Critique #202 – Les Écorchés T3: Ravage, Les Écorchés T4 : Révolte par Tillie Cole

TITRE PAGE.png

Fin de course pour nos personnages écorchés vifs comme l’indique le titre de cette saga, dont la maîtrise des sujets est due à son auteure, Tillie Cole. Ayant débuté dans la new romance classique et le Young Adult, je peux dire que cette auteure est plus dans son élément avec un univers glacial, sombre et plus complexe à écrire du point de vue psychologique. Les tomes 3 et 4 de Les Écorchés le confirment, et au plaisir de la revoir bientôt avec sa récente série ou autre en VF… chez Milady ? Hope so !

Merci à Anne-Catherine de Dargaud Suisse pour cette lecture et fin de saga


RavageDisponible aux éditions Milady dans la collection New Adult ou sur Amazon au prix de 16,90€ | Également disponible au format numérique | LIRE MON AVIS SUR LES TOMES PRÉCÉDENTS 

Les tomes 1 et 2 de la saga Les Écorchés s’étaient avérés être un coup de coeur. Pas très étonnant mon concernant car depuis que j’ai découvert Tillie Cole avec sa série Sweet Home, je n’ai jamais été déçue par ces lectures. Tout comme les Hades Hangmen [mon avis ici], cette saga sur fond de mafia, de combats clandestins, et où des hommes et des femmes sont asservis depuis leur enfance. Ce troisième tome nous raconte l’histoire de Zoya Kostava qui a vu sa famille se faire assassiner quand elle était enfant. Après avoir été soignée, elle trouva refuge aux États-Unis, où on la retrouve à présent âgée de 25 ans. Un jour elle apprend que son frère Zaal aurait survécu à l’attaque. Pour le revoir elle n’hésite pas à mettre sa vie en jeu, ce qui la pousse entre les mains d’un homme froid au visage défiguré. Qui est-il, et que lui veut-il ? Zoya est une jeune femme courageuse et remarquable, qui malgré sa peur va garder la tête haute face à cet homme qu’elle ne connaît pas. Au fil des chapitres on constate que chacun a été blessé au cours de sa vie mais à des degrés différents. 194 est un homme à qui l’on a cessé d’injecter des drogues depuis son enfance pour le tenir en laisse (au sens propre comme libérale). Fort mais brisé Valentin, de son nom, possède un côté extrêmement doux. Ses missions il les fait de manière automatique, calculée, et ne peut désobéir. S’il s’est résigné à cette vie, sa rencontre avec Zola va tout remettre en cause. L’espoir est le sentiment principal qui transparaît des pages. Chacun des protagonistes en est rempli, même s’ils ne l’expriment pas ouvertement. Leur histoire se fait doucement, et étonnement le côté sexe est quasi inexistant. Détail très important puisque ce n’est vraiment pas ce qui m’attire dans les lectures de romance etc. C’est principalement pour le suspens et le gros côté psychologique, surtout en Dark Romance où c’est quelque chose de primordial. Il y a de l’action, des scènes violentes qui pourraient ne pas plaire à tous, mais bien écrites. La plume de Tillie Cole se décomplexe de plus en plus, et on peut dire que la Dark Romance est un genre où elle prend un énorme plaisir d’écriture. Comme pour les tomes précédents, la mafia est un véritable moteur pour le reste, et sert de très bon background. Combat clandestin, argent sale, menaces, etc. Tillie Cole arrive à équilibrer le tout pour que l’on ait envie de tourner les pages. Une lecture pleine d’émotion aussi bien positives que négatives, servie par des personnages géniaux. En conclusion, un troisième tome pour Les Écorchés qui devrait plaire aux lecteurs des deux premières tomes.

– Non, protestai-je. On a dû lui faire du mal à lui aussi.Tu ne crois pas que ce sont les gens qui ont commencé ? Peut-être qu’ils ne l’aimaient pas parce qu’il était trop différent ? C’est peut-être pour ça qu’il est en colère. Peut-être qu’on lui a fait du mal et qu’il veut simplement qu’on l’aime.

Grand-mère me regarda et me serra contre elle.

– Ce n’est pas idiot, mon coeur, mais il existe des personnes mauvaises par nature.

– Je n’y crois pas, murmurai-je. Les monstres cherchent de l’amour eux aussi. Je le sais au fond de moi.

 

Disponible aux éditions Milady dans la collection New Adult ou sur Amazon au prix de 16,90€ | Également disponible au format numérique | LIRE MON AVIS SUR LES TOMES PRÉCÉDENTS

Pour ce 4ème et dernier tome, on reprend le même schéma que les précédents. L’originalité réside essentiellement dans les personnages, le contexte et ce que Tillie Cole en fait. Et on peut dire qu’heureusement qu’elle sait s’y prendre, parce que cela n’est pas le cas de beaucoup d’autres auteurs. Dans ce tome 4, nous suivons 152, enlevé par une mafia de Géorgie pour être élevée (ou plutôt dressée) à être une esclave sexuelle que l’on appelle plus communément Mona. Destiné à servir un être abject, le Maître des Fosses de Sang. En étant sous sa coupe, elle va attirer l’attention de son meilleur combattant, ce qui ne manquera pas de poser problème. Chaque tome de cette saga est violent sur plusieurs points. La maltraitance est aussi bien subie par les femmes que par les hommes. La lecture est parfois difficile, mais la plume de Tillie Cole fait que l’on arrive à toujours voir l’espoir qui attend nos personnages. Cela est aussi le cas dans son autre saga, Hades Hangmen, toujours en cours aussi bien en VO qu’en VF. La relation entre 152 et le champion numéroté 901 est assez tragique par rapport aux précédentes. Chaque pas qu’ils font ensemble, ou séparément, est difficile et douloureux. L’auteure prend aussi la peine de ne jamais oubliez les héros des autres tomes, comme avec Luka dont la vision apporte beaucoup. Toutefois, Tillie Cole a beau écrire une romance, certaines scènes s’avèrent compliquées et place beaucoup trop de conflits intérieurs. La source même de la naissance de l’histoire d’amour entre 152 et 901 pose problème du côté de ma morale personnelle. Est-ce que je passe outre ou pas ? Même des semaines après la lecture, je n’y arrive pas. Néanmoins, l’écriture des personnages par la suite me réconforte un peu, mais c’est toujours problématique… En conclusion, ce dernier tome de Les Écorchés offre une très bonne fin à la saga concernant les questions que l’on pouvait avoir. Ce n’est pas un coup de coeur comparé aux trois autres, mais il se défend bien. L’univers e la mafia a vraiment été l’un des meilleurs points, même si on aurait s’y attarder un peu plus longtemps. L’urgence dans ce dernier tome se fait sentir et apporte un bon rythme au scénario.

Une boule se logea dans ma gorge en entendant la tristesse dans sa voix, mais je me sentis plus bouleversé encore par la sensation de cette main minuscule délicatement posée sur ma joue. Être avec elle était différent de tout ce que j’avais pu imaginer, mais ce n’était encore rien à comparaison de l’effet que produisait sur moi cette caresse sur mon visage.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s