Critique #183 – Le Paris des Merveilles, tome 1: Les Enchantements d’Ambremer par Pierre Pevel

TITRE PAGE (1).png

Il était une fois… vous connaissez cette petite phrase d’accroche par cœur. Quand on la découvre dans une lecture ou un film, on sait que ce que l’on va vivre va se rapprocher d’un conte. Fées, princesses, princes, sorcières, et bestiaire en tous genre. Dans ce tome 1 du Paris des Marveilles, Pierre Pevel nous embarque dans une aventure Fantasy/Steampunk qui fera naître des étoiles dans vos yeux. Les images prennent vie sous nos yeux à mesure que l’on n’avance dans l’histoire, et nous aurions bien envie de rejoindre Isabel, Louis, le chat ailé parlant, … et bien plus encore ! Venez vous plonger dans ce Paris enchanteur, intriguant et écrit avec talent.

 

Disponible aux éditions Bragelonne ou sur Amazon au prix de 17,90€ | L’intégrale regroupant les 3 tomes existe dans 2 éditions collector : Édition illustrée par Xavier Colette OU Édition illustrée par Xavier Collette numérotée et limitée

Merci à Emily des éditions Bragelonne et à Pierre Pevel pour cette lecture


Pierre Pevel est un auteur bien connu de la Fantasy française. Avant de prendre sa plume pour nous raconter ses histoires, il a été scénariste, journaliste et auteur pour les de rôle. C’est avec sa trilogie des Ombres de Wielstadt, publiée en 2001, qu’il se fait connaître. L’année suivante il remporte  il remporte le Grand Prix de l’Imaginaire, et le prix Imaginales en 2005. En 2007, arrive le premier tome de la trilogie Les Lames du cardinal (Prix Imaginales des Lycées 2009, Morningstar Award 2010). Haut-Royaume arrive en 2013 avec trois tomes, puis Haut-Royaume Les Sept Cités débute en 2016. Le Paris des Merveilles connut une première publication en 2003 chez Le Pré aux Clers, avant de bénéficier d’une nouvelle publication chez Bragelonne en 2015.

La Fantasy et moi, nous avons une histoire compliquée puisque je n’en lis pas tant que ça. Le Steampunk encore moins. Malgré tout, ces deux dernières années j’ai commencé à rectifier cela notamment grâce aux éditions Bragelonne. C’est ainsi que j’ai repéré le nom de Pierre Pevel sans jamais oser franchir le pas. Compliquer de se lancer à l’aveugle parfois quand le genre n’est pas forcément celui que vous lisez le plus. Toutefois, j’ai toujours été consciente de la notoriété cet auteur, et c’est finalement grâce au Salon du Livre de Genève 2019 que j’ai pu enfin lire un premier roman, et en plus le rencontrer. Soit-dit en passant c’est un homme vraiment charmant et gentil qui parle avec passion de ses écrits.

Le Paris des Merveilles se passe dans le Paris de 1909, où la magie est présente dans l’air. Entre la tour Eiffel faite de bois blanc, les sirènes se baignant dans la Seine et autre joyeux lurons de la Fantasy, il existe une ligne de métro reliant la ville à l’OutreMonde, le pays des fées (elles ont la même taille que vous et moi) gouverné par la reine Méliane, et à sa capitale Ambremer. C’est dans ce contexte particulièrement enchanteur que l’on fait la connaissance de Louis Denizart Hippolyte Griffont un mage et homme de son temps. Vivant paisiblement sur son île avec son majordome et son chat ailé, il enquête sur un trafic d’objets enchantés. Mais ce qu’il ne sait pas, c’est que cette simple mission presque de routine va prendre une dimension plus grande avec une série de meurtres perturbants. Son chemin va alors recroiser celui de la fée renégate Isabel de Saint-Gil… mais aussi le danger !

Résultat de recherche d'images pour "pierre pevel le paris des merveilles"

Illustrations et design de couvertures : Xavier Collette | SITE OFFICIEL | TWITTER | INSTAGRAM

Le tome débute avec une introduction de Pierre Pevel qui nous plante le décor de son récit. Dès les premières lignes on sent que le voyage risque d’être réjouissant. Et c’est bien ce qui se passe. Je ne vais pas tourner autour du pot, j’ai adoré découvrir cette trilogie avec Les Enchantements d’Ambremer. Le style de l’auteur capte toute notre intention car il sait manier les mots avec subtilité pour donner un conte unique en son genre. Difficile de réellement expliquer ce que l’on ressent avec précision, car c’est comme si notre esprit s’ouvrait à un univers rempli de surprises que l’on ne peut prédire à l’avance. Car des idées, Pevel en a à revendre et sa passion est très communicative ! Que ce soit le décor ou les personnages tout fonctionnent avec cohérence et magnificence. Paris est en pleine effervescence dû à l’époque avec le début du métro, l’industrialisation, etc. Que dire à part que c’est juste génial ? L’auteur pourrait nous parler de la conception de la machine à café qu’il arriverait à le rendre passionnant.

