Critique manga #267 – Heroines Game tome 1

Copie de titre manga (3)

Il était une fois… des héroïnes à qui ont donnerait le bon dieu sans confessions. Calme, réfléchie et pour la plupart des princesses, personne n’aurait pu imaginer ce que l’envie d’être heureuse pour de bon pouvait engendrer. Dans Heroines Game, nous avons le droit à une revisite surprenante et très divertissante des contes et autres légendes. Alice du pays des merveilles, Blanche-Neige, Le Chat Botté, Cendrillon, Le Petit Chaperon Rouge,… elles sont toutes prêtes à trancher des jugulaires pour leur happy ending. 
Disponible aux éditions KANA dans la collection Dark Kana ou sur Amazon au prix de 7.45€  | LIRE UN EXTRAIT ICI 

kanadargaudsuisse


Heroines Game est le petit nouveau de la très riche collection Dark Kana des éditions Kana. Écrit et dessiné par Tabasa IORI, cette série en trois volumes vit le jour en 2017 dans les pages de Go Go Bunch puis Kurage Bung des éditions Shinchosha (La Voie du Tablier, Area 51, Magical Girl Holy Shit). Heroines Game n’est que le quatrième titre de la mangaka, dont les précédentes séries sont inédites en français.

Le scénario s’inscrit dans la lignée des survival game dont l’originalité réside dans la réécriture des contes de fées que l’on connaît. Alice est la leader d’un groupe d’idoles à qui l’on donnerait le bon dieu sans confession. Pourtant, en coulisses elle n’accepte pas que les autres lui fassent de l’ombre ou défie son autorité. Un jour, elle se retrouve malgré elle dans une sombre forêt qui ne se trouve plus dans notre réalité. Là, elle y rencontre le petit Chaperon Rouge qui ne fait plus qu’un avec le grand méchant loup. Il était une fois un jeu à la battle royale où chaque héroïne/princesse de contes et légendes doivent s’entre-tuer pour pouvoir sortir de ce conte maléfique et voir ses souhaits réalisés. Mais comment se sont-elle retrouver là ? Quels secrets cachent-elles ? Et surtout, qui sera l’unique survivante ?

Comme dit plus haut, l’originalité de voir ces héroïnes sorties de nos livres de contes, de Disney, et autres légendes de notre enfance font que l’intérêt du lecteur est très grand. Mais il en va de même pour l’attente que l’on peut avoir face à un tel défi. Autant le dire tout de suite, la mangaka ne perd pas de temps et sait manier les différentes ficelles de l’intrigue de manière fine et habile. La présentation d’Alice au lectorat se fait rapidement mais de manière très efficace. Tant mieux, car en trois tomes, le récit ne peut se permettre de faire de longues explications. Néanmoins, les informations distillées au fur et à mesure sont très bien utilisées et nous gardent attentifs. Les rebondissements sont nombreux tout comme l’action. Il est très difficile d’en dire beaucoup sur Alice car Tabasa IORI nous offre un personnage qui possède plus de nuances que le gris d’un ciel d’automne. On rencontre également le petit Chaperon Rouge, Blanche-Neige, Cendrillon ou encore Poucette. Chacune d’entre elles possède une caractéristique intéressante se basant sur la renommée du personnage. Par exemple, les jambes de Cendrillon sont faites de cristal comme sa pantoufle. Dans ce tome 1, nous aussi des personnages secondaires tels que le lapin dans Alice, le chat au sourire malicieux et carnassier, et bien d’autres. Le plaisir de redécouvrir ces personnages est immense. Pour le moment, le mystère qui entoure la présence de chacune de ses tueuses naissantes en ce monde étrange reste entier, mais au vu de la qualité de ce premier tome le reste devrait suivre sans problème. Pas loin du coup de cœur !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le dessin de Tabasa IORI est aussi efficace que son scénario. Le charadesign est dynamique, détaillé, et donne du cachet à l’ensemble. La mangaka travaille son ambiance en jouant sur les mouvements furtifs, les décors sombres, les visages aussi souriants qu’inquiétants. Le côté féerique est également présent, quand par exemple, nous découvrons la légende de Poucette. L’édition de KANA et la traduction de Miyako Slocombe sont de qualité.

En conclusion, un début hautement divertissant et prometteur pour Heroines Game qui revisite avec succès et singularité les contes de notre enfance. Action, rythme, retournements de situations, et personnages forts,voici une petite série pleine de surprises, et qui fait du bien !18blanc

infos manga (9)

 

4 réflexions sur “Critique manga #267 – Heroines Game tome 1

  1. Tu m’en avais déjà parlé mais c’est vrai que ce genre de titre m’intéresse fortement, bien vu ! En plus le fait qu’il n’y ait que trois tomes renforce le fait que nous allons être au cœur de l’action tout le long, sans répit ! Hâte de pouvoir commencer la lecture de ce titre du coup et merci pour ton article qui renforce mon engouement 😀

    J'aime

  2. Je suis fan du concept survival game remodelé à la sauce bad Disney et contes de notre enfance ! Un nouveau manga que je note sans hésitation, merci pour cette première découverte livresque de la semaine.

    J'aime

  3. J’étais résolue à ne pas l’acheter parce que je commence à me lasser des survivals et des réécritures dark de contes mais ta chronique me fait hésiter du coup !

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s