Critique comics #038 – Oblivion Song tome 2, Créatures Sacrées tome 2

titre comics.png

Oblivion Song est le dernier bébé de Robert Kirkam connu pour The Walking Dead et Invincible. Récit post-apocalyptique qui ravira les fans de TWD, et où la science entre en choc frontal avec les émotions humaines. Puis, Créatures sacréés suit les 7 Péchés Capitaux livrant une guerre qui n’est plus celle des hommes, mais qui met Josh en danger. Deux comics indépendants que les amateurs du genre apprécieront.  

 

sp delcourt


Disponible aux éditions Delcourt dans la collection Contrebande ou sur Amazon au prix de 16.50€ | Également disponible au format numérique | VOIR LA BANDE-ANNONCELIRE MON AVIS SUR LE TOME 1 ICI

Il y a un plus ou moins un an, paraissait le premier tome de la nouvelle série du papa de The Walking Dead, Robert Kirkman. Oblivion Song est un récit post-apocalypse où Nathan Cole est à la recherche de son frère, Ed, qui se trouve dans un monde parallèle où créatures pas très sympathiques dévorent les rescapés. Après un tome 1 plutôt bien ficelé, Kirkman continue de nous faire découvrir cette jungle hostile avec une belle introspection des personnages. Ed, retrouvé, Nathan va devoir faire appel à lui pour mettre stopper une de ses inventions de devenir une arme puissante et mortelle. Ce tome 2 reprend exactement là où c’était terminé le premier tome, alors si vous ne l’avez pas encore lu il est préférable de stopper ici la lecture, mais promis je ne dévoilerai rien de spoilant. Alors que Nathan transpire à grosses gouttes faces aux autorités du gouvernement, Ed essaye de s’acclimater à une vie dont il n’a plus l’habitude d’avoir. À la vue de certaines choses du monde actuel, Ed ne peut s’empêcher d’être déçu de la direction qu’a pris l’être humain. Clairement, Kirkman dresse une critique de notre société à nous, pas très subtile, mais bien écrite. Habitué à voir des gens s’entraider, Ed est choqué de voir que l’égoïsme et l’individualisme règnent. Si le message est clair comme de l’eau de roche, on sent une certaine exagération malgré de bons dialogues. Ok, dix ans perdus dans une dimension hostile ça vous change un homme, mais tout de même. 1La psychologie et le traumatisme de Nathan sont explorés et décortiqués par le scénariste. On ressent bien la culpabilité qui le pèse depuis qu’il a causé ce changement gigantesque. 300 000 personnes envoyées dans un autre monde, ce n’est pas rien en effet. Nous ressentons également la fatigue qu’il éprouve à se consacrer corps, âme et esprit à trouver un moyen de sauver tout le monde. La technologie et la dépendance qu’elle engendre est également un point important du récit, et encore une fois Kirkman s’en sort très bien. Au fur et à mesure, on comprend que Nathan et Ed sont les deux faces d’une même pièce : l’un est un scientifique qui ne croit qu’en ce que les faits lui apportent, tandis que l’autre a dû s’adapter et presque communier avec la nature pour survivre. Visuellement, Lorenzo De Felici propre un travail de qualité, avec une très belle mise en scène du monde d’Oblivion. Immeubles effondrés sur eux-même tel un homme dont au aurait arraché la colonne vertébrale. Et de l’autre côté nous avons la ville de Philadelphie droite, brillante et vivante. Un contraste frappant. Toutefois, comme pour le premier tome le trait ne plaira pas forcément à tout le monde, mais on ne peut nier le fait qu’il colle avec l’univers décrit par Kirkman. La colorisation de Annalisa Leoni accentue les sentiments de danger que Kirkman et De Felici peignent. L’édition de Delcourt est de qualité. En conclusion, le tome 2 apporte une conclusion satisfaisante à ce premier arc d’Oblivion Song. Robert Kirkman montre qu’il manie bien les récits avec des terres hostiles voire aliénées tout en misant sur une bonne évolution psychologie de ses personnages. Un récit qui promet une suite intéressante quand on voit le cliffhanger que papa Walking Dead a mis en place…

15 sur 20

Disponible aux éditons Delcourt dans la collection Contrebande ou sur Amazon au prix de 15.95€ | Également disponible au format numérique | LIRE MON AVIS SUR LE TOME 1

Le tome 1 de Créatures sacrées avait été était sans être révolutionnaire. La narration s’avérait originale mais souffrait un peu des nombreux flashbacks. Certes efficaces mais qui avaient tendance à nous perdre. L’histoire se poursuit avec Les Sept Péchés Capitaux qui, dans l’ombre, parcours la Terre sous les traits de personnes comme vous et moi. Josh, le futur papa à en devenir poursuivi dans le tome 1 est toujours de la partie. Alors qu’il essaye toujours de comprendre ce qui se passe, sa famille se trouve en danger, le poussant à reprendre ses moyens coûte que coûte pour les sauver. Mais pourra-t-il y arriver ? Dans ce deuxième tome, l’intrigue reste intéressante mais avec un rythme moins soutenu. Le scénario de Klaus Jonhson et Paolo Raimondi prend un chemin différent, ce qui peut dérouter à première vue. Le découpage diffère également avec des sortes de petits chapitres d’une dizaine de pages où la ligne du temps n’est jamais la même. 2Les rebondissements sont nombreux, les personnages possèdent un certain charme malgré des choix qui portent à réfléchir. La partie graphique est de qualité, si on apprécie le style, bien entendu. Le trait est superbe, soigné et la colorisation met bien en valeur le rendu final des planches. C’est propre, et on sent bien la maîtrise du duo. Mention spéciale à la scène de l’hôpital qui nous met dans un état de tension, et pas des moindres. En conclusion, ce deuxième tome de Créatures sacrées reste dans la lignée du précédent tout en tentant de nouvelles choses. L’intrigue principale est un moins bien mené, mais reste plaisante à lire. Un comics indépendant qui plaira à ceux qui n’aiment pas que les capes et les super-héros.15 sur 20

2 réflexions sur “Critique comics #038 – Oblivion Song tome 2, Créatures Sacrées tome 2

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s