, à ce jour, par le français Jacques Expert, directeur des programmes de la radio RTL. La trame de l’histoire se passe à Paris. Sophie Delalande est une jeune mère célibataire qui élève sa petite fille Hortense, dont elle est follement amoureuse. Cet amour c’est un peu la planche de salut de cette femme, puisqu’il lui permet d’oublier les rapports difficiles qu’elle entretien avec le père d’Hortense, prénommé Sylvain. Lui, c’est un homme violent et manipulateur qui abandonna Sophie après l’annonce de sa grossesse. Mais un jour, l’homme revient dans sa vie et demande à voir Hortense, Sophie refuse catégoriquement, c’est alors que Sylvain fait irruption chez elle et lui enlève sa fille. Vingt-deux ans plus tard, Sophie a toujours l’espoir de retrouver sa fille. Un soir, une jeune femme blonde la bouscule dans la rue. Sophie en est sûre, c’est sa fille, Hortense. Elle décide alors de la suivre, de l’observer et de se lier d’amitié sans rien lui dire…  Le fil conducteur de l’histoire est efficace, haletant et il m’a été impossible de lâcher ce livre avant de connaître la fin. Je l’ai lu en à peine trois heures… enfin, dévoré plutôt, oui. En le lisant on sait tout de suite que dans le présent (2015) l’histoire se finit mal, mais on ignore pour qui. Sophie nous entraîne dans ses souvenirs, sa rencontre avec Sylvain, la naissance de sa fille, et bien entendu le soir de son enlèvement. En lisant Hortense on est frappé par l’amour inconditionnelle que Sophie porte à sa fille, voir mal à l’aise. Il est assez étrange de voir la petite fille de deux ans et demi à travers les yeux de sa mère… Il est difficile de dire si on éprouve de l’attachement envers cette mère en-proie au désespoir, parce qu’elle possède une personnalité très particulière. En près de 350 pages, son auteur va nous balader entre les points de vue de Sophie, Emmanuelle la supposée Hortense, et des extraits de dépositions faits par des membres de la famille, des voisins, des amis, des témoins, etc. Dans ce thriller psychologique on suit aussi le combat d’une mère pour la vérité, les aléas de la justice et de ceux qui exécutent les ordres, et bien plus encore. Il est extrêmement difficile d’élaborer plus sur ce livre sans donner des indices clés du récit. Et surtout que dire de cette fin ? Simplement que je ne l’ai pas vue venir.  Le fait que l’on ait l’impression d’avoir eu le cerveau retourné dans tous les sens est ce qui à mon sens qualifie ce livre d’un véritable thriller psychologique. Hortense est une lecture addictive et haletante dictée par le talent de son auteur Jacques Expert. Au fil des mots, des lignes et des pages, le doute sera votre seul ami laissant une grande place à l’angoisse jusqu’à flirter avec un certain mal être comme si une vous aviez avalé une encre. Et là où Expert brille est dans le fait qu’il n’a nul besoin de faire couler l’hémoglobine pour que son histoire nous frappe.

Résultat de recherche d'images pour "png divider"

