Critique manga #260 – Escape Journey tome 3, Love Stories tome 2, Orpheus of Midnight

Copie de titre manga (8).png

En ce mardi beaucoup trop chaud, pourquoi ne pas chercher un petit coin de fraîcheur pour découvrir trois boys love. Escape Journey s’achève avec son troisième tome qui voit notre couple d’étudiants faire face aux préjugés et compagnie. Pourront-ils trouver le bonheur ? Puis, le tome 2 de Love Stories est enfin là pour continuer de nous conter le quotidien de jeunes étudiants à la recherche de leur identité Et enfin, un petit one-shot Orpheus of Midnight qui entre rêve et deuil propose une petite lecture fort sympathique. 

Sans titre 1


Manga - Manhwa - Escape Journey Vol.3Disponible aux éditions Taifu Comics dans la collection Yaoi ou sur Amazon au prix de 8,99€ | LIRE UNE EXTRAIT DU TOME 1 ICI | LIRE MON AVIS SUR LES TOMES 1 ET 2 ICI

Après un tome 1 qui m’avait laissé un bon goût mais un peu salé, c’est avec plaisir que j’avais été agréablement surprise par le tome 2 d’Escape Journey. Ce Boy’s Love tranche de vie suit deux jeunes hommes qui se connaissent depuis le lycée et qui ont entretenu une relation sans lendemain. Quelques années plus tard les voilà dans la même Fac, où ils finiront par construire une relation plus solide. C’est d’ailleurs pour cette raison que le tome 2 avait une saveur différente à la lecture, car la maturité des personnages commençaient à pointer le bout de son nez. Dans ce troisième et dernier tome, la fin de l’année approche pour notre couple. Naoto et Taichi vont enfin affronter leurs sentiments et les doutes face à leur futur commun… vont-ils se séparer ? Pour ne rien arranger, Nishina, un jeune étudiant en art un peu bohème et qui a des vues sur Naoto ne va pas y aller de mainmorte. La tension et la frustration sont palpables, ça c’est certain. Contre toute attente, l’arrivée clichée du troisième type pour mettre la pagaille va tourner court puisque Ogeretsu TANAKA va lui donner un plus beau rôle. Sa superficialité et son arrogance silence laissent place à quelque chose de plus profond et authentique. Le regret et les blessures sont écrits de manière douce et poignante dans le cœur de Nishina. Malgré la tension, l’ajout de Nishina dans l’équation va rendre nos deux héros principaux plus ouverts face à ce qu’ils ressentent. L’amour qu’ils partagent s’en retrouve renforcé, et la mangaka ne manque pas de l’écrire et le montre avec tact et respect. La construction du couple est très bien mise en avant notamment avec les conversations sérieuses qu’ont enfin Naoto et Taichi. La maturité qui a germé dans le tome 2 prend ici toute son importance et peut enfin éclore pour nous montrer deux êtres prêts à s’affirmer eux et leurs choix dans le futur qui s’offre à eux.

Résultat de recherche d'images pour "ESCAPE JOURNEY TOME 3"

ESCAPE JOURNEY © OGERETSU TANAKA 2015 by Libre Inc.,Ltd.

