Critique #176 – Forbidden de Tabitha Suzuma, With You de Amélie C. Astier & Mary Matthews

TITRE PAGE.png
 »Forbidden » de Tabitha Suzuma ose parler d’un sujet complexe et problématique avec une aisance déconcertante mais tellement humaine, que la lecture finit par remettre nos opinions en question. Puis, nous avons  »With You » écrit conjointement par Amélie C. Astier et Mary Matthews, qui passionnera les amateurs de New York Unité Spéciale comme moi, où la part sombre de l’être humain sera sauvée par l’amour qui unit les victimes, Vic et Reagan. Deux lectures éloquentes qui ne laissent pas le lecteur apathique. 

Merci à Anne-Catherine de Dargaud Suisse pour ces lectures déroutantes


Disponible aux éditions Milady dans la collection New Adult au prix de 16,90€ | Également disponible au format numérique 

Tabitha Suzuma est une auteure britannique vivant à Londres, née de parents anglais et japonais. Si son nom ne vous dit rien, elle est la “maman” de six romans, dont les inédits en français A Note of Madness (2006), From Where I Stand (2007), A Voice in the Distance (2008), Without Looking Back (2009) et Hurt (2013). Forbidden paru en 2010, reste le seul roman traduit dans les pays francophones grâce aux éditions Milady, en 2017. Il est celui qui a fait le plus parler de lui, puisqu’il traite d’un sujet controversé, à savoir celui de l’inceste consenti. Alors, oui le sujet me met mal à l’aise, et comme tout le monde j’ai un avis dessus. Mais ici, ce qui rend la lecture abordable est la plume de l’auteure. Elle est neutre malgré le thème, bouleversante et marquante. L’histoire est celui d’un frère et d’une sœur se débrouillant seuls depuis longtemps, puisque leur mère est alcoolique. Entre Lochan et Maya la différence d’âge est minime puisque seul 13 mois les séparent. Ensemble ils ont dû se façonner face à la vie et ses difficultés, et se sont rapprochés malgré eux. L’amour fraternel s’est très vite transformé en véritable amour, comme deux meilleurs amis tombant amoureux, par exemple. La narration se fait des deux points de vus, ce qui permet au lecteur d’avoir le ressenti de chacun. Les émotions sont donc exposées sous nos yeux, nous laissant parfois sans voix tant elles sont puissantes. Du haut de ses 17 ans, Lochan possède un cœur plein de bonté et qui prend son rôle de figure masculine au sérieux. Maya est le rayon de soleil de son quotidien où il doit assumer d’élever cette famille, qui n’est pas uniquement composée de sa sœur et lui, puisqu’ils ont un jeune frère. Si au fur et à mesure on le voit douter de sa place et de l’avenir, Maya elle assume plus facilement ses sentiments. La maturité de chacun a été forgée contre leur grès puisque même si légalement ils sont encore des enfants, du point de vue psychologique et émotionnel ils ont tout d’adultes. Ce qu’il y a de troublant est que même si on a sa propre idée sur l’inceste, nous ne sommes pas plus troublé que cela. Enfin si un peu… et certainement que le lecteur ayant un frère ou une sœur sera plus sensible à cette relation, voire gêné. Personnellement, en me lançant dans Forbidden je savais que le roman allait me faire rentrer en zone grise, voire rouge. Mais finalement, la lecture s’est faite toute seule, malgré un rythme assez lent. Les personnages sont attachants et peu à peu on comprend comment de tels sentiments amoureux et interdits sont nés. Les questions sont là, et les réponses suivent. Je pense surtout que l’ensemble fonctionne grâce à l’écriture de Tabitha Suzuma. La sensibilité et le naturel de ses phrases nous transpercent de part en part, et on ne peut rester de marbre face à cette histoire. À titre personnel, l’ambiance ne m’a jamais fait grincer des dents, c’est-à-dire laissé cette impression que ce que je lisais était malsain. L’idée et l’avis que l’on a sur le sujet sont là, mais on se laisse porter par cette histoire. On veut savoir si ces deux jeunes vont enfin connaître le bonheur et une certaine liberté. En conclusion, à l’image d’un Pardon d’Erika Boyer [mon avis ici], Forbidden entre dans la catégorie de romans que l’on n’oublie pas. Les personnages nous touchent plus que jamais, les mots sont choisis avec tact et force, jusqu’à nous faire nous questionner sur de nombreuses choses. Un roman parlant d’amour avec puissance et honnêteté, d’on ne ressort pas indemne.

Je refuse de laisser le monde extérieur nous condamner et détruire le plus beau jour de ma vie. Celui où j’ai embrassé le garçon qui hantait mes rêves depuis toujours. Sommes-nous condamnées à nous dissimuler derrières les portes closes et les rideaux tirés ?

17blanc

Disponible aux éditions Milady dans la collection New Adult ou sur Amazon au prix de 16,90€ | Également disponible au format numérique