Disponible aux éditions Milady | LIRE MON AVIS COMPLET ICI

You & I est un roman New Adult écrit pas la suissesse Cali Keys, que j’ai eu la chance de rencontrer lors de la sortie de son roman. Alyssa Grant, étudiante en climatologie à Montréal. Après la mort de son frère, la jeune femme décide de mener à bien le projet que son frère, son meilleur ami et elle avaient débuté il y quelques années. Passionnés par les phénomènes météorologiques, et plus particulièrement par les tornades, les trois jeunes gens ont mis au point un appareil capable de prévoir les tornades une heure avant qu’elles ne se forment, contre un quart d’heure actuellement. Afin de prouver son efficacité, Alyssa se lance sur la route de la Tornado Alley aux États-Unis. N’obtenant pas les fonds nécessaires à son voyage, Alyssa se retrouve dos au mur. Mais c’est là qu’arrive Ethan, étudiant en journalisme, qu’il lui propose de financer son voyage, en échange de pouvoir la suivre dans son périple. D’entrée de jeu, la narration de l’auteure nous apparaît fluide et naturelle, nous permettant ainsi de tout de suite accrocher à l’histoire. Le personnage d’Alyssa est une véritable force tout en possédant ses failles. Très vite, on s’attache à elle, et on a envie de la voir arriver à concrétiser son projet.  Vivant dans le souvenir, Alyssa ne semble pas percevoir que sous cette immense couche de douleur se trouve aussi l’espoir. Écrit à deux voix, le roman nous permet d’entrer dans la tête du personnage d’Ethan. Tout le long du récit, il ne manquera pas de nous toucher par ses mots et le courage qu’il insuffle à la jeune fille. Toutefois, il faut souligner qu’Alyssa n’est pas une demoiselle en détresse que le preux chevalier se doit de sauver. Le lien qui se tisse entre les deux jeunes gens est posé avec délicatesse et sincérité. L’auteure offre une belle maturité à ce récit déjà assez original de par son environnement. De ses mots, elle arrive à nous transporter dans ce “couloir” fait de milliers de kilomètres, nous ballottant de routes en routes. Les informations données par l’auteure s’avèrent aussi enrichissantes et intéressantes. En prenant des mots simples pour expliquer cet univers qui la fascine, Cali Keys nous communique son amour pour les tornades. Ce n’est ni prétentieux ni ennuyeux. Le rythme est également très bon, on oscille entre suspense et humour sans jamais tomber dans l’inutile. Si on ne m’avait pas dit que ce roman était écrit par une francophone, je ne l’aurais pas deviné. You & I possède, selon moi, tous les atouts du genre New Adult que l’on retrouve dans les publications anglophones. De sa personnalité et de sa passion pour ce métier inédit dans les romans, Cali Keys donne une dimension unique et savoureuse à son histoire.

Résultat de recherche d'images pour "png divider"

Disponible aux éditions Milady | LIRE MON AVIS COMPLET

Shanti Sekaran est l’auteure de ce récit hautement d’actualité, puisque Lucky Boy raconte le périple de Solimar Castro Valdez, 18 ans, embarquant dans un voyage du Mexique aux États-Unis. Confiante dans les paroles rassurantes de son cousin qui l’attend en Californie, Solimar arrive quelque jours plus tard. Mais quand elle découvre qu’elle est enceinte, les choses se compliquent. Sans papiers, ni aucune situation stable, Soli ne peut se résoudre à avorter. Elle garde l’enfant et trouvera en lui sa force pour avancer et en croire en un meilleur avenir. Malheureusement, elle finira par être arrêtée et incarcérée dans un centre de détention pour immigrés clandestins. Son fils est confié à Kavya, qui depuis des années tente d’avoir un enfant avec son mari. En lisant le résumé de Lucky Boy, je soupçonnais que la lecture allait être intense et pleine d’émotion. Mais je n’aurais pas cru qu’elle le serait à ce point. Ce bouquin a été un coup de cœur et un véritable ascenseur émotionnel. Tout de suite on sait que cet amour déchirant de deux mères envers un seul enfant va soulever en nous quelque chose de fort, peu importe que l’on soit une mère ou non. L’amour de Solimar envers son enfant n’est pas à prouver, mais face à elle celui de Kavya, la nouvelle maman, l’est tout autant.  Si l’on est pour que Solimar récupère son fils et puisse vivre où que ce soit avec lui, nous sommes aussi partagés par l’amour de Kavya envers celui qu’elle considère comme son fils. Les émotions sont énormes durant la lecture, et la plume douce, réaliste, mais parfois dure, contribue à cette avalanche de sentiments. Un roman plein de compassion traitant de l’amour d’une mère, et ce qu’un enfant peut représenter dans une vie. Impossible de lâcher cette histoire avant la dernière page. 

