Critique manga #276 – Banale à tout prix tome 8, @Ellie tome 5

Copie de titre manga (1).png

Déjà le huitième tome pour Banale à tout prix, qui pour le coup replace la série sur des rails plus entraînantes. Entre anniversaires à ne pas louper, et confession entre Aiko la grande soeur de Koiko et le petit ami de celle-ci, la mangaka relance un peu les dés. Ouf. Une qui ne souffre pas d’un rythme ronronnant, c’est bien @Ellie qui assume ses fantasmes et sa bave au coin des lèvres quand elle imagine son petit ami la toucher. Couple mignon, drôle, personnages secondaires dynamiques et une héroïne électrique, on passe un moment du tonnerre. 

kanadargaudsuisse


Manga - Manhwa - Banale à tout prix Vol.8Disponible aux éditions KANA dans la collection Shojo ou sur Amazon au prix de 6,85€ | Également disponible en numérique sur izneo | LIRE MON AVIS SUR LES TOMES PRÉCÉDENTS | LIRE UN EXTRAIT DU TOME 1 | VOIR LA BANDE ANNONCE

Pour être franche, cela faisait quelques chapitres (on va dire 2 tomes) que Nagamu NANAJI semblait se répétait dans son scénario donnant l’impression de ne pas faire avancer l’histoire. Ok, le couple Koiko et Tsurugi est le sujet principal du récit, mais il y a bien quelques personnages secondaires qui mériteraient de faire parler d’eux. C’est ainsi que dans le dernier chapitre du tome 7, la mangaka remettait un peu la lumière sur la grande soeur de Koiko, Aiko. Une bonne idée puisque cela permettait d’avoir une autre vision de ce qu’est l’amour, car Aiko déteste ça et l’évite clairement. Mais après avoir croisé le chemin d’un ancien camarade de classe qui lui avait déclaré sa flamme, Aiko trouve une oreille attentive auprès de Tsurugi. Ce dernier promet de rester dans la confidence et de ne rien dire à Koiko. Depuis qu’elle a commencé à sortir avec Tsurugi qui est selon les standards de 99% des gens qui le connaissent, attentif, drôle, amical, souriant, serviable… bref parfait, Koiko ne cesse de se mettre la pression. À chaque petite erreur elle se monte la tête en épingle à toujours se demander pourquoi ce garçon l’a choisi elle et pas une autre. Frustrée de ne pas être à sa hauteur, elle va tout faire pour que l’anniversaire de Tsurugi se passe de manière parfaite et sans accroc.

FUTSUU NO KOIKO-CHAN © 2015 by Nagamu NANAJI/SHUEISHA Inc.

Si la narration continue de se faire de son point de vue, on apprécie de suivre pendant quelques pages les pensées de Aiko. Cette dernière n’est pas si froide qu’on pouvait le croire. Certains indices et choix visuels de la mangaka allaient déjà en ce sens, mais ici tout est enfin écrit noir sur blanc. La complicité entre elle et Tsurugi est vraiment naturelle, et on se dit qu’ils auraient formé un joli couple si le jeune homme était un peu plus âgé… Dans les derniers chapitres, Nagamu NANAJI entreprend d’appuyer sur les différentes et le sentiment de malaise qui existe, parfois, dans la relation entre nos deux ados. C’est toujours minime, presque imperceptible, mais au vu de ce que nous montre KANA en fin de tome, le tome 9 devrait approfondir cela. Un choix intéressant et qui va, enfin, donner la parole à Tsurugi et une facette de lui moins angélique, voire égratignée… Le dessin est toujours aussi tendre, lumineux et intimiste en un sens. En conclusion, un tome 8 qui redynamise un peu le tout notamment avec Aiko et les détails qui pointes vers un Tsurugi moins irréprochable.

15 sur 20

Disponible aux éditions KANA dans la collection Shojo ou sur Amazon au prix de 6,85€ | Également disponible au format numérique sur izneo | LIRE MON AVIS SUR LES TOMES PRÉCÉDENTS | LIRE UN EXTRAIT ICI | VOIR LE TRAILER DU MANGA | SUIVRE ELLIE SUR TWITTER (OUI OUI, POUR DE VRAI!)

Au lancement de la série sur le marché français, le manga @Ellie (#jen’aipasdepetitami) était assez novateur puisqu’il intégrait un réseau social comme Twitter, et un lead féminin qui n’avait pas honte d’avoir des pensées obscènes. Si le côté Twitter a peu à peu disparu, les fantasmes éveillés de Eriko (aka Ellie) continuent malgré le fait qu’elle soit désormais en couple avec le garçon qui l’a faisait baver, Ômi. Dans ce tome 5, l’humour et la romance se marie superbement bien, chose qui était devenue un peu moins effective dans le tome 4 (mais il restait une lecture sympathique!). Au programme, premier Noël en couple, rencontre avec la cousine d’Ômi, Sakura, qui ne va pas accueillir Eriko avec le sourire. La relation avance à un rythme constant avec les premières envies d’intimités, les petits doutes, et une grande dose d’humour qui donne lieu à de petites scènes qui nous passer un très bon moment. Hormis la rivalité que met en place la mangaka avec le personnage de Sakura – et que l’on ne comprend pas totalement – le reste se laisse lire avec le sourire. Dans la deuxième moitié de tome, le cynique et solitaire camarade de classe d’Eriko, Kaname, revient et apporte beaucoup au récit.

Résultat de recherche d'images pour "ellie tome 5"

KOWAZURAI NO ELLIE ©2015 Fujimono/Kodansha Ltd.

Notamment grâce au fait qu’il n’a pas peur de dire ce qu’il pense, toujours sur un ton détaché, dérangeant pas mal de ses camarades. Si au premier plan il semble ne pas être blessé par le fait d’être solitaire, on finit par prendre conscience qu’il a envie de se lier à quelqu’un. Et c’est donc vers celle qui l’encourage, Eriko, qu’il va se tourner. Interloqué, et peut-être un peu inquiet, Ômi décide de garder un œil sur lui, et on espère comme lui que FUJIMOMO ne va pas nous créer un triangle amoureux. Cela gâcherait tout simplement le titre, même si Kaname est fortement adorable. Le dessin est toujours frais, décalé et la mangaka n’oublie pas de donner des mimiques fun selon la situation. En conclusion, un très bon tome qui se lit avec un énorme plaisir. Eriko aka Ellie est toujours aussi attachante de par sa personnalité sous expresso, son couple avec Ômi est bien assorti et va à l’encontre de tout ce qui semble les séparer selon le regard extérieur. Un shojo à découvrir !

 

2 réflexions sur “Critique manga #276 – Banale à tout prix tome 8, @Ellie tome 5

  1. Bien vu, les autrices redynamisent bien leurs récits toutes les deux, l’une en montrant enfin des failles pour creuser un héros un brin trop lisse, l’autre en ajoutant un personnage décalé. Les tomes ont beau défiler, je reste fan 🙂

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s