With You est né de la collaboration entre deux auteures françaises, Amélie C. Astier et Mary Matthews. Ensemble on leur doit aussi Hors Jeu aux éditions Milady, La Liberté de t’aimer aux éditions J’ai Lu, ou encore la saga Blood of Silence sous les pseudonymes de Amheliie et Maryrhage. Paru dans la collection New Adult/Dark Romance, le bandeau mis en place par les éditions Milady n’est pas là par hasard. En effet, en ouvrant ce livre nous devons avoir conscience que l’on va vivre des choses intenses, difficiles et que les émotions sont à fleur de peau. L’histoire est celle de Reagan et Vic, kidnappés et séquestrés durant leur adolescence. Quatorze ans plus tard, on les retrouve adultes et devant affronter une énième fois leur bourreau lors du procès de ce dernier. Séparés par le temps, ils vont se retrouver malgré eux à revivre de manière médiatisé les moments les plus horribles de leur séquestration. L’adolescence n’est une partie de plaisir pour personne dans 98% des cas. Vic et Reagan n’échappent pas à cela, même si la leur a été faite de tortures diverses et plus horribles les unes que les autres. Quatre ans de souffrances qu’ils n’ont réussi à tenir que grâce la présence de l’un et de l’autre. Le lien qui les relie est unique et indéchiffrable, et les fera oublier rien que quelques instants la terreur dans laquelle ils vivent. Ensemble, toujours. Malgré son étiquette de Dark Romance, With You est un roman que l’on peut prendre plaisir à lire. Cela a été mon cas, parce que j’ai vécu plein d’émotions différentes. Colère, écœurement, tristesse, mais aussi amour et espoir ont rythmé les chapitres de ma lecture. Étant une grande fan de la série TV New York Unité Spéciale, je suis “habituée” à découvrir ce genre de récit, où la noirceur de l’Homme prend vie. Tout l’aspect judiciaire est aussi très intéressant et m’a beaucoup plus, encore une fois parce que j’aime cette partie dans New York Unité Spéciale. Les personnages sont le point central du récit, logique, et ils sont écrits avec une telle force et conviction que l’on a du mal à se dire qu’ils n’existent pas, eux. Nul doute que dans ce monde, il y a des Vic et de Reagan, alors que l’on préférait se dire que non et que le monde est fait de bisounours et de bienveillance uniquement. La narration en alternance est bien dosée, et on s’attache facilement à chacun. Il y a aussi la situation familiale après le drame qui est très intéressante à suivre, et je pourrais la comparer à celle dans Une fille facile de Louise O’Neill, par exemple [mon avis ici]. L’écriture à quatre mains est d’un tel naturel et surtout très complémentaire que l’on se laisse guider par ce que les deux veulent nous raconter. Vic et Reagan sont brisés, oui, mais ils tentent de se reconstruire et trouver un semblant de  »vie normale ». La figure diabolique du bourreau, Cooper, est de ces personnages que l’on souhaite pouvoir achever nous-même d’un coup de hache ou autre accessoire du même genre. Je ne m’étendrais pas sur lui, et vous laisserez le découvrir. En conclusion, Amélie C. Astier et Mary Matthews n’y sont pas allées avec le dos de la cuillère. Le récit est aussi vibrant dans sa narration que dans les émotions qu’il nous fait ressentir. Une romance sombre mais toujours habitée par l’espoir et la lumière qui l’accompagne. With You est une lecture qui se vit, se ressens sincèrement et qui nous déchire. À découvrir si vous avez le cœur bien en place.

Je n’ai jamais vraiment compris ce côté voyeur et malsain. C’est étrange cette attirance pour le malheur des autres, pour la misère, en être spectateur et ne rien faire pour autant, à part juger. Peut-être est-ce une façon de se rassurer sur ce qu’on est – toujours moins mauvais que le voisin – ou sur sa vie – pas si pourrie en comparaison de cette des victimes.

17blanc

10 réflexions sur “Critique #176 – Forbidden de Tabitha Suzuma, With You de Amélie C. Astier & Mary Matthews

    • Oui, ce sentiment ambigue est dérangeant, je le comprends totalement. C’est une lecture où on se doit de laisser ses idées etc en dehors, et c’est parfois vraiment pas simple. J’étais partagé durant tout le long de l’histoire, mais je me suis laissée emportée par la plume de l’auteure et ses personnages.

      Aimé par 1 personne

  1. Je n’ai pas encore lu Forbidden mais il est dans ma PAL.
    En revanche j’ai lu With You mon premier roman dans ce genre là et j’ai adoré ! C’était un récit très poignant et très dur.
    Pour Forbidden j’aimerai bien le sortir de ma PAL mais on dit souvent que c’est un livre assez dérangeant et perturbant alors j’hésite un peu

    Aimé par 1 personne

    • Oui With You c’est un peu un gros ascenseur émotionnel, faut avoir le cœur accroché. Forbidden dérange un peu oui, alors c’est mieux d’être dans l’optique qu’on laisse un peu nos idées en dehors du roman. Difficile à expliquer, mais je pense que dès que tu auras le déclic intérieur te disant de le lire, tu pourras l’apprécier à sa juste valeur.

      Aimé par 1 personne

  2. Je n’ai lu aucun des deux romans pour l’instant. Forbidden me tente depuis sa sortie et j’avais repéré With you pour un challenge pour lequel je dois lire un roman « dark ». J’étais un peu hésitante mais ta chronique me donne envie de le découvrir donc je pense que je le lirai très prochainement 🙂

    J'aime

  3. Il faut que j’arrête de lire tes chroniques, elles sont trop dangereuses pour mon porte monnaie. Malgré ton avis positif pour Forbidden, je ne suis pas sûre de dépasser suffisamment mes avis sur la question pour profiter de ma lecture. Par contre, With You me fait maintenant un énorme clin d’oeil !!!

    Aimé par 1 personne

    • Ahahah mile excuses ! On va dire que à partir de maintenant je n’écris plus de chroniques, je quitte mes fonctions pour devenir dresseuse de pokémon avec un lama comme compagnon de route, ok ?
      Oui, Forbidden est un roman que je ne peux pas recommander à la légère. Je pense qu’il faut vraiment être prête à dépasser ses opinions, etc. Mais je comprends totalement que tu ne puisses pas. Concernant With you, mmmmh ne fonce pas ? Ahahha

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s