Résultat de recherche d'images pour "png divider"

Disponible aux éditions Milady| LIRE MON AVIS COMPLET

Tillie Cole a été une des auteurs que j’ai enfin découvert en 2018. D’un côté il y a eu Hades Hangmen, et de l’autre Sweet Home en trois tomes (le quatrième restant inédit en VF). Sweet Home et Sweet Rome sont deux histoires complémentaires, puisque chacun se consacre au point de vue de deux personnages: Molly et Rome. La première est une brillante étudiante d’Oxford s’envolant pour les USA, afin de compléter son cursus. Elle devient l’insistante de la prof de philosophie, et fait la rencontre de Rome. Quaterback, adulé de tous et le corps qui va avec, ce dernier a tous de l’homme parfait. Pourtant sous cette façade se cache un être sensible et profond. Sweet Home, est un Romeo & Juliette des temps modernes. Sweet Home est une lecture New Adult romancée semblable à beaucoup d’autres. Pourtant, vous seriez surpris de découvrir à quel point elle arrive à se distinguer de la masse. Premièrement cela passe par la plume de Tillie Cole que je découvre enfin, qui est sincère dans sa narration. Les codes du genre sont appliqués mais tournés de manière à rendre cela réellement touchant. Les personnages sont tellement naturels que les quelques clichés ici et là de leurs personnalités sont très vite oubliés. Ce premier tome nous est conté du point de vue de Molly, dont le caractère et son ambition sont solides et rafraîchissants. Toutefois l’auteure lui a donné une certaine innocence dans son questionnement face aux incertitudes de la vie, qui selon le lecteur pourra être perçu comme de la naïveté. Rome est un peu le Yang de Molly, qui serait donc le Yin de Rome. L’un est solaire et l’autre plus lunaire. Malgré son physique à en faire tomber plus d’une dans les couloirs, le jeune homme s’éloigne de l’étiquette qu’on lui donne par une certaine sensibilité. Les secrets autour de sa famille et ses origines sont légion et lui font horriblement mal. Avec Sweet Rome (le tome 2), l’auteure propose une nouvelle lecture du personnage de Rome, en revenant sur son passé, plus douloureux que l’on ne pouvait l’imaginer. L’écriture est donc plus crue et brute, mais nécessaire pour comprendre la psyché et le comportement du jeune homme. 

Résultat de recherche d'images pour "png divider"

Disponible aux éditions Mazarine | LIRE MON AVIS COMPLET

Toutes les histoires d’amour du monde est le nouveau roman de Baptiste Beaulieu (La Ballade de l’enfant-gris). L’origine du roman est assez personnelle du point de vue de l’auteur. En effet, il y a 5 ans, à la mort de son grand-père, Beaulieu découvrait 3 carnets adressés à une inconnue du nom d’Anne-Lise Schmidt. Sur le papier était écrit toute une vie de souvenirs, de drame, de secrets et d’amour. Toutes les histoires d’amour du monde est donc un récit inspiré de faits réels d’une beauté qui se dévoile au fur et à mesure. Jean, médecin de profession n’est pas en bon terme avec son père Denis depuis le décès de Moïse, son grand-père. Les raisons sont nombreuses, mais c’est bien une seule qui a fait déborder le vase comme on dit. Laquelle ? Six mois plus tard, l’arrivée de son père dans la salle d’attente de son cabinet, Denis évoque les lettres qu’il a trouvé. Dans ces écrits, Moïse livre son passé, présent et futur à cette Anne-Lise que Denis et Jean ne connaissent pas. En essayant de reconstruire l’histoire de sa famille, Jean espère pouvoir renouer avec son père. Les voyages entre passé et présent sont écrits avec finesse, rendant la lecture compréhensive et agréable. Les personnages possèdent des qualités et des défauts qui font d’eux des êtres presque palpables. Les parallèles entre ces trois générations sont nombreux, et on retrouve certains traits de caractère de Moïse chez Jean et Denis. Première et Seconde Guerre Mondiale, l’enfance, les amitiés et les amours de Moïse nous passionnent, comme si on les vivait nous aussi. Dans le présent, les non-dits qui empêchent père et fils de réapprendre à s’écouter et à se parler donnent une atmosphère intimiste au récit. Comme l’indique le titre Toutes les histoires d’amour du monde, Baptiste Beaulieu exprime l’amour avec un grand A. Que ce soit entre un homme et une femme, un père et un fils, ou à travers les époques, les sentiments sont justes et remplis d’espoir.