Les préjugés faces aux couples homosexuels ont de quoi freiner plus d’un dans une relation, et le chemin est sinueux pour eux, mais ils savent qu’ensembles ils arriveront à surmonter tous les obstacles. Nous avons les commentaires et les regards qui nous font grimacer en tant que lecteur. La mangaka comprend l’importance de le montrer et le dénonce sans monter sur de grands chevaux. L’autre point que soulève très bien TANAKA est celui de l’acceptation au sein de la famille, chose ardue dans de nombreux cas. Une mère horrifiée par la relation gay de son fils Taichi se confronte à celle de la petite sœur du jeune homme, qui elle ne voit que son frère que pour qui il est : son frère, tout simplement. Les réactions de chacune des familles sont très bien traitées, rendant la lecture encore plus intime. L’amitié est aussi une pièce centrale, puisque les jeunes filles dans ce Boy’s Love ne font pas figure de plantes vertes. Non, elles sont des confidentes précieuses que l’on apprécie de voir de temps en temps. Le dessin est toujours une petite merveille pour les yeux. Le trait est doux et précis, les expressions des personnages communiques avec sincérités leurs sentiments, tout comme les regards qui sont profonds. Nous avons droit à des scènes explicites mais qui servent l’histoire et la relation amoureuse de notre petit couple. Certaines double pages offrent de très belles scènes où le travail sur le décor alimente avec intelligence l’action des personnages. L’éditions de Taifu Comics est toujours sans reproches. La traduction de  Margot Maillac est soignée. En conclusion, une fin poignante, douce et belle pour Escape Journey. La lecture de ces trois tomes s’est révélée être une exquise ode à la vie et l’amour sous toutes ses formes servi par deux héros avec des défauts mais possédant le courage et la force de croire en leur futur, ensemble. 

17/20

 

Manga - Manhwa - Love stories Vol.2Disponible aux éditions Taifu Comics dans la collection Yaoi ou sur Amazon au prix de 8,99€ | LIRE UN EXTRAIT DU TOME 1 ICI | LIRE MON AVIS SUR LE TOME 1 ICI

L’attente pour ce tome 2 fût longue, mais enfin il est là. Dans le tome 1, nous faisons la connaissance de deux lycéens plutôt bien intégrés qui vont de fil en aiguille se lier d’amitier lors d’un groupe d’étude. Yuiji est sportif, amical et en couple avec une jeune fille. De son côté, Yamoto est célibataire et prêt à rencontrer l’amour. Dans ce premier tome Yuiji finissait par découvrir le secret de son ami, qu’il est homosexuel. L’année scolaire terminée chacun a passé l’été de son côté. Yuiji toujours en couple semble douter de ses sentiments, tandis que Yamoto essaye d’apporter son aide à son ami Sakura, son ami homosexuel. Mais comme toujours les vacances ont une fin et sonne alors la rentrée, où une rumeur sur l’homosexualité de Yamato circule… Le fait que l’on est Sakura très proche de Yamato dresse un parallèle entre celui qui a déjà fait son coming out et celui qui ne veut que personne ne sache la nature de sa sexualité. Bien entendu cela cache une profonde inquiétude face à la réaction des gens et de ses proches, ce qui est compréhensible. Les relations et la complexité qui les constituent sont au cœur de ce récit. Les personnages sont nombreux et de sexualités diverses. La mangaka met vraiment l’accent sur l’évolution, les questionnements et les choix de chacun face à la vie d’adulte qui se dessine peu à peu devant eux.

1

KOIMONOGATARI 1 © TAGURA TOHRU 2015 Originally published in Japan in 2015 by GENTOSHA COMICS INC., TOKYO.

Lors de notre lecture nous découvrons aussi le manque de compassion de certains quand les langues commencent à se délier… La question du coming out est abordée avec véracité et ouvre à la discussion. Commérage, harcèlement, violence… beaucoup de thème que la mangaka arrive à faire se succéder sans tomber dans l’exagération ou la farce. La complicité entre Yamoto et Yuiji est la pièce maîtresse du récit qui voit tout ce que l’on vient d’aborder en être les ramifications. La fin du tome voit Yamato se poser des questions qu’ils n’avaient pas forcément vu venir… Est-ce de l’amitié ou bien de l’amour ? Le dessin est de qualité et bénéficie de la touche personnelle de Tagura TOHRU. C’est harmonieux et expressif aussi bien dans les expressions que dans les actions. Le chara design étant différent pour chacun des personnages, on arrive à les différencier. Ouf, vu qu’ils sont quand même beaucoup. La mise en scène souligne le côté tranche de vie et l’ambiance intimiste. En conclusion, un tome 2 qui s’est faite attendre mais qui s’avère être une réussite. La psychologie émotionnelle de Yamoto et Yuiji évolue de manière organique. TOHRU ne néglige aucun détail, toujours avec un profond respect pour ses personnages. 

