Critiques manga #278 – My Fair Honey Boy tome 1, Freaks’ Café tome 1

Copie de titre manga (1).png

Deux salles, deux ambiances. Cette petite phrase résume très bien le tome 1 de My Fair Honey Boy qui s’inscrit dans une comédie qui bouscule les codes et les poncifs de la romance classique, et le tome 1 du dérangeant et lugubre Freaks’ Café. Deux lectures plaisantes pour des raisons bien différentes qui n’attendent plus que vous pour les juger. 

SP AKATA


Manga - Manhwa - My Fair Honey Boy Vol.1Disponible aux éditions AKATA ou sur Amazon au prix de 6,99€ | Également disponible au format numérique sur IZNEO | LIRE UN EXTRAIT ICI | VOIR LA VIDÉO DE PRÉSENTATION DU MANGA

My Fair Honey Boy (Mizutama Honey Boy en VO) est l’un des nombreux titres de la mangaka Junko IKE a avoir vu le jour au Japon, mais le premier à arriver sur territoire francophone. Pré-publié dans le magazine LaLa de l’éditeur japonais Hakusensha en 2014, le titre est depuis terminé avec 10 tomes. Mei Sengoku est la présidente est capitaine du club de kendo de son lycée. Élégante, jolie, cavalière, et forte elle est très populaire aussi auprès du sexe masculin que féminin. Mais son stoïcisme en toute situation va être ébranlé avec la déclaration d’amour de Shirô Fuji, catalogué comme efféminé et dont on pense qu’il est gay. Une histoire pourrait-elle voir le jour entre eux ? AKATA est une maison d’édition sensible à beaucoup de sujets, que l’on aime leurs titres ou non, on ne peut que reconnaître que leurs publications sortent souvent du lot mais toujours avec une ligne éditoriale exemplaire. Avec My Fair Honey Boy, nous avons un titre qui bouscule les codes des titres typés romance/shojo. Si la part de féminité toujours associée à la jeune fille est la base du genre, ici, la mangaka chamboule le tout pour nous proposer un personnage masculin qui aime la couture, la cuisine, la mode, etc… Ce choix offre un nouveau moyen de montrer que les préjugés et les dictas de la société ne sont que foutaises, et qu’au final que l’on aime manier le sabre ou enfiler des robes ne définit en rien notre identité sexuelle, notre personnalité, et certainement pas qui nous aimons ou non. La narration prend au dépourvu mais est très rafraîchissante. Je ne vais pas cacher le fait que j’ai mis quelques chapitres à rentrer dans l’histoire, car les clichés ici même s’ils sont détournés et appliqués au personnage de Fuji, m’ennuient un chouïa autant que quand c’est une fille dans ce rôle.

1

© 2014 Ike Junko, Hakusensha

Toutefois, la démarche est excellente. La personnalité de nos deux héros fait que l’on s’attache à eux, en particulier Fuji. Mei, vu son caractère, est présentée comme distante ce qui peut poser problème pour que l’on arrive à l’apprécier. Toutefois, sa manière de penser et d’agir change progressivement sans pour autant trahir qui elle est. Au contact de Fuji, elle s’ouvre un peu plus et perçoit les choses sous un  nouvel angle. L’entente entre les deux est pleine de fun, de sérieux, et on adore les voir ensemble, tout simplement. Un autre personnage, Nanao, est introduit et encore une fois la mangaka le tourne en ridicule, mais sans jamais manquer de respect à ce qu’elle essaye de raconter. La narration est dynamique, parfois un peu trop ce qui m’a un peu perdu dans certains chapitres, mais reste très plaisant à lire. Le dessin est bon, propre au manga de comédie moderne slash romantique. Le trait est fin, les expressions communiquent bien chaque émotion et effet. Le décor est peu présent mais cela ne dérange en rien la lecture. Le travail d’édition d’AKATA est bon comme à leur habitude. L’impression est correcte tout comme la traduction de Claire Olivier qui donne le bon ton au récit. En conclusion, avec ce premier tome de My Fair Honey Boy Junko IKE s’amuse avec les personnages et les poncifs du genre pour donner une comédie romantique dynamique, amusante et qui apporte un petit air frais.  