Résultat de recherche d'images pour "png divider"

Disponible aux éditions Stéphane Marsan | LIRE MON AVIS COMPLET ICI

Louise O’Neill est une auteure irlandaise nouvelle dans le paysages français avec Une fille facile (Asking for It en VO). Emma Donovan, 18 ans, est admirée et jalousée de tous dans son lycée en Irlande. Arrogante et populaire, elle se voit déjà un avenir brillant. Un soir de fête sous les yeux de tous, elle est là, sa beauté exposée … mais ce soir-là devient vite un point noir indélébile dans la vie d’Emma, qui ne sera plus jamais la même. Le lendemain matin, la lycéenne se réveille sur le porche de sa maison, sans aucun souvenir de ce qui s’est passé la veille et comment elle a atterri là. Elle ne comprend pas pourquoi son corps est endolori. Mais tous les autres le savent. Les photos prisent durant la fête se retrouvent sur les réseaux sociaux, commentées en masse, et où aucun détail de ce qu’a subi Emma ne soit tue. Il est préférable de vous dire que ce livre est une claque ! Non, plus que ça. Un coup de massue plutôt. Il aborde des thèmes difficiles mais tellement actuels comme le viol, le slutshaming, le harcèlement, la dépression, le suicide… Une lecture qui ne doit pas se retrouver entre les mains des plus sensibles. En réalité, Emma pourrait être – par le plus grand des malheurs – vous, moi, la voisine, notre sœur, notre mère, notre cousine, notre amie, notre collègue, la femme dans le bus, la banquière, l’adolescente populaire ou impopulaire… c’est une femme. Non, un humain. Mais ce qu’elle vit n’a rien d’humain. Les propos tenus à son égard ne le sont pas non plus. Barbare. Violent. Pourtant Emma n’est pas un personnage que l’on va aimer au premier abord. Hautaine, ambitieuse, prenant les gens de hauts, se moquant de ceux n’appartenant pas à l’élite sociale et scolaire où elle évolue. Mais c’est un choix de l’auteure, évidemment. Elle est là pour faire voler en éclats nos préjugés. Louise O’Neill met en scène un personnage qui a tout pour qu’on ne l’apprécie pas, mais est-ce que cela rend justifiable ce qu’elle vit ? Certainement pas. La culture du viol au sein de la société est abordée de front de par ce qui arrive à Emma. Les avis s’entrechoquent les uns aux autres, les larmes étranglent, la rage picote le cœur, et les masques tombent tour à tour. Au milieu de l’injustice il y a Emma. Comment va-t-elle faire pour se reconstruire ? Peut-elle réellement y arriver ? Une fille facile de Louise O’Neill est finalement une lecture à mettre entre les mains de chacun, sans distinction de sexe.

Résultat de recherche d'images pour "png divider"

Disponible aux éditions Hugo Roman | LIRE MON AVIS COMPLET ICI

Invincible est un roman New Adult ayant la particularité d’être écrit par un homme Stuart Reardon, et une femme Jane Harvey-Berrick. Invincible est l’histoire de Nick Renshaw, joueur très prometteur du rugby britannique qui s’apprête à rejoindre une équipe de première division. Malheureusement, le jour de son dernier match au sein de cette équipe, Nick se blesse grièvement compromettant ainsi sa carrière. Du côté de sa vie sentimentale, les choses ne sont pas au beau fixe avec sa copine Molly. Mais la venue du Dr. Anna Scott dans sa vie va être une bouffée d’air frais. Cette jeune femme récemment arrivée au Royaume-Uni, est une médecin du sport qui va tenter de venir en aide à Nick. Mais quand le passé et les secrets resurgissent, le cœur de chacun se retrouve exposé en ligne de front. Nick est un sportif de haut niveau possède une virilité que l’on ne met pas en doute durant la lecture, on découvre aussi sa sensibilité, sa maturité, ses faiblesses et ses rêves. Anna est une femme pleine de sagesse d’esprit et de cœur. L’alchimie entre les deux fonctionne extrêmement bien, et on apprécie leur complicité.  Il y aussi le côté sportif du rugby que l’on se doit d’aborder. À la lecture les informations distillées par l’expérience de Stuart Reardon (oui il a été un joueur pro international) apportent énormément et contribuent à l’immersion totale durant la lecture. Je ne sais pas à quel degrés chacun des deux auteurs s’est impliqué, ni comment ils se sont débrouillés pour écrire leur histoire, mais l’osmose est parfaite. L’univers viril du rugby nous apparaît plus accessible, la persévérance des joueurs est admirables tout comme les sacrifices qu’ils doivent faire pour leur passion. La romance prend aussi son temps à s’installer, même si l’attirance entre Nick et Anna est instantanée. L’évolution semble naturelle et on prend le temps de s’attacher à eux deux. Les plumes de Stuart Reardon et Jane Harvey-Berrick s’accordent parfaitement pour nous offrir un récit immersif à fleur de peau bien loin des clichés.

