Critique comics #045 – Skyward tome 1

titre comics (1)

Chaque jour nous nous déplaçons en marchant, roulant, etc. sans réaliser à quel point la gravité est importante à notre survie d’une certaine manière. À présent, imaginez qu’un jour la gravité disparaisse pour X raison. Que deviendrons-nous ? Des êtres nous envolant dans le ciel jusqu’à nous perdre dans l’espace si nous n’avons pas arrêté de respirer avant. Dans Skyward, c’est ce qui se passe. Un titre au concept vraiment bien pensé et développé porté par une jeune femme pleine de peps.

 

Disponible aux éditions Hi Comics ou sur Amazon au prix de 17.90€ 


Skyward a débuté en VO aux éditions Image Comics en 2018, avec un scénario de Joe Henderson et un dessin de l’artiste Lee Garbett (Loki : Agent of Asgard, Lucifer). L’histoire se passe dans un futur plus ou moins proche, où du jour au lendemain la gravité a cessé d’exister. Les gens, les véhicules, et tout ce qui n’est pas solidement ancré dans le sol s’envolent. C’est ainsi que de nombreuses personnes ont littéralement disparu dans l’espace, dont une mère de famille qui laisse derrière elle un mari brisé et une petite fille de quelques mois, Willa. Vingt ans plus tard, l’humanité est séparée en deux. Il y a les plus pauvres qui vivent en apesanteur et les plus fortunés qui ont pu trouver des technologies leur permettant de garder les pieds sur terre. Willa fait partie des moins chanceux financièrement mais cela ne lui pose aucun problème. N’ayant jamais connu la gravitation, on peut dire qu’elle se sent comme un oiseau dans le ciel. Mais ce n’est pas le cas de tous. Son père, Nathan, n’est plus sorti de chez lui depuis ce jour, sans réaliser qu’une certaine menace pèse sur lui et sa fille…

Willa est une jeune fille au début de la vingtaine, coursière dans une petite entreprise de livraison et joviale, elle veille soigneusement sur son père. Dans son traitement elle fait beaucoup penser à une Max Guevara (Jessica Alba) dans la série télé Dark Angel de James Cameron diffusée au début des années 2000. Willa et Max partagent le même métier, sauf que la deuxième se déplace en vélo et que la gravité existe encore malgré le décor post-apocalyptique. Aussi loin que je m’en souvienne, personne n’avait encore imaginé un récit de science-fiction en comics où la gravité a disparu. Au fur et à mesure de la lecture, on constate que Joe Henderson n’a pas simplement pris cette idée pour faire originale, mais qu’il a également bien travaillé le sujet. Chaque détail est pensé à rendre le tout cohérent, même ce qui aurait pu nous échapper à la lecture. Par exemple, ceux n’ayant jamais connu l’avant G-Day, ne savent pas à quoi servent les panneaux de signalisation au sol. Un auteur moins observateur et moins minutieux n’aurait pas forcément pensé à le montrer. L’action est présente mais de façon vraiment minime, nous laissant un peu sur notre faim. La cause serait due à la personne qui fait figure de menace. Je n’ai pas ressenti le danger émaner de lui, ce qui a été un peu décevant.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Niveau dessin on est dans le superbe. C’est détaillé de manière à faire ressortir les actions et les mouvements des personnages. Il y a un travail de folie pour rendre la non-gravité réaliste. On peut vraiment mesurer l’effet que cela pourrait donner si on arrivait à ça. Le trait de Lee Garbett est fluide, les personnages sont tout en souplesse, et les décors varient selon l’endroit où se passe la scène. Par exemple, la maison de Willa et son père est aménagée de manière simple mais fonctionnelle. Et d’un autre côté nous avons les buildings américains aux centaines de fenêtres, les rues désertes ou non en bas, etc. La mise en couleurs d’Antonio Fabela rend les cases de Garbett encore plus dynamique, avec un bon contraste. L’édition de Hi Comics par Rick Lopez Jr. est impeccable avec une galerie de  couvertures en fin d’ouvrage. 

En conclusion, un tome 1 qui pose les bases de l’univers et de ses personnages en misant beaucoup sur les détails et la personnalité de Willa. C’est une lecture simple d’accès, agréable, mais qui se lit assez rapidement. Espérons maintenant que le tome 2 apporte plus d’action bien plantée. Si vous aimez les personnages comme Buffy, Kamala Kanh, Miles Morales et autres jeunes adultes dynamiques et rafraîchissants, alors vous allez apprécier de découvrir Willa dans Skyward.15 sur 20infos comics (2)

3 réflexions sur “Critique comics #045 – Skyward tome 1

  1. L’histoire a l’air vraiment trop bien (ouais, désolée, mon vocabulaire me lâche pour le coup haha) ! Je suis vraiment intriguée, je vais me le noter. Les quelques illustrations de ton article donnent très envie aussi.
    Le manque d’action dans un tome 1, c’est dommage, mais ce n’est pas quelque chose qui va m’empêcher de continuer la série si tout le reste m’a convaincu. Je vais lui donner sa chance !

    Aimé par 1 personne

    • Me semble que la série se termine en deux tomes. Et de ce que l’on m’a dit le tome 2 est beaucoup mieux que le 1. C’est une lecture vraiment sympa surtout si on aime suivre des héroïnes divertissantes et courageuse. J’espère que pourras le lire, et si oui, je serais ravie de découvrir ton avis dessus ^^

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s