Critique #220 – Carciphona tome 2, Quand la neige m’appelle

Copie de titre manga (2).png

Avec son tome 2, Carciphona nous présente mieux son univers de fantasy avec une touche politique bienvenue. Shilin HUANG maîtrise mieux son trait et nous livre de belles planches. Puis, on part dans des contrées de blanc vêtu pour le one-shot Quand la neige m’appelle, premier manga de Makoto AIZAWA reprenant un pan du folklore japonnais. C’est tout simplement beau. 

LIRE MON INTERVIEW DE NICOLA, CO-FONDATEUR DES ÉDITIONS CHATTOCHATTO

SITE OFFICIEL DE LA MAISON D’ÉDITION

Disponible aux éditions ChatoChatto ou sur Amazon au prix de 7,95€ | LIRE MON AVIS SUR LE TOME 1 ICIINFOS SUR CARCIPHONA | DEVIANTART DE SHILLIN HUANG

Carciphona est un manga de fantasy écrit et illustré par la canadienne d’origine chinoise Shilin HUANG, publié dès 2003. Mais ce n’est que l’année dernière que le titre est arrivée en VF aux éditions ChattoChatto. Avant de découvrir l’histoire, je me souviens que la qualité de l’objet m’avait frappé. En effet, si vous ne le savez pas ChattoChatto est une toute jeune maison d’édition lancées par deux frères. Le récit s’ouvra dans un petit village où vit Veloce Visrin, une sorcière issue d’une lignée puissante vivant recluse dans sa maison. Depuis l’installation de la Prohibiton, la jeune fille ne peut utiliser la magie aux yeux de tous, ordre de la famille royale victime par le passé d’un assassinat d’un de ses membres. Depuis ce jour, la magie est vue comme un véritable danger. Mais quand arrive Blackbird, Visrin va devoir sortir de sa cachette… Si la lecture de la première partie s’était révélée peu enthousiasmante, la suite avait su relever le niveau notamment avec le mystère entourant Visrin, et sa force de caractère. Ce deuxième tome paraît moins brouillon, avec un scénario se mettant en place de façon plus cohérente. Les personnages sont mieux travaillés, avec une réelle profondeur psychologique même si la mangaka prend son temps pour nous en dire plus sur eux. Comme lors du tome 1, c’est la sorcière Veloce Visrin qui porte le récit et son atmosphère, parfois sombre, sur ses épaules. L’univers de fantasy se mélange avec une partie politique que l’on avait pu voir se mettre en place en fin de premier tome. L’intrigue autour de Blackbrid s’étoffe, et on sent que Shilin HUANG a de bons projets concernant ce personnage féminin.

© by HUANG Shilin /

Visuellement on sent déjà une grosse différence, avec un trait plus contrôlé qui a su gagner en charisme naturel. Le charadesign est plus mature, et on ne peut que constater que Nicola (co-fondateur de ChattoChatto) ne mentait pas concernant l’évolution graphique du manga [à lire dans mon interview ici]. Dans 90% des titres que je lis, les regards sont un point très important pour ma lecture, puisqu’ils me transmettent les émotions que l’auteur ne dit pas forcément dans les dialogues. Carciphona rentre dans cette ligne de manga qui me parle, et j’apprécie le fait que la mangaka s’attarde dessus. Encore une fois, l’édition de ce deuxième tome est fait avec sérieux. En conclusion, ce deuxième tome montre toute l’ambition scénaristique de Shilin HUANG, et au vu des premiers liens qui se tissent entre les personnages, et l’effort qu’elle y met, on ne peut qu’attendre de manière rassurée la suite. Un univers riche avec magie sombre mais dont la lumière flirte ici et là. Action, une touche d’humour dans un univers sérieux et graphiquement plus maîtrisé.

15 sur 20

 

Disponible aux éditions ChattoChatto ou sur Amazon au prix de 8€

Quand la neige m’appelle (Yuki no Onna en VO) est un one-shot écrit par Makoto AIZAWA publié en 2015 au Japon par les éditions Takarajimasha. C’est via l’éditeur ChattoChatto qu’il est proposé au lectorat francophone. L’histoire est celle de Sakai, un jeune soldat, qui par une nuit d’hiver voit mourir son camarade de froid après un accident. Au moment de trépasser, celui-ci pense voir une femme venir prendre la vie de son ami. Alors qu’il lui doit sa survie, il se demande si cette inconnue de blanc vêtue est réelle ou le fruit de son imagination. Le récit imaginé par AIZAWA se base sur une légende très connue au Japon, celle de la mystérieuse Yuki Onna. Ce nom veut littéralement dire  »femme des neige », racontant comment un bûcheron et son apprenti vont devoir survivre en pleine tempête, et où cette jeune femme va en tuer un et épargner l’autre. Entre fantastique mêlant hallucination, ce one-shot fait clairement référence à la mort et à l’esprit qui tente par tous les moyens de dicter au corps de la personne de survivre. Les plus sceptiques ne croient pas en cette femme à la peau très pâle, tandis que d’autres y verront la personnification de l’hiver. De ce fait, c’est au lecteur de trancher durant la lecture. Personnellement, j’aime tout ce qui tourne autour des contes et autres folklores, et je suis forcée de reconnaître qu’à part ceux d’Anderson et compagnie, je n’en connais pas en provenance des pays asiatiques, par exemple.

© by AIZAWA Makoto / Takarajimasha

J’ai donc naturellement trouvé cette partie intéressante. Le scénario est plein de poésie, et se lit relativement vite mais avec envie. Vu que c’est un one-shot il est difficile de réellement développer les personnages, même si Makoto AIZAWA s’en sort très bien. Il est aidé par son trait tout en beauté et en aquarelle, qui sincèrement nous fait passer de longs moments de contemplation. L’atmosphère hivernale et propre au conte est retranscrite avec délicatesse, et nous envoûte. Il y a un réel travail autour des nuances de gris qui apporte une belle dimension aux planches. En tout cas, j’ai eu un petit coup de coeur pour le style du mangaka, et que j’espère revoir très bientôt à l’oeuvre. L’édition de ChattoChatto est de bonne qualité, donc rien à redire là-dessus. En conclusion, Quand la neige m’appelle plaira à tous les amateurs de contes et légendes qui nous accompagnent depuis notre enfance. Un one-shot et premier manga de AIZAWA, qui séduit en tournant autour des croyances, de l’amour et de la volonté de l’homme face à la vie.

15 sur 20

3 réflexions sur “Critique #220 – Carciphona tome 2, Quand la neige m’appelle

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s