Résultat de recherche d'images pour "png divider"

Disponible sur le site de Erika Boyer ou sur Amazon | LIRE MON AVIS COMPLET ICI

Le Chant de l’Océan est écrit par Erika Boyer, auteure auto-édité que j’avais découvert avec Pardon [ma chronique ici]. Ici,  l’histoire est celle de Stecy, une jeune femme habitée par un mal-être profond et palpable durant la lecture. Lucas est un jeune homme moins sombre mais qui a, comme Stecy, vécu des choses difficiles par le passé. Ces deux êtres sont ensemble mais leur amour est compliqué, et ceux alors même qu’ils aiment. Les raisons sont toujours liées à leurs blessures respectives, notamment celles de Stecy qui ne veut se dévoiler face à cet homme. Ce qui marque de manière indélébile ce sont les sujets qu’aborde Erika Boyer. C’est sombre, dur, troublant et très émouvant. Stecy possède une personnalité extrêmement attachante, où la violence de son passé nous la rend vivante et fragile à la fois.On prend plaisir à la découvrir et à tenter de la comprendre. Erika Boyer sait écrire des personnages authentiques, riches et ayant aussi bien du bon que du mauvais. Pas d’artifice, pas de faux-semblant, ni rien qui rendraient son histoire bancale. Nous avons aussi l’ambiance que dégage le paysage de Lacanau, se voulant vivifiant, rassurant et imprévisible à la fois.  Le rythme est bon, et on prend plaisir à la lecture. La Erika Boyer de Pardon est toujours bien présente dans ce nouvel ouvrage. Toutefois, elle a su développer une plume pleine de surprise, riche et unique. Le Chant de l’océan est une romance contemporaine abordant des thèmes très présent dans notre quotidien avec des personnages qui nous touchent. 

 

9 réflexions sur “Mes Meilleurs Romans de 2018

  1. Il est vrai que cette année tu as réussi à me faire découvrir des belles romances qui sont dans ta liste et je retiens surtout You &I et Invincible.
    Je suis une fille de l’hiver me tente beaucoup mais j’ai peur de ne pas réussir à le lire étant moi même passé par cette maladie 😊

    Aimé par 1 personne

    • Je comprends totalement pour Je suis une fille de l’hiver, et ce que tu as vécu puisque hum j’ai la « meme » expérience que toi concernant cette maladie. Et j’en souffre encore du point de vue mentale. J’étais pas au courant pour toi… et j’en suis Desolee. Apres oui la lecture est difficile mais en un sens j’ai trouvé sa thérapeutique, rassurant presque de me dire que des gens osent écrire dessus.
      Et c’est toujours avec un immense plaisir que jaime te faire découvrir des titres! Espérons que 2019 soit aussi bon pour toutes les deux 💜

      Aimé par 1 personne

      • J’en souffre un peu moins maintenant mais cette maladie ne disparait jamais vraiment.
        J’irais peut être jeter un coup d’oeil du coup:)
        Je croise les doigts pour que tu me fasses craquer encore cette année pour des pépites comme Grendel ou Fire Force !

        Aimé par 1 personne

      • Je comprends… et oui malheureusement on ne s’en débarrasse jamais totalement. Psychologiquement je t’avoue je suis épuisée j’ai l’impression de pas voir la fin. Enfin bref! 😘

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s