 

Manga - Manhwa - Freaks Café Vol.1Disponible aux éditions AKATA dans la collection WTF?! ou sur Amazon au prix de 8.05€  | LIRE UN EXTRAIT ICI 

Freak’s Café (Henai Café) a fait ses débuts dans le magazine de prépublication Go Go Bunch de l’éditeur japonais Shinchosha (Area 51, Brave Story, Pline). La série est en court depuis 2016 avec 5 tomes pour le moment, tous écrits et dessinés par Meika ARISAKI, dont c’est la première série. En France, Freak’s Café intègre la collection WTF?! des éditions AKATA, ce qui donne carrément le ton de la série. En effet, dès les premières pages on sait que l’on va avoir le droit à une lecture décalée, qui bouscule voir qui perturbe. L’histoire est celle d’un gérant de café, le Statice, qui reçoit chez lui des clients aux moeurs particulières. Par exemple, le premier que l’on rencontre est sexuellement excité par une femme ayant ses menstruations, et va même jusqu’à renifler la serviette hygiénique de sa copine… Je vous avais dit que c’était possiblement perturbant. Ce type de comportement porte le nom de paraphilie. Celui de ce cas précis est la ménophilie. Le gérant, Hiro Sen’nichi semble aussi très spécial à tout point de vue, mais la mangaka fait le choix de distiller son passé tout au long du tome en arrière-plan. Hiro est un personnage qui effraye un peu mais qui est, sans que l’on comprenne pourquoi, attachant. Il est à l’écoute, ne juge pas et est même parfois surpris par les histoires de ses clients. Sa délicatesse fait qu’il arrive à trouver la bonne infusion à offrir à ses clients, avec les bonnes plantes et fruits. Chacun des 4 chapitres nous montre des hommes et des femmes aux pratiques et attirances sexuelles considérées comme « pas communes ». Malgré certaines scènes, ce manga arrive à retenir l’attention car la mangaka prend le temps de nous montrer pourquoi ces personnages sont ainsi. À aucun moment elle n’émet de jugement, mais laisse plutôt cela au lecteur. En effet, à la lecture et découverte de ces particularités déclenchent des réactions différentes. Nous aurons une sensation d’oppression, ou d’être comme dans un film d’horreur… surtout que les personnages ne rassurent pas au fil des pages. Torture, meurtre, séquestrations, psychose… bref que du merveilleux! Toutefois, la lecture a été appréciable de mon côté, je ne peux pas le nier.

2

© 2016 Arisaki Meika, Shinchosha

Passé outre le sentiment de dégoût sur certains passages, j’ai aimé en apprendre plus sur ses déviances sexuelles. Après cela dépendra de votre sensibilité, tolérance, etc…. mais vous devriez vous faire un avis par vous-même, vraiment. Visuellement c’est dérangeant quand cela doit l’être. Le trait est vif, les expressions faciales passent de l’angoissant au bienveillant d’une page à l’autre, ce qui accentue le fait que l’on ne sait vraiment sur quel pied danser. Le décor n’est ni trop travaillé ni trop absent, la mangaka réussit à trouver un juste milieu. Dans tous les cas, ce qui compte principalement ici ce sont les personnages et leurs actions. Les pages sont souvent trash et extrêmes, mais il en ressort une sensation de lyrisme à côté…. Un peu comme quand on essaye de mettre un pointe d’art voire de poésie dans une scène d’horreur. Difficile d’expliquer cela plus clairement, mais j’espère que vous avez une vague idée quand même. En conclusion, ce tome 1 de Freaks’ Café est une lecture qui n’est pas à mettre entre toutes les mains. Il faut  parfois avoir l’estomac bien accroché, mais cela n’a rien de surprenant si vous connaissez la collection WTF?! de l’éditeur. Le rythme est bon, c’est instructif en un sens, et le passé de Hiro qui se dévoile peu à peu donne vraiment envie d’en savoir plus. Un premier manga de Meika ARISAKI qui divise, sans aucun doute.

15 sur 20

2 réflexions sur “Critiques manga #278 – My Fair Honey Boy tome 1, Freaks’ Café tome 1

  1. Eh bien moi qui me demandait de quoi retournait Freak’s Café je suis servi haha, bon je vais tenter de jeter un oeil dessus quand même, ce genre de titre m’intrigue au plus haut point et il m’avait déjà fait de l’oeil à sa sortie mais n’ayant vu passer aucun retour sur ce titre dans ma TL j’avais abandonné l’idée de me faire un avis dessus. Du coup merci pour cet article Sofia ! 😀

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s