Critique #185 – Dollars tome 2 : Dollars par Pepper Winters, Company of Killers tome 4: À la recherche de Nora de J.A. Redmerski

TITRE PAGE.png

Avec son quatrième tome, la saga Dollars de Pepper Winters emprunte un nouveau chemin fait de manipulation psychologique et plus si affinités. Servi par un personnage bien particulier dans ses actions, À la recherche de Nora est le tome qui installe véritablement la série Company of Killers dans le paysage du New Adult sombre et haletant. Deux histoires bien différentes servies par des plumes entrainantes à découvrir si ce n’est pas encore fait. 

Merci à Anne-Catherine de Dargaud Suisse et à Stéphanie de Milady pour ces lectures 


DollarsDisponible aux éditions Milady dans la collection New Adult ou sur Amazon au prix de 14,90€  | Également disponible au format numérique | LIRE MON AVIS SUR LE TOME 1

Le premier tome de Dollars avait été un coup de cœur surprise. Pepper Winters avait réussi à développer un personnage féminin, Pimlico, au mental fort dans un contexte violent. La difficulté dans cette saga se trouve dans le fait que Pim ne parle pas. Non, elle est muette. La seule voix que le lecteur lui connaît est celle de ses pensées. Après une fin de tome haletant, ce tome 2 reprend au moment exact où nous avions laissé la jeune fille et son sauveur Elder. Dans ce nouveau tome, la narration est toujours faite par nos deux personnages, même si le point de vue d’Elder commence à prendre plus de place. Une différence appréciable puisque jusqu’ici cet homme fort et mystérieux était resté une véritable énigme. L’auteure arrive à doser les informations le concernant, par exemple sur son passé qu’on devine difficile puisqu’il a longtemps vécu dans la rue avec sa mère. L’ambiance est moins pesante que dans le premier puisque le nouveau cadre de vie de Pim est différent. Fini la prison faite de murs de blanc immaculé où Maître A la torturait aussi bien physiquement que psychologiquement, et bonjour le yacht de luxe ! Toutefois, ce n’est pas parce que Elder l’a sauvé que ce dernier possède les meilleures intentions du monde à son égard. L’attirance entre les deux se fait petit à petit et plus vite que la confiance ne s’installe. En effet, chaque personnage possède ses démons qu’il se doit d’apprendre à dompter avant de pouvoir réellement croire en l’autre de manière aveugle. L’évolution post-traumatique de Pimlico est fait avec réalisme, ne laissant pas de place à la guérison miraculeuse. Dès le début, on sent que Pimlico n’est qu’une bombe à retardement prête à exploser si sa psyché est à nouveau ébranlée. Malgré ses blessures au sens propre comme littérales, Pimlico est une jeune femme remarquablement forte et courageuse. Sa rage de vivre est plus forte que le reste, provoquant une grande empathie entre le lecteur et elle. Elder est un homme fascinant qui analyse chacun détail, même si la présence de Pimlico le trouble au plus haut point. Elder n’est pas présenté comme un chevalier blanc ou un chevalier noir, il est plus nuancé. Fragile et fort à la fois. A-t-il de bons sentiments envers Pim ? Va-t-il laisser ses vieux démons et habitudes prendre le dessus ? Le mystère reste en entier et nous tient bien en haleine. L’entente silencieuse entre les deux est écrit de manière intéressante et quasi organique. Rien n’est surjoué ou invraisemblable. La notion de consentement est aussi quelque chose de très important dans ce récit, ce qui montre que Pepper Winters en a conscience malgré le fait que ce soit une Dark Romance. Le rythme de narration est plutôt lent ce qui nous donne presque envie de bousculer le tout pour que l’on en sache le plus et le plus rapidement possible. C’est à la fois frustrant et addictif. Il faut se dire que cette histoire est un peu comme un soufflé que l’on doit laisser gonfler gentiment au four avant de pouvoir savoir si le goût est à la hauteur du parfum qu’il dégage. En conclusion, un deuxième tome pour Dollars aussi réussi que le premier ! Il se peut même qu’il se trouve un cran au-dessus de celui-ci notamment grâce au personnage d’Elder qui prend plus la parole. La plume de Pepper Winters est addictive et met bien en avant les émotions de ses personnages. Un récit qui sort des sentiers battus avec, encore une fois, une fin de tome intense !