Afin de donner un bon rythme au récit, l’auteur alterne bien entre dialogues et descriptions. De ce fait, si vous n’êtes pas un fan des descriptions détaillées, ici, ça passe sans problème. La partie enquête s’intègre bien au récit et nous captive, il y a de l’action, de la tension et on reste accroché à la lecture du début à la fin. Le contexte qui voit la magie être omniprésente dans le quotidien des Hommes n’est pas forcément quelque chose accepter par tous. On peut facilement dresser des parallèles sur les préjugés que notre société peut avoir à l’égard d’une communauté X ou Y. Les protagonistes nous livrent des prestations rappelant le théâtre sans pour autant avoir ce côté désuet et prétentieux. Dans Les Enchantements d’Ambremer tout est pensé pour divertir et émerveiller le lecteur. Isabel aura su me conquérir par la beauté et l’élégance qu’elle dégage. Dès les premières pages, on sait que l’on va adorer la suivre peu importe où elle nous emmène. C’est une femme comme on aimerait en voir plus souvent dans la littérature et qui rivalise sans difficultés avec les personnages masculins. Louis est un homme qui inspire de la sympathie et du respect. C’est un homme calme, réfléchis, et aussi attachant qu’Isabel mais à un degré différent. Si durant la lecture certains détails ne nous paraissent pas importants, ils finissent par venir s’imbriquer avec subtilité dans l’ensemble de l’histoire. J’aurais presque envie de dire que ce tome 1 est le début d’un conte sans fin que l’on souhaiterait ne jamais quitter. Pierre Pevel n’oublie pas de nous amuser avec des touches d’humour bien pensé, rendant certains passages délicieusement cocasses. Si souvent le genre de la Fantasy peut en rebuter plus d’un car la personne pense que la lecture va s’avérer difficile, dans Le Paris des Merveilles ce n’est pas le cas. C’est beau et écrit avec une facilité déconcertante. 

La mémoire est un ciment solide. Si solide et durable que la nostalgie survit parfois longtemps à l’amitié. Elle peut même s’y substituer et nous tromper. Combien de fois nous sommes nous aperçus trop tard que rien ne nous attachait désormais à tel ou telle, sinon le souvenir d’une époque évanouie ? Quand cette idée frappe, douloureuse, le temps paraît faire un bond et nous nous découvrons subitement face à un étranger que les hardes de sentiments défunts ont cessé de déguiser. Cela, plus que les ans, fait que l’on vieillit. L’âge est le catalogue de nos désenchantements intimes.

En conclusion, Les Enchantements d’Ambremer lance avec énergie et charme la trilogie Le Paris des Merveilles. De chapitre en chapitre, le lecteur est embarqué comme dans un rêve où réalité rencontre la magie d’un univers Steampunk créé par Pierre Pevel, un conteur de talent qui mérite bien tous les honneurs qu’on lui donne. Un récit que je vous recommande chaudement de découvrir afin d’émerveiller vos yeux le temps d’une lecture !18cdcinfos roman

13 réflexions sur “Critique #183 – Le Paris des Merveilles, tome 1: Les Enchantements d’Ambremer par Pierre Pevel

    • Merci !!! Je te le conseille vraiment. On a souvent les même opinions sur nos lectures communes, et je pense que vu la grande imagination de Pevel et son style d’écriture tu pourrais vraiment aimer. Fais-moi signe si un jour tu te lance, je serais ravis d’en discuter avec toi ^^

      Aimé par 1 personne

    • ça pour être originale il l’est ^^ j’ai pensé à toi après coup vu que tu lis de la Fantasy, ici ça pourrait te plaire. Si tu veux il existe en poche chez Folio, pour essayer. Et ce tome 1 se suffit en lui-même si par hasard tu n’aimes pas. Mais je pense vraiment qu’il s’adresse à toi 😉

      Aimé par 1 personne

      • Merci, effectivement tu as vu juste il a tout pour me plaire. Je note que le tome se suffit à lui-même, c’est un excellent argument pour m’aider à me lancer en plus du format poche 😉

        J'aime

    • Yes, elles sont magnifiques ! J’ai le tome 2 et 3 qui m’attendent. Je vais attendre quelques jours avant de m’y remettre. Merci à toi d’avoir pris le temps de me lire
      Ps. à chaque fois que je vois ton pseudo « Sachiko » je pense au manga NAN T_T

      Aimé par 1 personne

      • Il ne faudrait pas dévorer les livres trop vite xD Mais hâte de lire tes avis pour la suite, ça me poussera sûrement à me lancer plus vite xD
        Pour le PS : Je me doute xD Mais il faut savoir que je n’ai jamais lu ce manga >.> Oui, honte à moi je sais, mais j’ai vraiment du mal avec le dessin, du coup il ne vient pas du tout de là >.> (Pas de panique, je connais la sortie xD)

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s