Critique manga #226 – Au-delà de l’apparence tome 7, So Charming! tome 6

Copie de titre manga (1).png

Deux shojos de qualité égale, mais dont l’histoire ne possède pas la même trame.Dans son tome 7, Au-delà de l’apparence voit des étudiants en art suer pour réussir leur avenir. Pendant ce temps, dans le tome 6 de So Charming ! Nanoka fond devant son premier vrai petit ami, Kiriyama. Deux lectures détentes, et dont les évènements semblent amorcer un tournant important pour la suite. 

kanadargaudsuisse

Merci à Stéphanie et Anne-Catherine pour le plein d’émotions


Disponible aux éditions Kana dans la collection Shojo ou sur Amazon au prix de 6,85€ | Également disponible au format numérique sur izneo | LIRE MON AVIS SUR LES TOMES PRÉCÉDENTS ICI | LIRE UN EXTRAIT DU TOME 1 | VOIR LA BANDE-ANNONCE

Au fil des tomes, Au-delà de l’apparence (Sekirara ni Kiss en VO) n’a eu de cesse de monter en crescendo dans sa construction narrative grâce à son contexte prenant place dans le monde de l’art. Chitose et Itsuki, deux personnages radicalement opposés au début du titre, on peu à peu montrer qu’aucun n’était dénué de blessures émotionnelles. Dans ce tome 7, l’ambition d’intégrer l’université des beaux-arts va les mettre à rude épreuve. En effet, Chitose se voit habiter par le doute concernant ses capacités techniques et ses finances toutes deux insuffisantes. Itsuki va la pousser vers l’avant, tandis que Yuinosuke lui propose des cours particuliers. L’atmosphère et le niveau de stress lié au monde des études, surtout en art, est très bien mis en perspective par Fumie AKUTA. Les personnages sont soumis à d’énormes moments d’hésitation et doivent s’armer de courage pour avancer. L’art est un univers que j’admire de près et de loin. Cela me fascine autant que la médecine neurologique, et je remarque assez facilement quand quelqu’un sait de quoi il parle. Ici, la mangaka ne fait pas semblant et on voit qu’elle a puisé dans son expérience dans les beaux-arts pour mettre en pratique ce qu’elle a vu ou vécu. Si cela peut sembler prétentieux à expliquer, dans le manga on ne ressent rien de ça. C’est écrit avec sincérité et non avec de l’auto-suffisance. Outre le sérieux qu’impose l’art, nous avons aussi de l’humour et une vraie caractérisation des personnages. Ceux qui suivent le manga depuis la publication du tome 1, peuvent témoigner du fait que Chitose n’est plus la même jeune fille du début qui se se cachait derrière son faux sourire. C’est avant tout avec sa propre personne qu’elle essaye d’être vraie, assumant ses actions bonnes ou mauvaises. Itsuki lui, n’est pas non plus à mettre de côté puisqu’en dehors de son statut de personnage masculin principal, il est celui qui montre toutes les facettes du monde artistique. Doué, distant voire glacial, au contact de Chitose il s’est petit à petit ouvert aux émotions qui l’effrayaient. Ensemble, ils forment un couple qui doit apprendre à plus communiquer s’ils ne veulent pas s’éloigner.

Sekirara ni kiss © Fumie Akuta / Kodansha Ltd.

J’ai particulièrement apprécié le fait que la mangaka prenne le temps d’aborder l’importance du consentement entre deux personnes – en couple ou non – quand ils abordent un certain degré d’intimité. Ce n’est pas simplement balancé par dessus la jambe, mais vraiment traité avec sensibilité et sérieux. Mais comme souvent dans les shojos, il existe toujours un troisième personnage. Et ici c’est Yuinosuke, le frère aîné de Itsuki. Depuis son arrivée dans l’histoire il y a quelques tomes, on sait qu’il n’est pas insensible à la beauté et la personnalité de Chitose. Et, au fur et à mesure on ne peut s’empêcher d’avoir mal au cœur pour lui. En tant que lectrice je suis partagée entre mon attachement pour l’un et l’autre. Visuellement c’est toujours aussi doux et beau. Ça ne révolutionne pas le shojo, chose que l’on ne lui demande pas non plus. Le design des personnages reste bien exécuté, les émotions se lisent parfaitement sans avoir besoin de texte. En conclusion, le tome 7 d’Au-delà de l’apparence continue de nous narrer le quotidien de ces jeunes avançant vers la vie d’adulte. Le milieu de l’art est bien mis en scène, même s’il est quelque peu en retrait dans ces chapitres. L’évolution des personnages se fait naturellement grâce à la psychologie nourrie  par la perspicacité de Fumie AKUTA.