hjzgg

 

Résultat de recherche d'images pour "orpheus of midnight manga"Disponible aux éditions Taifu Comics dans la collection Yaoi ou sur Amazon au prix de 8,99€ 

Orpheus of Midnight ou Mayonaka no Orpheus de son nom japonnais est un one shot écrit et dessiné par Billy Balibally. En France vous la connaissez peut-être pour Asa & Mitya disponible aux éditions Boy’s Love. C’est dans son enfance que Kazushi a vécu un traumatisme qui le poursuit encore même à l’âge adulte. Toutes les nuits, Kazushi évite de s’endormir car il a peur de refaire encore et toujours le même cauchemar. Dans son travail de bureau, ses collègues commencent à s’inquiéter de la pâleur et la fatigue qui creusent le visage de leur ami. Un jour, Kazushi ne tient plus et perd connaisse sur son lieu de travail. À son réveil une voix douce et rassurante lui parvient à l’oreille. C’est son collègue Wabuka qui de sa seule voix arrive à le calmer. Le rythme est un peu rapide à dire vrai, mais on comprend que le format de one shot pour écrire une histoire moins classique n’est pas une chose facile. Les sentiments entre Wabuka et Kazushi apparaissent très vite ce qui nous sort un peu de la lecture. La psychologie est un élément essentiel qui donne vraiment plus de profondeur à l’histoire. Il commence par le cauchemar de Kazushi qui va peu à peu découvrir l’origine de son insomnie, pour finalement aborder pleinement le thème du deuil. Les sentiments entre les deux hommes sont évidents au final, mais on a toujours cette hâte qui manque de réalisme. Enfin, nul doute que des milliers d’histoires d’amour ont commencé rapidement et durent encore aujourd’hui. Qui sommes-nous pour juger, hein ? Donc dès que l’on accepte que ce récit commence de cette manière, on est emporté par les émotions de nos deux héros. Kazushi est un personnage qui se laisse dorloter comme pour combler le vide en son cœur. Wabuka va donc tomber à point nommé pour le soutenir et l’aider à guérir de son traumatisme. C’est essentiellement le ressenti intérieur de Kazushi que l’on explore le plus.

3

Mayonaka no Orphee ©2016 Billy Balibally / Published by Libre Publishing Co., Ltd.

Le schéma narratif est assez simple avec une exécution rapide, mais qui possède énormément de sensibilité et de profondeur pour que l’on accroche. Wabuka paraît un peu en retrait puisque nous n’avons pas ses pensées, mais heureusement on ressent son charme et sa bienveillance tout au long. Jamais il n’aura un mot plus haut que l’autre ou une critique envers le comportement de Kazushui. Le sommeil est vecteur pour montrer le traumatisme de ce dernier, ce qui parfois donne un peu l’impression d’être dans une sorte de conte. C’est assez étrange comme sensation, mais plaisant. Nous avons certains personnages secondaires, notamment le père de Kazushi qui aura son importance dans le récit. C’est un homme qui possède lui aussi des blessures et qui n’a jamais pu les soigner ni même en parler avec son fils. Une relation que j’ai trouvé tendre et qui a le mérite d’aller dans le bon sens. Le dessin de la mangaka est bon. Les corps sont longilignes juste ce qu’ils font pour être gracieux sans faire mince et sans caractère. Les décors sont relativement absents mais cela n’est pas du tout dérangeant. En conclusion, Orpheus of Midnight est un one-shot qui se lit bien et dont on n’attend pas plus qu’une histoire correcte. Les personnages sont touchants malgré la rapidité de la relation du duo. Une lecture sensible et pleine de sagesse.

 

15 sur 20

 

Une réflexion sur “Critique manga #260 – Escape Journey tome 3, Love Stories tome 2, Orpheus of Midnight

  1. 3 titres qui pourraient m’intéresser, surtout Escape Journey en fait parce que ça me tente de voir l’installation de ce couple à la fac. Je vais donc voir si je peux me le trouver 😉
    Merci pour les découvertes ^^

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s