Pour la première fois, le blanc me manquait, car il m’aurait aidée à me concentrer sur qui j’étais vraiment. J’avais commencé à oublier. Mais Elder avait, malgré lui, réveillé ma mémoire. Plus jamais je n’oublierai.

17blanc

À la recherche de NoraDisponible aux éditions Milady dans la collection New Adult ou sur Amazon au prix de 16,90€ | Également disponible au format numérique | LIRE MON AVIS SUR LES TOMES PRÉCÉDENTS

Company of Killers est une série qui malgré un début plutôt prenant ne laissait pas présager qu’elle s’intensifierait au fur et à mesure. Ce quatrième tome est certainement le plus réussi à ce stade puisqu’en VO la série compte actuellement 8 tomes. La véritable surprise de ce nouvel opus se présente sous le personnage de Nora Kessler, qui fascine dès son apparition. Véritable manipulatrice elle n’éprouve aucune gêne à tirer les ficelles pour que Victor, Izabel et bien d’autres cèdent à son chantage. En échange de leur secret le plus lourd elle accepte de dire où se trouvent les proches kidnappés. Au fil des révélations, un climat de méfiance s’installe au sein de l’organisation mettant les nerfs de tout le monde à rude épreuve. Et tout comme eux, le lecteur ne peu s’empêcher de tomber en admiration face à la force mentale de Nora. Chaque action pensée en amont est mise en pratique dans un rythme addictif, nous laissant parfois à bout de souffle. Les masques tombent les uns après les autres, mettant les personnages dans une situation inédite à ce jour. La psychologie était déjà assez bien travaillée, mais avec ce tome 4 l’auteure repousse ses propres limites. Chacun va se retrouver sur une corde raide où un le moindre faut pas peut faire tomber dans l’instabilité la plus totale. L’intrigue principale emprunte une direction différente et imprévisible. Le point de vue de chacun apporte beaucoup, comme c’est souvent le cas dans un récit choral. Toutefois, dans Company of Killers l’exercice lui donne une tout autre dimension. La relation entre Nora et Victor pourrait se retrouver affaibli par le personnage peu scrupuleux de Nora. Mais au fond, on aime la voir se délecter de leur détresse…  En conclusion, À la recherche de Nora est intense, intelligent dans sa construction et machiavélique dans certaines facettes de ses personnages J.A. Redmerski impressionne par sa plume et nous emmène là où on ne l’attend pas. Complexe, fascinante, le personnage de Nora nous éblouit comme peut avant elle. L’ambiance sombre et pesante fait que Company of Killer s’installe comme l’une des sagas New Adult du genre à découvrir !

– Vous avez tous un secret à cacher. Quelque chose dont vous avez honte, ou qui vous a laissé des regrets, ou bien qui vous hante au point que votre conscience ne trouve plus la paix. L’un de vous…

Elle ne regarde personne en particulier, de sorte que nous ne pouvons pas savoir qui est concerné.

– … a trahi un membre de l’équipe. Un autre a été dépossédé autrefois d’un bien précieux.Un autre encore dissimule une vérité qui met votre organisation en danger. Vous allez m’avouer ces secrets. De votre plein gré. Sans rien me taire.

17blanc

2 réflexions sur “Critique #185 – Dollars tome 2 : Dollars par Pepper Winters, Company of Killers tome 4: À la recherche de Nora de J.A. Redmerski

  1. C’est rare de voir une héroïne muette et je trouve super qu’une auteure laisse sa chance à un personnage qui sort des clous… Quant à cette notion de consentement qui fait tellement défaut dans la dark romance, ça fait plaisir de voir qu’enfin, elle pointe le bout de son nez ! Du coup, même si je ne pense pas être le public visé, je pense me laisser tenter par Dollars suite à la lecture de ton avis.

    Aimé par 1 personne

    • Awww merci MERCI beaucoup! Oui, le fait qu’elle ne parle pas pour X raisons fait que la lecture est rafraîchissante. Tu ne sais jamais vers quelle direction ça peut aller. Oui, moi aussi ça me dérange quand le consentement n’est pas intégré. C’est un peu le jeu du chat et de la souris entre eux mais pas dans le sens péjoratif et énervant. Si tu te lances dans cette seriebun jour je serais ravie d’en discuter avec toi. Souvent on ne laisse pas sa chance à la Dark Romance mais Dollars ainsi que Heartless de Ker Dukey sont celles qui sortent du lot. Je peux aussi mentionner Les Écorchés de Tillie Cole, mais on est pas au même niveau.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s