 

Disponible aux éditions Kana dans la collection Shojo ou sur Amazon au prix de 6,85€ | Également disponible au format numérique sur izneo | LIRE MON AVIS SUR LES TOMES PRÉCÉDENTS ICI | LIRE UN EXTRAIT DU TOME 1

Dans ce sixième tome de So Charming ! (Suteki na Rakeshi en VO) notre duo Nonoka/Kiriyama est officiellement un couple ! Je ne spoile rien, puisque depuis le début de la série on savait que ça allait arriver. Très différents sur de nombreux points, ils ont finit par enfin s’avouer leurs sentiments. Dans cette suite toujours écrite et dessinée par Kazune KAWAHARA, Nonoka est simplement raide dingue amoureuse de son petit ami. Elle qui rêvait d’avoir son premier vrai petit ami depuis son enfance, là voilà aux anges. Durant la lecture, qui je le dis tout de suite a été un bon moment, j’ai parfois levé les yeux au ciel avec la jeune fille qui d’un coup décide que chaque décision de sa vie doit tourner autour de son petit ami, et accessoirement de son couple. Je comprends son enthousiasme, mais j’ai trouvé ça un peu réducteur. Peut-être que cet effet est accentué par la narration exclusivement de son point de vue à elle. Toutefois, plus on avance dans la lecture, plus on a l’impression que Kiriyama est confronté à la même chose. Je pense que si c’est vraiment le cas – dans ma tête ça l’est – j’aurais trouvé Nonoka moins lisse face aux choix qu’elle prend. Le personnage masculin de Kiriyama reste égal à lui-même, et sincèrement on peut dire qu’il est parfait, non ? En tout cas c’est vraiment le petit copain calme, intelligent, romantique, etc. que les filles/femmes peuvent souhaiter si les bad boys ne sont pas leur truc. De plus, c’est vraiment sympa d’avoir un garçon banal et non tête brûlée dans un shojo, parce que depuis quelques années j’ai l’impression que l’on a que des personnages masculins physiquement parfaits, sombres, torturés et qui traitent souvent mal la jeune fille qui lui court après. De ce point-là, So Charming ! raconte simplement comment deux personnes vont former un couple et tenter de concilier sentiments et quotidien quand on approche de la vie adulte.

SUTEKI NA KARESHI © 2016 by Kazune Kawahara/SHUEISHA Inc.

La narration de KAWAHA est fluide, agréable et on passe un bon moment de lecture. Le dessin reste classique mais bien exécuté. Le trait est suave et le design des personnages plait. Encore une fois, c’est le visage que Kiriyama que l’on retient le plus avec son sourire bienveillant qui, parfois fait que l’on ne sait pas ce qu’il pense. On peut aussi l’apercevoir plus rêveur quand il regarde Nonoka de loin, et on sent bien le fait que ses sentiments sont sincères. Pour moi, niveau cœur ils sont tous les deux au même stade, et aucun n’aime l’autre plus que l’autre. Autre nouveauté dans l’histoire avec l’introduction du personnage de Kinase, une jeune fille qui a une toute autre vision des hommes et de l’amour. Son ressenti est un effet miroir déformé de celui de Nonoka, notamment dû au fait que sa relation avec son père a été très difficile, voire violente. En conclusion, So Charming ! reste une lecture pleine de positivité idéale pour se relaxer après une longue journée. Les personnages sont charmants, le couple fraîchement formé est attendrissant et nous fait rêver. À voir ce que proposera Kazune KAWAHA dans la suite avec ce nouveau personnage féminin…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s